AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 des bleus au coeur. [eliott]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Stella Burrows

lost in the world
avatar
messages : 1544
à liberty depuis : 22/01/2015
avatar + © : heard, lolitaes.
pseudo : serenade in blue. (camélia)
dc : blue, miles, jasim et farrah.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: eliott (1/3) libre.

MessageSujet: des bleus au coeur. [eliott]   Dim 2 Avr - 19:32

Elle a pas l'habitude Stella, de vivre sans lui. De s'endormir le soir, sans être dans ses bras, de se réveiller sans son baiser du matin. Et même si la situation était difficile ces derniers temps, elle n'était absolument pas prête à abandonner tout cela. Mais ce fut inévitable. Elle ne pouvait décemment pas rester sous le même toit que l'homme qui l'avait trompé, au risque de marcher sur une mine ou de faire éclater la tempête. Elle a besoin de temps, Stella. Du temps pour digérer les choses, pour y réfléchir, sans être perturbée par ces grands yeux marrons auxquels elle ne peut résister. Elle l'aime Eliott. Un peu trop. Un peu trop fort. Et cette douleur constante dans sa poitrine n'est que le fruit de cet amour égratigné, malmené. Elle l'aime, mais elle le déteste parce que sa tête n'est plus que discordes et son corps un champs de bataille à la merci de cette alliance qu'elle porte autour du doigt. Synonyme d'un mot qui ne veut plus rien dire à ses yeux. Qui sonne de plus en plus faux à mesure qu'elle le répète : Toujours. Des promesses envolées. Des mots infidèles. Comme lui. Comme son amour. Et chaque fois qu'elle ferme les yeux, c'est l'ombre de l'autre femme qui fait brûler son cœur. Qui l'embrase violemment alors que son être tremble sous le poids de la déception, du dégout et de la tristesse. Elle se sent trahie Stella. Elle se sent sale. Comme si rien de tout cela n'avait jamais été important, leur couple, leur vie, ces onze années partagées. Du vent. Comme de l'eau que l'on essaye d'attraper entre ses doigts mais qui se défile par tous les moyens. Elle en crèvera sans doute de cette trahison. On se remet pas d'un truc comme cela, c'est pas possible. C'est pas faisable. Pas après avoir tout donné jusqu'à la dernière miette. Elle en crèvera, mais pas maintenant. Elle a besoin de réponses à ses questions. De savoir le pourquoi du comment et pour cela, elle doit rester forte. Encore un peu. Alors, quand il lui donna rendez-vous au restaurant le plus cher de la ville pour discuter, elle accepta, la mâchoire serrée, le ventre en vrac, mais elle accepta. Pour mettre les choses au clair et peut-être aussi un peu pour le revoir. L'addiction qui ronge, la droguée qui cède. L'histoire la plus vieille du monde, qui se répète sans cesser.
C'est le palpitant au bord des lèvres qu'elle fait son entrée au Puccinni et Pinetti. - Burrows, s'il vous plait, elle regarde à droite, à gauche, elle le cherche dans la foule, mais elle ne le voit pas, ce qui l'angoisse davantage. Elle se sent idiote, perchée sur des talons aiguilles, habillée d'une nouvelle robe hors de prix achetée pour occasion. Mais elle n'a pas envie de lui laisser l'image d'une femme anéantie. Non, il peut en avoir des choses, mais pas cela. Alors elle s'est faite belle, comme pour un premier rendez-vous. Et c'est peut-être la réponse qu'elle cherchait. Peut-être qu'il a cessé de l'inviter et qu'elle a arrêté de chercher à lui plaire. Peut-être que c'est le temps qui à les a eu à l'usure. Une fleur fanée parmi tant d'autres. Mais elle n'a pas le temps de se pencher davantage sur la question. L'hôtesse la mène à sa table. Et il est déjà là, assis, à regarder ailleurs, l'air pensif. C'est ses genoux qui tremblent. Elle a peur qu'ils la lâchent, elle se voit déjà tomber au milieu de tous. Elle pensait pas qu'elle serait aussi stressée à l'idée de revoir son mari. Lui qui l'a déjà vu dans tous ses états. Et pourtant, ça s'affole dans son esprit et son corps ne tient plus qu'à un fil. Mais c'est surtout son cœur qui tambourine follement à la simple vue de cet homme pour qui elle aurait décroché la lune. - Bonsoir, qu'elle dit froidement avant de prendre place en face de lui. Elle ne peut pas abdiquer. Non, elle n'en a pas le droit.

_________________

memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows

lost in the world
avatar
messages : 255
à liberty depuis : 31/03/2017
avatar + © : Theo James. (yourdesigndiary & bat'phanie)
pseudo : Bangkok. (Laura)
dc : Jade.
polaroïd :
guilty pleasures : His cigarettes. Gambling.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Disponible.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Dim 2 Avr - 23:02

Il peut plus rester comme ça, Eliott. Il est plus lui-même. C'est comme si il était pas complet, comme si quelque chose manquait en lui. Et c'est pas quelque chose mais plutôt quelqu'un. Sa femme, sa moitié. Partie à cause de ce qui semblait être la dispute de trop. Elle lui avait posé la question qui semblait la tarauder depuis des mois, depuis qu'il avait tant changé. Lui, tromper Stella ? Jamais de la vie. Ça ne lui viendrait même pas à l'esprit, honnêtement. Depuis qu'il avait posé les yeux sur elle, il ne voyait et ne jurait que par elle. Alors il avait dit oui pour se débarrasser de ses questions, sans penser un instant qu'elle allait le croire. Sans penser qu'elle irait réunir ses affaires pour partir chez une amie, l'abandonnant dans une maison qui paraissait alors bien trop grande et trop froide à son goût. Eliott s'était détesté plus que jamais ce soir-là. Et pourtant, il n'a pas fait l'effort de la retenir. Elle méritait mieux. Du moins, c'était ce qu'il se disait à ce moment là. Et peut-être qu'elle s'en était enfin rendue compte. Le reste de cette soirée était flou ; il l'avait passé à boire bière sur bière jusqu'à s'endormir. C'est le lendemain, qu'il a réalisé. Qu'il a réalisé qu'il était sacrément con. Tout ça était de sa faute. Stella avait été plus que patiente avec lui depuis que son comportement avait changé quelques mois plus tôt. Et lui, au lieu de faire des efforts, il s'était renfermé sur lui-même en se disant que ça finirait par aller mieux, qu'un jour, il n'aurait plus à lui mentir. Sauf que la situation avait duré, encore et encore, et que l'état de son couple n'avait fait qu'empirer. Il avait vu ce qu'ils avaient mis des années à construire s'effondrer en l'espace de quelques mois, de quelques semaines même, sans lever le petit doigt. Alors, Eliott s'était repris. Il ne comptait pas tout avouer à Stella – l'officier avait bien trop honte pour ça. Non, il voulait simplement.. Lui parler. Discuter un peu pour essayer d'arranger les choses. Il ne pouvait pas renoncer à eux comme ça. Alors il avait essayé de la contacter. Il ne l'avait pas harcelé, conscient que sa femme avait besoin de temps pour digérer ce qu'elle croyait être vrai. Il avait patienté avant de lui demander, au bon moment d'après lui, de le rencontrer autour d'un dîner. Et il n'avait pas lésiné sur l'endroit ; le Puccini et Pinetti, le restaurant le plus cher en ville. Il ne se rappelait même plus quand ils étaient venus ensemble ici pour la dernière fois, signe que cela était bien trop vieux.

L'officier de police enfile son costume et jette un coup d’œil dans le miroir. Malgré les cernes qui témoignent du manque de sommeil dont il est davantage victime encore depuis le départ de sa femme, tout lui semble en ordre. Il décide d'arriver en avance pour être sûr d'avoir la meilleure table possible – et pour pouvoir être là quand Stella arrivera. Le brun s'installe à la table. Il sent une sorte de boule au creux de son ventre. Le stress, sans doute. Ce n'est pas quelque chose qu'il avait l'habitude de ressentir, lui qui était si calme d'ordinaire. Il tente de se calmer, en vain. Il est conscient du fait que cette soirée peut potentiellement sauver son mariage ; ou au contraire, l'anéantir, ce qui serait trop difficile à supporter pour lui. Cependant, Eliott n'a pas le temps de s'attarder sur cette funeste pensée. Sa femme est arrivée. Il lève la tête vers elle et il a presque le souffle coupé. Elle est plus belle que jamais. Et même froide comme elle l'est en le saluant, elle reste radieuse. « Bonsoir. » Son ton est plus chaleureux que le sien – plus chaleureux qu'il ne l'a été ces derniers mois, en tout cas. « T'es magnifique. » Et peut-être qu'il dépasse les limites, peut-être qu'il n'a pas le droit de lui dire ça avec ce qu'ils vivaient actuellement, mais c'est plus fort que lui. Elle reste sa femme, après tout, alors il peut bien lui dire ce qu'il pense. « Merci d'être venu. » Eliott pense qu'avec ces quelques mots, elle réaliserait qu'il sait à quel point venir l'affronter était difficile ; et surtout, qu'il sait qu'elle pouvait très bien refuser de le voir à tout jamais, alternative qui réduirait son cœur en miettes. Il ne prend pas sa présence pour acquise, bien au contraire. « Comment tu vas ? » qu'il demande alors que le serveur arrive pour leur demander ce qu'ils désirent boire. Eliott commande un verre de vin et laisse Stella se décider, sans jamais la quitter du regard. C'est un peu comme si il se rattrapait après ce qui lui semblait avoir été une éternité passée loin d'elle, sans pouvoir la voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows

lost in the world
avatar
messages : 1544
à liberty depuis : 22/01/2015
avatar + © : heard, lolitaes.
pseudo : serenade in blue. (camélia)
dc : blue, miles, jasim et farrah.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: eliott (1/3) libre.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Lun 3 Avr - 0:11

Elle a pas envie de le regarder dans les yeux. Elle a pas envie de le regarder dans les yeux parce qu'elle sait que ce regard pourrait la faire flancher. Qu'un coup d'oeil pourrait tout effacer. Mais les cicatrices sont là, encore brûlantes, encore à vif. Comme son cœur qui bat à ne plus rien y comprendre. Elle est partagée entre le passé, le présent et le futur, rongée par les questions qui l'assaillent et les sentiments contradictoires. Elle aimerait lui faire du mal. Qu'il souffre autant qu'elle. Mais elle se ravise. Ce n'est pas possible d'avoir mal à ce point. C'est inhumain, inexplicable. C'est comme s'il avait plongé ses mains dans sa cage thoracique pour la réduire en miettes. Et elle ne peut rien y faire. Elle doit juste subir. Etre la victime de l'homme dont elle est amoureuse – accuser les coups. T'es magnifique. Elle ne répond pas. Et même si cela la tue, elle plonge son regard de glace dans le sien. Elle se fait lionne, aux aguets, les crocs en alerte, prête à bondir dès la première occasion. Elle s'en fout Stella d'être belle à ses yeux. Ou plutôt, c'est ce qu'elle aime à penser. Sinon, elle n'aurait pas passé tout ce temps à trouver la tenue parfaite, ni à se se maquiller dans sa salle de bains. Si, bien sur que si qu'elle lui donne toute son importance à ce qu'il pense d'elle. Maintenant, plus que jamais car, si cela doit se terminer ce soir, elle souhaite qu'il garde en tête la délicieuse image de la femme qu'il a perdu, qu'il a laissé filer pour un adultère facile et lamentable. - Un martini s'il vous plait, elle sourit avec politesse au serveur, puis repose son attention sur celui dont elle porte le nom. Burrows. Stella Burrows. L'image lui semble de plus en plus flou. De moins en moins réelle. Il lui demande comment elle va. Elle ne sait quoi répondre. Elle n'a pas envie de mentir, elle n'est pas comme lui, elle n'est pas comme cela. - Je t'avoue que j'ai connu mieux, Eliott. Elle se retient. Mais, c'est une vague de colère qui la submerge, un flot d'amertume qu'elle aimerait lui balancer. Et pourtant. Et pourtant, il est beau ce soir. Sous cette lumière, dans son costume, à la dévorer du regard. Il est toujours beau Eliott. Tout le temps, partout. Même quand il a fauté. Même quand elle a le cœur brisé. Les verres arrivent. - Vous avez choisi monsieur, dame ? Elle hoche la tête, répond vaguement quelque chose. Elle n'est pas ici pour manger. Elle n'a pas vraiment faim. Sauf peut-être de réponses. Le serveur repart et soudain, ils sont à nouveau seuls au monde. Le bruit environnant n'est plus qu'un lointain écho. L'image des autres s'efface peu à peu. Il n'y a qu'eux. Même si des années lumières les séparent. - Tu l'aimes ? Elle n'a pas attendu. Elle n'a pas attendu de balancer la bombe entre le fromage et le dessert. La question lui brûlait trop les lèvres. Alors, cela lui a échappé, comme un baiser voler, mais violent comme un éclair qui frappe. Comme une tempête qui s'abat. Tu l'aimes cette pute ? Elle le pense, mais ne dit rien. Elle a peur de la réponse. Peur que son cœur se destine à présent à une autre. A celle qui lui volera son nom et portera les enfants de son amour de jeunesse. - J'ai besoin de savoir, libère-moi. C'est une supplication. Réponds. Porte-moi le coup de grâce. Elle détourne le regard pour retenir ses larmes. Non, elle ne pleurera pas. Pas devant lui, pas comme cela. La lionne se fait chaton apeuré, même si elle tente de le dissimuler tant bien que mal.

_________________

memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows

lost in the world
avatar
messages : 255
à liberty depuis : 31/03/2017
avatar + © : Theo James. (yourdesigndiary & bat'phanie)
pseudo : Bangkok. (Laura)
dc : Jade.
polaroïd :
guilty pleasures : His cigarettes. Gambling.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Disponible.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Lun 3 Avr - 20:41

Bien sûr qu'elle avait connu mieux. Il y avait une époque où penser même qu'un jour, ils pourraient être en froid de la sorte, paraissait inconcevable tellement ils s'aimaient. Évidemment, Eliott aime toujours Stella à en crever. Il l'a dans la peau, pour toujours et à jamais. Pourtant, c'est pas ce qu'à l'air d'éprouver la blonde. Elle pense plutôt qu'il s'en fout d'elle et à juste titre. Si seulement il avait pas commencé à lui mentir pour se couvrir, rien ne se serait passé ainsi. D'accord, ça aurait sans doute été une mauvaise passe. Là, pour le coup, c'était plus qu'une mauvaise passe. Eliott sait même pas si ça peut s'arranger, si il peut réparer ce qu'il a involontairement brisé. Il l'espère, en tout cas. Parce que sans Stella, il ne sera rien d'autre que l'ombre de lui même, une épave à l'abandon, une coquille vide. Il sait même pas si ça existe, la vie sans elle. Probablement pas. Ou alors, c'est tout sauf une vie. Ce serait plutôt une sorte d'enfer permanent. Il a pas le temps de rester plus longtemps pensif. Le serveur arrive, les interrogeant sur leur choix. Eliott a à peine regarder le menu. L'estomac noué, l'appétit n'est pas vraiment présent. Mais ils sont dans un restaurant et ne pas commander ferait sans doute mauvais genre, surtout dans un établissement aussi prestigieux. Alors il demande leur lasagne, valeur sûre et qu'il grignotera sans doute – ou pas, selon le déroulement du repas. Et le serveur est à peine parti que Stella pose une question qui semble lui torpiller le cœur. Le policier reste silencieux. Il assimile ce qu'elle lui demande. Ça lui paraît tellement inconcevable, le fait qu'il puisse aimer quelqu'un d'autre. Comme si quelqu'un pouvait arriver à la cheville de sa femme. « Non. » qu'il dit simplement. Il sait que c'est pas suffisant, qu'elle attend plus. Et il va le lui donner. Pas la vérité totale, ça, il peut pas. Elle doit jamais apprendre, Stella. Si elle savait ce qu'il faisait, elle le regarderait différemment et probablement qu'elle voudra plus de lui non plus. Si c'est pas déjà le cas.. Il se redresse, prêt à continuer. « Je l'aime pas, parce qu'il n'y a personne à aimer. » avoue-t-il enfin. Stella risque d'être perdue. C'était lui qui avait affirmé l'avoir trompé.. Sauf qu'il ignorait qu'elle allait le croire. Autrement, il n'aurait jamais rien dit de tel. Maintenant qu'elle était là, prête à l'écouter, il allait lui dire. Lui dire ce qu'il aurait du lui dire ce soir là, au lieu d'agir comme un con. « Je t'aime à en crever, Stella. Toi, pas une autre. » dit-il du bout des lèvres, de sorte qu'elle soit la seule à l'entendre. Là, tout de suite, il veut une cigarette, Eliott. Parce qu'il est pas doué avec les mots. Parce qu'il sait qu'il va finir par tout faire foirer, encore une fois, alors même qu'il tente d'arranger les choses. C'est qu'une question de temps avant que ça explose, avant que la soirée ne parte en vrille. « Il y a jamais eu et il y aura jamais personne d'autre. J'peux pas aimer quelqu'un d'autre. Parce que dans ma tête, il y a toi, rien que toi, encore et toujours. » Il avale une gorgée de son verre de vin avant de le reposer. C'est pas un habitué des déclarations d'amour, Eliott. Il lui arrive d'être romantique, de lui murmurer des mots doux – ou plutôt, ça lui arrivait. Mais là.. C'est différent, sans qu'il sache vraiment pourquoi. Peut-être à cause de cette sensation qui ne le quittait pas, cette sensation qui lui disait que son couple pouvait dépendre des mots qu'il allait utiliser ce soir là.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows

lost in the world
avatar
messages : 1544
à liberty depuis : 22/01/2015
avatar + © : heard, lolitaes.
pseudo : serenade in blue. (camélia)
dc : blue, miles, jasim et farrah.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: eliott (1/3) libre.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Lun 3 Avr - 21:29

Le temps s'arrête. Des heures, des minutes, des secondes. Elle ne sait plus, comme prisonnière d'un rêve, un mauvais, de ceux qui laissent des traces indélébiles. Des cicatrices à l'âme. Non. Il ne l'aime pas. Le cœur de Stella manque un battement. C'est douloureux, ça brûle, mais d'une façon délicieuse. Comme un vertige ou une drogue qui s'infiltre dans les veines. Tambour battant. Tambour de guerre. La soirée ne sera pas de tout repos. Il ne l'aime pas, d'accord. Mais il a tout risqué pour une histoire de jambes en l'air, pour deux-trois coups de reins bien orchestrés. Ça la dégoute, Stella. De l'imaginer s'abandonner dans les bras d'une autre femme. Une maitresse. La facilité. La lâcheté d'un homme, le sien, celui qu'elle aime depuis onze ans. Rapidement, elle repense à ses vœux. 'Dans la joie et dans la tristesse', il lui en a donné de la joie. Du bonheur à l'état pur, comme on en voit rarement. Du bon, ils en ont partagé, intensément, peut-être un peu trop. De quoi faire pâlir de jalousie le reste du monde. Mais est-elle capable d'assumer le pire ? De vivre avec ce mal qui la ronge ? D'oublier ces images ancrées dans son esprit ? Elle l'ignore. Elle ne pense pas clair, aveuglée par la déception et la colère. Elle boit une gorgée de son martini, puis repose le verre sur la table, à l'affut du moindre mot, de la moindre révélation qui lèverait le voile sur toute cette histoire, qui allégerait un peu sa tête des nombreuses questions qu'elle se pose. Et soudain, elle perd pied, se noie dans cet océan d'incompréhension qu'est devenue son mariage. Les je t'aime comme coups de couteaux. Seule. Elle est toute seule désormais. Et Eliott, il fait partie du décor, comme les autres. Elle a besoin de temps pour digérer la nouvelle. C'est bien beau d'aimer, mais ça n'explique pas tout et ça n'excuse rien. La douleur est bien là. Ancrée dans chaque fibre de son corps qui ne réclame que lui, que ses bras. Mais qui le craint désormais. Comme un enfant qui découvre le feu et qui a peur de s'y brûler à nouveau. Elle demeure silencieuse, le regard perdu dans le vide à faire le tri dans ses pensées qui s'affolent. Des questions, toujours plus de questions. Le mensonge ne vaut pas mieux que l'infidélité. Elle ne comprend pas. Pourquoi a-t-il fait ça ? Pourquoi lui a-t-il brisé le cœur s'il n'y a personne d'autre ? Elle n'y croit pas. Elle n'y croit plus à cette alliance qu'elle porte encore autour du doigt. Et surtout, elle ne le reconnaît plus. Eliott ne lui aurait jamais fait cela. Elle tâte la table du bout des doigts pour trouver son verre qu'elle attrape et termine d'une seule traite. L'alcool lui laisse un goût amer en bouche, ou peut-être est-ce la trahison qu'elle a du mal à avaler. - Explique-toi. C'est plus de la tristesse mais de la colère qui résonne dans sa voix. Autoritaire, froide, elle veut la vérité et elle la veut maintenant. Plus d'échappatoires, plus de mensonges. Elle veut savoir. C'est la journaliste en elle qui refait surface. La lionne en chasse. C'est l'ascenseur émotionnel et elle a le cœur qui ne suit plus, la tête en vrac. - Je suis pas ta marionnette Eliott. Tu peux pas me faire ça ! Pas à moi, putain, elle regarde furtivement autour d'elle par peur d'avoir parlé trop fort et ainsi, attiré les regards indiscrets. Elle ne lui fera pas de scène. Enfin, elle ne s'infligera pas cette épreuve à elle-même. Le linge sale se lave en public, mais à trop se perdre dans cette histoire, elle en oublie l'endroit où ils dinent. Elle aurait préféré l'intimité de leur maison, enfin, ce qu'il en reste. - Dis-moi à quoi tu joues ou je m'en vais. Elle ne parle pas que du restaurant. Oui, elle trouvera la force de le quitter. De signer les papiers. Alors il ferait mieux de se jeter à l'eau au risque de la perdre.

_________________

memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows

lost in the world
avatar
messages : 255
à liberty depuis : 31/03/2017
avatar + © : Theo James. (yourdesigndiary & bat'phanie)
pseudo : Bangkok. (Laura)
dc : Jade.
polaroïd :
guilty pleasures : His cigarettes. Gambling.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Disponible.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Mar 4 Avr - 21:43

Eliott s'attend à ce qu'elle s'énerve. Il comprend même pourquoi elle le fait. Ça fait des mois qu'il est tout bonnement insupportable et il aura fallu qu'elle parte pour qu'il s'en rende compte. Pour autant, il ignore si il va réussir à redevenir celui qu'il a un jour été. Il aimerait, pour Stella. Mais ça lui paraissait bien peu probable. En venant ici, l'américain avait pas réfléchi à comment il allait se sortir de ce bourbier dans lequel il s'était fourré seul. Il se demande encore ce qu'il lui a pris, de lui avoir dis ça ce soir là. Maintenant qu'il a Stella face à lui, il est bien incapable de trouver une façon de s'en sortir. Il peut pas réfléchir, Eliott. Pas quand elle est aussi belle. Et il se déteste de penser ça mais bordel, ce qu'elle est attirante quand elle est énervée. Il a qu'une envie ; l'attirer à lui et l'embrasser. Serrer à nouveau son corps contre le sien. Pouvoir lui faire comprendre par ses baisers ce qu'il n'arrive pas à lui dire avec ses mots. Mais il peut pas. Il peut pas faire tout ça parce qu'il a merdé. Et qu'il sait pas comment réparer ses conneries. Et voilà, la menace qu'il craignait tant. Qu'elle le quitte. Qu'elle parte définitivement de sa vie. Il sent son cœur se serrer face à cette perspective. Pourtant, il reste d'un calme olympien malgré la situation. « Reste. » qu'il dit, simplement, sans la lâcher du regard. Il veut lui faire comprendre qu'il compte s'expliquer. Ou du moins, il va essayer de le faire. Il sait que ça va pas être facile. Comment lui expliquer qu'il lui avait menti sans lui dire la vérité ? Un autre mensonge, voilà ce qu'il lui fallait. Lui qui détestait ça en temps normal.. Voilà qu'il continue à s'enfoncer dans des mensonges, encore et toujours. Il souffle et bois quelques gorgées de son verre qu'il repose. « Je voudrais être capable de t'expliquer pourquoi j'ai dis ça, l'autre fois, mais la vérité c'est que je peux pas. » Il est coupé par l'arrivée du serveur qui dépose les plats face à eux. Eliott le remercie du bout des lèvres avant de reporter son attention sur sa femme. « Je sais que j'ai pas été moi même ces derniers mois. C'est juste que... J'ai eu quelques problèmes, au boulot. » Au fond, il n'est pas loin de la vérité, ça doit compter quand même, pas vrai ? « J'ai voulu tout gérer moi même, sans t'en parler, mais avec la découverte de ce corps, les choses n'ont fait que s'empirer. » Logique au fond ; la pression ne faisait que s’accroître sur les officiers de police depuis que le cadavre avait été découvert. On réclamait des résultats, résultats difficiles à obtenir avec une force de police composée majoritairement de flics corrompus, lui y compris. L'envie d'une cigarette se fait plus que jamais ressentir. Alors, pour compenser, il termine son verre. « Je joue pas avec toi Stella. J'ai merdé, je le sais. Mais si t'acceptes de me laisser une chance, je ferais des efforts parce que tu mérites mieux, bien mieux. » Il se déteste de lui mentir autant, mais là, pour le coup, il le pense vraiment. Elle mérite quelqu'un d'intègre, d'honnête. Mais pour l'instant, elle est coincée avec lui. Jusqu'à ce qu'elle décide de divorcer, en tout cas.

_________________
shooting stars
I'll throw my voice into the stars and maybe the echo of my words will be written for you by sunrise. ▬ We're all broken that's how the light gets in. (Hemingway)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows

lost in the world
avatar
messages : 1544
à liberty depuis : 22/01/2015
avatar + © : heard, lolitaes.
pseudo : serenade in blue. (camélia)
dc : blue, miles, jasim et farrah.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: eliott (1/3) libre.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Mar 4 Avr - 23:20

Reste.
Douce mélodie à ses oreilles. Caresse délicate qui la fait vibrer de la tête aux pieds. Prisonnière de l'amour infinie qu'elle lui porte. Bien sûr qu'elle restera. Envers et contre tout, parce qu'on aime pas les gens que quand c'est facile. On les aime aussi quand c'est dur, quand ça crève le cœur, quand ça empêche de dormir la nuit. Même si ça fait mal, même si on préférerait en finir. C'est comme ça qu'elle l'aime, Stella. Passionnément. A en perdre la raison. Et même quand elle a des doutes, il y a toujours cette petite voix dans un coin de sa tête qui lui affirme qu'elle restera, qu'elle n'abandonnera pas, au risque d'abandonner la seule chose en laquelle elle croit réellement. Mais elle a besoin qu'il fasse des efforts à son tour, qu'ils se retrouvent à mi-chemin. Elle peut se battre, mais pas pour deux. Et elle espère qu'il sera capable d'en faire autant, qu'il laissera tomber le masque et les mystères qui lui mettent le palpitant en pagaille. - Alors, raconte-moi, parle-moi, qu'elle répond, la bouche légèrement entrouverte comme à bout de souffle. Le regard océan planté dans celui de son mari. Elle cherche le contact, un peu de chaleur. Une connexion des âmes qu'elle n'a pas eu depuis longtemps. Trop longtemps. Pendue à ses lèvres, elle le laisse s'expliquer. Les mots se perdent dans le creux de son oreille alors qu'elle tente d'assimiler les choses, de le comprendre. Et même si la tâche est difficile, elle se prête au jeu. Elle lui doit bien cela. Elle leur doit bien cela. Des problèmes au boulot. Elle hoche la tête à mesure qu'il lui raconte sa version des faits. Etre l'épouse d'un policier n'a jamais été bien simple. Il y a toujours cette crainte de l'inconnu, de ce qu'il peut arriver. Surtout dans une ville pourrie jusqu'à la moelle comme Liberty. Elle entend. Elle entend bien ce qu'il dit. Elle se sent même désolée pour lui, de s'être trouvé pris au piège, victime de l'étau qui se ressert. Mais elle n'est pas prête à effacer ce qu'il lui a fait subir. Pas maintenant. Plus tard, sans doute, une fois l'orage passé. - Eliott, je t'aime, c'est sûr et certain. Depuis toujours. Sa voix se fait plus tendre, son regard aussi. A mesure qu'elle parle, ce sont les souvenirs qui défilent dans sa tête, tous plus merveilleux les uns que les autres. Mais il y a un mais. Une ombre au tableau. - Mais, elle détourne le regard avant de continuer, tu m'as fait tellement de mal. Et je t'ai détesté de tout mon cœur. Et de savoir que tu aurais pu m'éviter cette souffrance... Elle s'arrête un instant. Tu aurais dû m'en parler ! Je pensais être ta meilleure amie avant tout. On aurait fait face ensemble. Je peux tout supporter, avec toi. Mais ce que t'as fait... me mentir comme ça, je sais pas, je sais plus... Elle soupire, le cœur lourd. Les choses se sont enchainées si rapidement et de façon si inattendue. Elle ignore comment réagir Stella. Elle ne sait plus quoi faire. Elle a besoin de temps pour mieux y réfléchir. - Et si les choses ne redeviennent jamais comme avant ? Je ne veux pas qu'un jour on se réveille, dégoutés l'un de l'autre, face à une impasse. Elle relève les yeux et les pose à nouveau sur lui, l'air désemparée. - Je suis perdue Eliott. Un jour tout allait bien, même plus que bien et le jour d'après, t'étais plus le même. Et maintenant ça ? Le mensonge ? Je te reconnais plus, je comprends plus. Un long silence s'installe. - Mais j'ai besoin de toi.

_________________

memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows

lost in the world
avatar
messages : 255
à liberty depuis : 31/03/2017
avatar + © : Theo James. (yourdesigndiary & bat'phanie)
pseudo : Bangkok. (Laura)
dc : Jade.
polaroïd :
guilty pleasures : His cigarettes. Gambling.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Disponible.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Jeu 6 Avr - 20:19

Il s'en veut, Eliott, de lui mentir comme ça alors même que leur mariage est déjà en danger. Si elle venait à découvrir qu'il lui cache encore quelque chose, Stella ne pourra probablement pas lui pardonner – à raison. Mais c'est tellement plus facile d'atténuer la réalité. C'est tellement plus facile de mentir encore et encore, au lieu de tout lui dire, au lieu d'affronter son regard une fois qu'elle aura découvert ce qu'il était devenu. Un flic déchu. Une ordure, qui vaut pas mieux que les autres pourris de la ville alors même qu'il était si fier d'être intègre et honnête. Et le pire dans tout ça, c'est que le policier est soulagé de voir que Stella semble le croire. Qu'elle semble lui faire suffisamment confiance pour accepter ce qu'il dit sans creuser – du moins pour l'instant -, sans se douter qu'il est encore une fois en train de lui mentir. Il sait pas encore si il va être capable de se regarder dans un miroir après ça, après l'avoir manipulé comme ça. Mais ça en vaut la peine si ça veut dire que Stella lui pardonne, ou du moins, accepte d'être dans la même pièce que lui sans avoir envie de l'étriper. Enfin.. C'est pas si facile que ça. Il le réalise quand sa femme complète sa phrase d'un 'mais'. C'est jamais bon signe quand une phrase se termine comme ça. Ça veut dire que le pire reste à venir. Que ça risque de mal finir. Et à ses mots, Eliott baisse le regard. Il baisse le regard parce que tout ça s'applique encore à son comportement actuel. Il continue à lui mentir, à la faire souffrir, à ne pas lui parler de ce qui se passe. Pourtant, malgré les propos tenus par la blonde, il compte pas changer son comportement. Il va continuer. S'enfoncer encore et encore, jusqu'à être prisonnier de cette toile de mensonges qu'il a lui même tissé. Alors il la laisse terminer, sans rien dire. Enfin, il se redresse. Il veut la convaincre qu'il peut être là pour elle. Qu'il peut mettre ses problèmes de côté et redevenir le mari qu'il a un jour été. « Ça finira par redevenir comme avant. Peut-être que ça prendra du temps mais.. Ça peut pas se finir comme ça. » Des épreuves, ils en avaient déjà traversé ensemble. D'accord, ça n'avait jamais été difficile que ce qu'ils peuvent vivre actuellement. Mais ils s'aiment suffisamment pour surmonter tout ça, il le sait. « Reviens à la maison. C'est chez toi, chez nous.. Et c'est bien trop vide et froid sans toi. » Cette notion de maison, de foyer, perdait tout son sens quand elle n'y était pas. « Je te demande pas de me pardonner maintenant. Si il faut, je prendrais la chambre d'amis. » Cette chambre d'amis qui devait un jour devenir une chambre d'enfant. Encore un projet mis à mal par sa faute. A croire qu'il corrompt tout ce qu'il touche, y compris ses propres rêves. « Je veux juste que.. Que tu reviennes. Qu'on réapprenne à vivre comme un couple, un vrai, petit-à-petit. » Parce qu'au fond, ils étaient devenus des étrangers l'un pour l'autre ces derniers mois. Peut-être que c'est de ça dont ils ont besoin, d'apprendre à se connaître à nouveau. « Alors, t'en dis quoi ? » qu'il demande, plein d'espoir. Il tend sa main vers elle, la pose sur la table, espérant qu'elle fasse l'autre moitié du chemin pour la prendre – le premier pas vers ce qui semblerait être la guérison de leur couple.

_________________
shooting stars
I'll throw my voice into the stars and maybe the echo of my words will be written for you by sunrise. ▬ We're all broken that's how the light gets in. (Hemingway)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows

lost in the world
avatar
messages : 1544
à liberty depuis : 22/01/2015
avatar + © : heard, lolitaes.
pseudo : serenade in blue. (camélia)
dc : blue, miles, jasim et farrah.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: eliott (1/3) libre.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Dim 9 Avr - 0:24

Elle a besoin de lui comme un cœur a besoin de battre. C'est maladif. C'est vital. Ca fait partie d'elle. Une sensation que les mots peinent à expliquer correctement. Stella, elle avait jamais cru au grand amour avant Eliott et maintenant, elle ne jure que par cela. Elle se voit vieillir à ses côtés jusqu'à la fin. Enfin, elle se voyait. Depuis quelques temps, l'image se trouble de plus en plus dans sa tête. Mais elle peut pas imaginer un après. Une vie sans lui. C'est pas possible, ça la bouffe, ça la tue. Comme un corps étranger, chaque fibre de son être se met en œuvre pour rejeter cette idée. Alors, elle le laisse parler. Lui prouver qu'ils ont encore du chemin à faire ensemble, que ça ne peut pas en rester là. Et elle est d'accord. Elle pense comme lui. Mais les choses s'enchainent trop brutalement. Stella, elle perd pied. Stella, elle arrive plus à suivre. - Je peux pas revenir à la maison si c'est pour me heurter aux mêmes silences, au froid... Je ne veux pas associer notre foyer à ça. J'ai besoin de savoir que si je reviens, c'est pour de bon et que les choses seront calmées entre nous. Elle grignote un peu de ses pâtes, mais sans grand appétit. Pourtant de nature gourmande, cet ascenseur émotionnel lui a coupé l'envie de manger. Tout ce qu'elle souhaite Stella, c'est de retrouver sa vie comme elle était avant. Elle veut retrouver les bras de son mari. La berceuse réconfortante de son cœur qui bat lorsqu'elle a sa tête posée contre son torse. Oui, elle veut retrouver tout cela. Mais de la bonne façon, pas en y allant tête baissée. Elle ne sera pas capable d'affronter la tempête une nouvelle fois. - Mais t'as raison, on a besoin d'y aller doucement. Lui dit-elle en le regardant droit dans les yeux, comme pour y chercher son approbation. - Je pense rester chez Poppy encore un moment. Le temps qu'on retrouve confiance l'un en l'autre, conclut-elle en reposant sa fourchette alors qu'il pose sa main sur la table, appelant la sienne. Le regard de Stella se pose sur ces doigts qu'elle aimerait tant serrer. Elle observe un moment, hésitante. Victime du flot permanent de questions qui lui embrouillent l'esprit. Elle aimerait bien y croire – aux mots doux, aux promesses. A ce tendre regard que son époux lui adresse. Mais il y a toujours cette petite voix dans sa tête qui la supplie de ne pas tomber dans le panneau, d'y réfléchir à deux fois. Elle est perdue Stella. Complètement paumée. Elle a l'impression de ne plus y voir clair, de ne plus réfléchir correctement. Elle ignore si sa solution est la bonne. Elle craint de faire fausse route, qu'ils finissent par s'éloigner davantage loin de l'autre. Mais revenir chez elle, chez eux... L'idée lui semble impensable pour le moment. Pas quand il y a moins d'une heure encore, elle l'imaginait s'en taper une autre. Mais elle est prête à faire des efforts de son côté alors, doucement, tendrement, elle glisse sa main dans celle d'Eliott. Comme deux pièces d'un puzzle qui se complètent parfaitement. Elle respire à nouveau. Difficilement encore, mais elle respire. - Tu veux me raconter les problèmes que tu as eu au boulot ? Elle l'aime tellement qu'elle en a oublie sa souffrance à elle. Elle veut l'aider, l'épauler, qu'il se confie pour se soulager. C'est son bonheur avant le sien. Son mari avant le reste.

_________________

memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows

lost in the world
avatar
messages : 255
à liberty depuis : 31/03/2017
avatar + © : Theo James. (yourdesigndiary & bat'phanie)
pseudo : Bangkok. (Laura)
dc : Jade.
polaroïd :
guilty pleasures : His cigarettes. Gambling.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Disponible.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Lun 10 Avr - 21:42

Il sait bien que ça va pas être si facile que ça. Il a tellement merdé, Eliott. Alors penser que Stella lui pardonnerait comme ça, en un claquement de doigts, serait se voiler la face. Réaliste, il l'est. C'est pour ça qu'il lui ment. Parce que pour le brun, c'est le seul moyen de la récupérer. C'est le seul moyen de revoir un jour cette lueur dans le regard de sa femme. Cette lueur qui semble dire 't'en fais pas, je suis là, tout ira bien'. Cette lueur, symbole de son espoir. Lueur qu'il avait étouffé au fil des mois et des mensonges, au fil de mots non dits et de promesses brisées. Il l'avait étouffé jusqu'à l'éteindre totalement et voilà où ils en étaient désormais. C'est sans doute précipiter de lui demander de revenir. Mais Eliott peut pas s'en empêcher. Elle lui manque tellement. Quand sa femme refuse, il s'énerve pas. Il a pas le droit de s'énerver à cause de ça, de toute façon. Surtout qu'il comprend pourquoi elle refuse. Il l'écoute et doit admettre que c'est sans doute elle qui a raison. Et qui sait, pendant son absence, peut-être qu'il parviendra à régler tous ses problèmes. Peut-être qu'il pourra se débarrasser de cette histoire de corruption une fois pour toute. Naïf. Voilà ce qu'une petite voix semble chuchoter dans son esprit. Comme si il allait pouvoir régler en quelques semaines un problème qu'il a depuis des mois. Pourtant, alors même qu'il est si pragmatique d'ordinaire, Eliott continue à se voiler la face. Quand il capte son regard, il hoche la tête, signe qu'il comprend pourquoi elle refuse de rentrer maintenant. « T'as raison. Prends ton temps, Stella. Je veux qu'on fasse les choses correctement. » Bouffée de sincérité perdue dans tous ses mensonges. Ça finira mal, forcément. Mais ça il veut pas l'admettre. Il pense réellement que tout va s'arranger. Qu'il va faire des efforts, que ça sera suffisant. Un léger sourire étire ses lèvres quand Stella s'empare de sa main, rassuré de voir que tout n'est pas perdu. Il serre sa main. Légèrement. C'est comme un moyen de s'assurer que c'est bel et bien réel. Que c'est pas juste un rêve, fruit d'une imagination prête à tout pour réconforter son esprit torturé. Et là voilà, la question qu'il a tant appréhendé depuis qu'il a recommencé à lui mentir effrontément. Il hausse les épaules. Il est conscient qu'il doit lui donner quelque chose si il espère améliorer les choses. Autrement, Stella aurait l'impression qu'il ne faisait pas d'efforts. « C'est compliqué. Je peux pas trop en parler parce que c'est une affaire en cours mais.. » Il soupire. Il déteste lui mentir et ce qu'il déteste encore plus, c'est la facilité déconcertante avec laquelle les mensonges lui viennent. « C'est une affaire de corruption. Je suis dessus depuis des mois mais.. J'y arrive pas. Je suis dans une impasse et peu importe ce que je fais, je reviens au point de départ. » La corruption. Voilà qu'il ose prétendre essayer de résoudre ce problème alors même qu'il en est au cœur. Le serveur passe et propose de remplir leur verre. Eliott accepte, réalisant par la même occasion qu'il n'a toujours pas touché son plat. Il prend sa fourchette et commence à jouer avec sa lasagne, sans grande conviction. « C'est débile et j'aurais pas du laisser ça empiéter sur mon moral, et encore moins sur notre couple. Je me sentais juste.. inutile. Je passais mon temps à retourner le problème dans tous les sens sauf que finalement, j'ai rien réussi à part m'éloigner de toi. » termine-t-il avant d'avaler un petit bout de lasagne. Ça, c'était la vérité. Il avait été tellement obnubilé par la recherche d'un moyen de sortir de ses problèmes qu'il s'était complètement isolé, laissant Stella en dehors de sa bulle. « Assez parlé de moi. Et toi alors ? Tout va bien chez Poppy ? Et le boulot ?» qu'il demande. Il vaut mieux changer de sujet pour lui, avant qu'il ne dise quelque chose qui ne le compromette.

_________________
shooting stars
I'll throw my voice into the stars and maybe the echo of my words will be written for you by sunrise. ▬ We're all broken that's how the light gets in. (Hemingway)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows

lost in the world
avatar
messages : 1544
à liberty depuis : 22/01/2015
avatar + © : heard, lolitaes.
pseudo : serenade in blue. (camélia)
dc : blue, miles, jasim et farrah.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: eliott (1/3) libre.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Mar 11 Avr - 23:31

- J'ai vraiment envie de faire en sorte que ça marche. Je veux qu'on y aille doucement, mais surement, dit-elle de sa voix rassurante et chaleureuse. Elle n'oublie pas, Stella. Les mensonges et la souffrance occasionnée. Mais, elle prend du répit, loin de sa douleur et de ses doutes. Elle souffle. Elle n'oublie pas, mais c'est facile de fermer les yeux, ne serait-ce qu'une soirée. Elle sert la main d'Eliott plus fort, comme pour lui faire comprendre qu'elle ne veut plus jamais la lâcher. Elle sert sa main et c'est son corps tout entier qui réclame le sien. Il lui manque. Terriblement. Chaque fibre de son être hurle son nom. Elle n'a pas l'habitude d'être loin de lui, même si ces derniers mois, ils étaient proches et éloignés à la fois. Et puis, c'est son regard qui se plonge à nouveau dans celui du policier. Elle y voit de l'amour, de la tendresse et toutes ces choses qui s'étaient envolées les semaines passées. Son cœur bat allègrement. C'est facile de faire des efforts quand il la dévore des yeux comme cela. Elle est peut-être stupide, peut-être naïve, mais elle a envie d'y croire, à lui, à eux, à cette histoire qui ne se terminera pas ce soir. Elle veut croire à un nouveau départ, à une nouvelle chance. Même si cela doit être synonyme de bêtise ou d'idiotie. Elle est prête à assumer ce rôle si cela signifie qu'elle vivra encore de belles années auprès de celui qu'elle aime. Alors, pour ce raccrocher à cette lueur d'espoir, elle accepte de mettre leurs différents de côté. Le temps d'un repas. Le temps d'une pause bien méritée.
Ils parlent de lui, de son boulot, de ses problèmes. Et à mesure qu'il met en mots ses doutes et ses ratés, le naturel revient au galop. La situation n'est pas étrange. Stella ne se force pas. Comme si l'eau avait coulé sous les ponts. Eux deux, c'est une évidence, même si la route connait son lot de dangers. Corruption. Un mot que Stella connait bien pour avoir rédigé des dizaines de papiers à ce propos. Un fléau qui ronge les entrailles de Liberty.  Une misère sur laquelle la ville s'est construite. Elle fronce les sourcils aux dires de son époux. Stella, elle brille par son intégrité. Elle déteste ce que ce monstre et ses esclaves font de sa ville. Elle aimerait nettoyer les rues de ces saletés, mais c'est un travail colossal qui demande bien plus que la volonté d'une simple journaliste. Bien sûr, elle rajoute sa pierre à l'édifice, mais elle espérerait que la ville toute entière y mette du sien. Que tout le monde soit un peu plus comme Eliott, même s'il s'est laissé dévoré par cette affaire au point de mettre son couple en périple. Cette idée lui réchauffe le cœur. Sa souffrance ne fut pas totalement vaine, une conséquence d'une bonne action, d'un désir de faire régner l'ordre. Elle serait presque fière de lui. Presque. Si seulement il n'avait pas joué avec ses sentiments. Stella détourne le regard. Elle ne peut s'empêcher d'y penser, même si elle apprécie ce moment passé avec lui. C'est un éternel combat entre elle et elle-même. Il y a sa conscience qui la somme de réfléchir et son cœur qui la supplie de céder. Sa raison et son amour. Elle ne sait plus où donner de la tête. Malgré cela, elle tente tant bien que mal de faire bonne figure, de l'écouter, de lui sourire. Elle n'a pas envie de ruiner l'instant. Les moments comme celui-ci se font bien trop rares. - Tu es quelqu'un de bien Eliott. Tu trouveras comment t'en sortir. Tu trouves toujours comment faire et en restant au plus près de tes convictions. C'est ce que j'aime chez toi, lui dit-elle en papillonnant du regard. Des mots bleus discrètement déposés avant de changer de sujet. - Plutôt oui. Elle est adorable avec moi, enfin, autant que possible, tu la connais, dit-elle en riant légèrement, et le boulot, c'est toujours la même chose. Un nombre incroyable de personnes qui veulent ma tête, mais je fais face !

_________________

memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows

lost in the world
avatar
messages : 255
à liberty depuis : 31/03/2017
avatar + © : Theo James. (yourdesigndiary & bat'phanie)
pseudo : Bangkok. (Laura)
dc : Jade.
polaroïd :
guilty pleasures : His cigarettes. Gambling.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Disponible.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Sam 15 Avr - 22:22

Eliott, a force de raconter des conneries, il finit par y croire. Il croit qu'il ne fait rien de mal ; ou plutôt, qu'il fait au mieux étant donné sa situation. Au fond, c'est pas lui le connard. Ce sont plutôt tous ces types qui se sont servis de sa faiblesse, de son point faible pour le retourner et le faire passer du mauvais côté. Lui, il a pas vraiment eu le choix. Et il l'a toujours pas. Il est obligé de mentir à Stella. Et il continue à avancer, aveugle, croyant sincèrement faire toujours partie des gens biens, de ceux qui n'ont rien – ou presque – à se reprocher. Les propos de Stella, la confiance qu'elle semble avoir en elle, l'assurance dans sa voix.. Le cœur de l'officier se serre, conscient qu'il lui ment ; mais en même temps, cela ne fait que confirmer ce qu'il pensait, le fait qu'il va s'en sortir. En attendant, il peut compter sur la présence de Stella. Il en a jamais douté. Il a juste eu peur qu'elle finisse par découvrir la vérité et cette perspective l'effraie encore, d'autant plus qu'après tous ces mensonges qu'il lui a servi ce soir, sa rancune sera forcément amplifiée. Alors Eliott a vraiment plus le choix. Il est obligé de faire quelque chose, de régler ce qui le trouble autant avant qu'il ne soit trop tard. « Tu m'aides, tu sais. A rester proche de mes convictions. Quand je vois la passion avec laquelle tu luttes pour faire de cette ville un endroit meilleur.. Ça me donne envie d'être à ta hauteur. » Et ce n'est pas un mensonge, cette fois. Stella est un modèle d'intégrité. Elle a toujours dénoncé la corruption qui pourrit la ville depuis toujours, c'est pour ça que tout lui dire est aussi compliqué. L'officier sourit légèrement. Il grignote encore un morceau de sa lasagne même si l'appétit n'est toujours pas là. C'est plus un geste mécanique qu'autre chose finalement. « C'est parce que tu leur fais peur. » qu'il lance avant d'avaler quelques gorgées de son vin. « Tu mets toujours le doigt sur ce qui va pas et ça plaît pas à tout le monde, forcément. » Il s'arrête un instant. Hausse les épaules. Reprends. « Et je suis fier de toi, de la femme forte que tu es. De tout ce que tu as accompli et tout ce que tu fera encore. » Il a l'impression que ces derniers temps, à cause de son comportement, Stella s'est remise en question et il veut se rattraper, un peu au moins. Ça va pas tout effacer mais c'est déjà un bon début. Pour le reste, il va improviser. Il se contente d'être lui même en oubliant ses soucis, au moins le temps d'une soirée. Il sait bien que ça pourra pas toujours être comme ça. Que ça va finir par reprendre le dessus. Mais pas ce soir.

_________________
shooting stars
I'll throw my voice into the stars and maybe the echo of my words will be written for you by sunrise. ▬ We're all broken that's how the light gets in. (Hemingway)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows

lost in the world
avatar
messages : 1544
à liberty depuis : 22/01/2015
avatar + © : heard, lolitaes.
pseudo : serenade in blue. (camélia)
dc : blue, miles, jasim et farrah.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: eliott (1/3) libre.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Mar 18 Avr - 1:05

Stella, elle a toujours voulu dénoncer les injustices, rendre le monde meilleur à son échelle, lutter contre le vice. Ô bien sûr, la poupée de la ville n'est pas parfaite, elle a même quelques ombres au tableau, mais elle a toujours tenté de faire de son mieux pour se maintenir à flot. Elle est sensible, Stella, derrière cette froideur solaire qui la caractérise. Elle déteste la méchanceté gratuite, celle qui piétine violemment les âmes, ne laissant que des poussières de rêves et des larmes salées. Elle n'a jamais été de ces filles qui se moquaient, au lycée, pour se réconforter ou pour faire naitre des rires. Elle n'a jamais été cible, non plus. Elle était le rayon de soleil, discret, mais tendre, qui parcourait les couloirs à la recherche de regards, de sourires qui lui feraient palpiter le cœur. Et un jour, son regard se posa sur Eliott et son ciel n'eut plus jamais de nuages, du moins, aucun qu'un geste de sa part ne put balayer. Jusqu'à aujourd'hui. - T'as toujours voulu faire le bien, Eli. Avec ou sans moi. C'est ce qui a fait toute la différence, c'est pour cela que je suis avec toi et pas avec Carter Lindley, elle rit en pensant à lui, cet homme qu'elle n'a pas vu depuis des années mais qui avait tenté de s'attirer ses faveurs alors qu'elle venait de rencontrer Eliott. L'archétype même de l'adolescent stupide aux desseins malhonnêtes. Beau comme un dieu grec. Mais il y a eu Eli et le reste n'avait plus d'importance. Elle caresse sa main à nouveau en repensant à ces souvenirs. A ce sentiment d'avoir trouvé sa moitié, d'être complète, quand il l'embrassa pour la première fois. C'est toutes ces choses qui lui donnent envie de le pardonner. D'oublier cette bosse sur leur route presque parfaite. - Tu trouves que je fais peur, moi ? Dit-elle, l'air faussement naïf alors qu'elle s'amuse à faire des grimaces. La légèreté l'enivre. L'alcool aussi. Elle rit de plus belle puis l'écoute parler. C'est vrai qu'à Liberty, Stella n'a pas que des amis. Elle a d'ailleurs été la muse de plusieurs lettres de menaces. Mais elle n'a jamais eu peur, jamais vraiment. Pas quand elle avait l’occasion de se blottir dans les bras de celui qui faisait le beau temps dans son ciel gris. - Je trouve qu'on vit plutôt dangereusement, elle sourit, amusée, toi policier, moi gratte-papier et fouine incorrigible... Je suis étonnée qu'on soit encore de ce monde ! Nos enfants auront du soucis à se faire, elle rit mais la légèreté s’envole, balayée par une simple idée qui a l'effet d'une bombe. Des enfants ? Elle ignore si cela est toujours d'actualité. Elle se demande même si cela l'a été un jour. Après onze ans de vie commune, c'est une question qui revient sans cesse. Des autres, de l'autre, de soi. Une question qu'elle pensait morte et enterrée il y a à peine une heure encore. Elle ne sait comment rattraper cela, alors Stella se contente de boire une gorgée de son verre.

_________________

memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows

lost in the world
avatar
messages : 255
à liberty depuis : 31/03/2017
avatar + © : Theo James. (yourdesigndiary & bat'phanie)
pseudo : Bangkok. (Laura)
dc : Jade.
polaroïd :
guilty pleasures : His cigarettes. Gambling.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Disponible.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Jeu 20 Avr - 21:02

Malgré tout ce qu'ils ont enduré ces derniers mois et l'enfer qu'Eliott lui a fait vivre, Stella continue à faire son éloge et Eliott ignore si ça lui met du baume au cœur ou si ça accentue sa culpabilité. Probablement un peu des deux. Ça l'empêche pas de lever les yeux au ciel quand il entend parler de Carter Lindley – et de sourire, un peu amusé par cette réflexion qui ne manque pas de détendre l'atmosphère. Jaloux, Eliott l'a toujours été. Mais là, pour le coup, il n'y a aucune jalousie, rien à part la chaleur ressentie en évoquant de vieux souvenirs. « Carter a jamais eu la moindre chance, il pouvait pas rivaliser avec quelqu'un d'aussi beau et drôle que moi. » qu'il balance avec un air faussement sûr de lui. Malgré son physique plutôt avantageux, Eliott a jamais été du genre à mettre en avant son apparence ou à en jouer. Il en a jamais profité pour s'attirer les faveurs féminines. De toute façon, il a rapidement rencontré Stella et elle a éclipsé toutes les autres femmes qu'il pouvait rencontrer sur son chemin. « Puis tu sais, j'ai entendu parler de lui la dernière fois. Il paraît qu'il dépense plus d'argent en bière que dans les pensions alimentaires qu'il doit à sa femme. » qu'il confie avec un air complice. Des moments comme ça, ça lui a manqué, forcément. Eliott avale un peu de lasagne avant de définitivement poser sa fourchette – c'est froid, de toute façon. Il hoche la tête légèrement à la question de sa femme. « Bien sûr. Et si quelqu'un en doute.. Regarde le de la même façon que tu le fais quand j'oublie de vider le lave-vaisselle. Crois-moi, ils voudront plus plaisanter avec toi après ça. » Il rit légèrement en se remémorant ces moments qui faisaient partie de leur quotidien dans ce qui semblait être une autre vie tant ça paraît lointain. Et si il sourit, ça ne dure pas bien longtemps. Retour à la réalité. Les enfants.. Ces enfants qui avaient fait partie des projets qu'ils gardaient pour un avenir assez proche. Qu'en était-il désormais ? Ils étaient à l'arrière plan, incertains, flous, troubles, comme leur avenir. Il voit bien que Stella aussi ressent ce malaise. C'est comme un dur rappel de l'état actuel de leur relation après ces quelques minutes plus légères. L'américain aimerait dire quelque chose mais lui même se retrouve piégé dans une nuée de sentiments contradictoires mêlant nostalgie, tristesse et regrets. Il cherche quoi dire. « Tu sais, si ils ressemblent ne serait-ce qu'à moitié à leur mère, ils pourront tout affronter sans rien craindre. » Et c'est rien d'autre qu'un couteau en plein cœur. Il aggrave son cas, incapable de changer de sujet de façon subtile – voilà qu'il panique et balance ce qu'il a en tête. Et c'est alors que le serveur arrive, les sauvant d'une situation de nouveau bien trop tendue. « Vous avez terminé ? » Il hoche la tête même si son assiette n'a pas beaucoup bougé – et celle de Stella non plus. Le serveur s'empare des assiettes et repart aussi vite qu'il est arrivé. « Tu veux un dessert ? » Question stupide. Elle n'a quasiment rien mangé, l'estomac probablement aussi noué que le sien. «  On devrait plutôt prendre l'air. Marcher un peu, sortir d'ici. » qu'il propose alors, comme si il s'agissait de la solution à tous leurs problèmes.

_________________
shooting stars
I'll throw my voice into the stars and maybe the echo of my words will be written for you by sunrise. ▬ We're all broken that's how the light gets in. (Hemingway)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows

lost in the world
avatar
messages : 1544
à liberty depuis : 22/01/2015
avatar + © : heard, lolitaes.
pseudo : serenade in blue. (camélia)
dc : blue, miles, jasim et farrah.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: eliott (1/3) libre.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Ven 28 Avr - 12:50

Elle a toujours été carriériste Stella. Tout du moins, autant que peut l'être quelqu'un dans une ville aussi petite et réductrice que Liberty. Mais malgré cela, la question des enfants a toujours été une évidence, mais de celles qu'on ne prononce pas au risque de s'y brûler les ailes. Elle a toujours préféré attendre, gardant cette idée dans un coin de sa tête en attendant le bon moment, le cœur battant au rythme de l'horloge biologique. A presque trente ans et en couple depuis toujours, cela intrigue les gens, les autres. 'C'est pour quand ?' Qu'ils demandent sans cesse, avec le sourire, mais l'air de dire que le temps s'affole et qu'ils ne vont pas en rajeunissant. C'est vrai qu'ils ne sont plus tout jeunes, bloqués entre la vingtaine et la trentaine, quand les vrais problèmes de la vie se mêlent  à la danse, mais qu'on n'a pas réellement envie de les affronter. Toujours un pied bien ancré dans l'insouciance. Mais ces dans ces moments-là que Stella se sent faire son âge. Quand son mariage bat de l'aile et qu'elle craint de voir sa vie partir en fumée. Une pensée qui l'irrite et l'agace. Elle est indépendante, mais cela a visiblement ses limites. Elle ne peut s'imaginer continuer sans lui. Quitte à paraître stupide. Elle décline poliment en secouant la tête lorsque Eliott lui propose un dessert. Non, elle n'en veut pas, elle qui est de nature si gourmande en règle générale. Néanmoins, l'idée ne lui semble tout simplement pas séduisante. Elle a bien d'autres préoccupations en tête que son estomac qui se tord chaque fois que son mari pose le regard sur elle. On devrait plutôt prendre l'air. Marcher un peu, sortir d'ici. Elle hésite un instant, se mordant la lèvre inférieure sans même s'en rendre compte. Stella ignore si cela est une bonne idée ou non. Elle craint de marcher à ses côtés et de céder à l'envie de lui tenir la main, de l'embrasser au coin d'une ruelle. Elle en meurt d'envie, mais sa raison la supplie de renoncer, lui criant de rentrer chez elle. Après tout, elle a eu ce qu'elle voulait: Elle lui a fait un effet boeuf avec sa robe, elle ne s'est pas replongée dans ses bras à la première occasion et elle a mis les choses au clair avec lui. Elle devrait être satisfaite et mettre un terme à ces retrouvailles quelques peu étranges. Elle devrait rejoindre son lit pour penser et repenser à tout ce qu'ils se sont dit. Elle devrait, mais elle ne le fait pas, car son coeur crie bien plus fort que sa raison. Elle s'essuie discrètement le coin de la bouche de sa serviette puis, lui adresse un sourire alors qu'elle se relève pour partir en sa compagnie, laissant derrière eux les commères fortunées de Liberty.
(...)
Ils marchent et même si le silence règne, la gêne n'est pas de la partie. C'est un soupir, un répit qui apaise leurs coeurs égratignés. - Oh, le casino. Je n'y suis pas allée depuis des années, ça te tente d'y faire un tour puisque nous sommes habillés en circonstances ? Son rire cristallin résonne comme une douce mélodie alors qu'elle désigne sa robe et le costume d'Eliott du regard. Elle rit car elle est loin de se douter du mal qui ronge celui qu'elle aime.

_________________

memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows

lost in the world
avatar
messages : 255
à liberty depuis : 31/03/2017
avatar + © : Theo James. (yourdesigndiary & bat'phanie)
pseudo : Bangkok. (Laura)
dc : Jade.
polaroïd :
guilty pleasures : His cigarettes. Gambling.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Disponible.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Ven 5 Mai - 22:43


Eliott retient son souffle. Stella, elle a toute les raisons du monde de refuser. Ce serait peut-être même plus raisonnable, pour eux deux. Mettre fin à cette soirée qui s'est plutôt bien déroulée. Y aller petit à petit. Mais il veut pas que ça se termine et si il a la moindre chance de gagner quelques minutes de plus avec Stella, alors il la saisit. C'est un sourire qui vient enfin étirer ses lèvres quand sa femme accepte, après quelques instants d'hésitation. Alors il demande la note, la règle et quitte les lieux, accompagné par la source de toutes ses joies. Cette marche silencieuse lui rappelle le début de leur histoire ; quand il la raccompagnait après leurs rendez-vous et qu'ils marchaient, côte à côte, en attendant d'atteindre le perron de la belle. C'est un peu la même sensation que celle qui l'habitait à l'époque, qu'il ressent. L'impression qu'il doit conquérir son amour mais surtout l'impression de l'aimer plus que jamais. Et c'est son cœur qui loupe un battement face aux paroles de sa femme. Il lève les yeux face au bâtiment qui représente toutes ses peurs et ses démons. Plus d'un mois sans jouer, un mois à se contrôler pour tenter de se sortir de cette spirale infernale dans laquelle il avait plongé. Un mois à se contrôler pour réparer son couple, pour elle. Et voilà Stella, innocente, qui pense bien faire, qui lui demande de replonger dans ses travers. Le pire dans tout ça, c'est qu'il hésite pas ; il peut pas hésiter quand il l'entend rire comme ça, quand il voit l'espoir dans son regard, celui de profiter l'un de l'autre comme ils le faisaient avant. « T'as raison, on risque pas de nous revoir habillés comme ça de si tôt alors.. Après toi. » qu'il dit, donnant son âme au diable. Mais c'est pas grave parce qu'il peut bien traverser l'enfer si Stella est à ses côtés. Le brun la laisse entrer en premier, la suivant de près. A peine arrivée, les lumières tapageuses lui brûlent la rétine alors que le bruit des rires et des machines envahissent son esprit. Son cerveau lui hurle d'aller jouer, d'aller parier, de s'enivrer des sensations provoquées par les risques pris en pariant. Mais Stella est là alors il doit se contrôler. Elle sera son repère, son phare, son roc, le seul moyen qu'il a de ne pas sombrer dans la folie. Ils échangent un peu d'argent contre des jetons avant de se diriger vers la table qui s'occupe de la roulette. C'est bien, pour commencer. Peut-être même qu'il sera pas obligé de jouer. Stella peut très bien parier à sa place et lui, être là, pour profiter de sa présence sans céder aux sirènes tentatrices du jeu. Ses deux faiblesses sont là, réunies, comme pour le tourmenter et le torturer inlassablement. « Je te laisse choisir la couleur. » dit-il à sa femme avec un sourire. Il se glisse à côté d'elle, fièrement. Et pourtant.. Quand la roulette tourne, ce n'est plus sa femme qu'il regarde. C'est cette roue, qui tourne encore et encore jusqu'à l'en rendre dingue. Finalement, elle s'arrête. Mauvaise couleur. « Merde. » qu'il jure tout bas. Stella l'a entendu, pourtant. Il hausse les épaules, nonchalant. « Tu sais comme je suis, quand je perds. Ma manette de playstation s'en souvient encore ! On aura plus de chance ailleurs. » qu'il dit pour la détourner vers un souvenir commun, dans l'espoir qu'elle ne remarque rien. Il peut pas se permettre de merde Eliott. Pas ce soir. Si il merde, c'est terminé. Et si il perd Stella, il perd tout.

_________________
shooting stars
I'll throw my voice into the stars and maybe the echo of my words will be written for you by sunrise. ▬ We're all broken that's how the light gets in. (Hemingway)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows

lost in the world
avatar
messages : 1544
à liberty depuis : 22/01/2015
avatar + © : heard, lolitaes.
pseudo : serenade in blue. (camélia)
dc : blue, miles, jasim et farrah.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: eliott (1/3) libre.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Lun 8 Mai - 21:16

Il y a comme un goût de déjà-vu quand elle s'échappe du restaurant au bras de celui qu'elle aime. Comme un retour en arrière des plus plaisants, qui fait palpiter son cœur, follement. Elle se souvient de tout Stella. Des papillons dans le ventre, de la tête qui tourne, des genoux qui tremblent. La plus belle des maladies. Et elle veut pas s'en soigner, Stella. Même si ça fait mal, parfois. Même si ça a le don de terrasser tout le reste en un claquement de doigts. Elle est prête à reprendre le risque. Elle le doit bien à la gamine qu'elle a été autrefois. Celle qui est tombée amoureuse d'Eliott comme on attrape froid. Sans s'y attendre et tout d'un coup. Qui aurait cru que ça durerait jusqu'à maintenant. Elle a le sourire aux lèvres rien qu'en y pensant. Stella, elle s'offre un peu de répit à en oublier pourquoi elle était fâchée, pourquoi elle avait le cœur brisé, il y a quelques heures de cela. Certains crieraient à la faiblesse et sans doute qu'ils auraient raison. Peut-être qu'elle est pas assez forte, Stella, quand il s'agit de son mari. Peut-être qu'elle se voile la face sur son mariage qui n'est pas si parfait que ça. Mais elle décide de faire abstraction des mauvaises pensées. Quitte à être dehors et bien habillée, autant en profiter. Alors, elle propose de prolonger la soirée au casino, un endroit qu'elle n'a pas l'habitude de fréquenter. Son époux non plus d'ailleurs, enfin, c'est ce qu'elle croit. Il semble conquit par l'idée, elle a le cœur qui s'emballe comme une adolescente. L'ivresse d'un premier rendez-vous, l'exaltation des sentiments qui renaissent. Elle peut pas l'expliquer Stella, mais aimer Eliott, c'est dans ses gênes, gravé dans son ADN. Il est sa moitié, son âme sœur et elle le sait, elle en est sûre, elle était faite pour le rencontrer, pour l'épouser, pour vivre à ses côtés. C'est d'une niaiserie affligeante qui lui donnerait sûrement la nausée s'il ne s'agissait pas d'elle. Mais voilà, c'est toutes les particules de son être qui s'affolent à la simple pensée d'Eliott et de la bague qu'elle a autour du doigt. Comme une gamine qui découvre l'amour pour la première fois. Envolés les craintes, les doutes – seulement pour ce soir. Elle attrape à nouveau sa main et l'entraine à l'intérieur du casino, les yeux éblouis par le vice qui y règne. Mais elle s'en accommodera, le temps d'une soirée. Le temps de s'amuser, rien qu'un peu. (…) - Rouge ! Qu'elle dit avec enthousiasme, le cœur serrer en l'attente de la réponse laissé au hasard. Mais c'est le noir qui sort. Et Stella, elle aime pas vraiment perdre, mais c'est pas si grave quand c'est un jeu. C'est le risque, après tout. Elle entend pourtant Eliott manifester son mécontentement et un mot sifflé entre les dents. Mais elle s'attarde pas forcément sur la question, surtout qu'il est vrai qu'il n'est pas le plus bon des perdants. C'est une force de caractère qui le pousse à être un bon policier. Elle le sait bien. - On s'essaye aux machines à sous ? Elle dépose un baiser sur sa joue, comme si de rien n'était. Comme s'ils étaient revenus en arrière, quand tout allait bien. Elle l'entraine avec elle jusqu'aux machines, intriguée par une vieille dame qui guette les perdants pour prendre leur place dans l'espoir de récolter le jackpot. - C'est quand même triste d'en arriver là, d'être accro aux jeux, comme ça... C'est triste, conclut-elle, la mine quelque peu décomposée. Elle est pas de nature à juger les autres, Stella. Mais elle a le cœur gros et ça la tue vraiment d'assister à ça. A voir les gens s'user, incapable de pouvoir y faire quoi que ce soit. Sauf écrire. Dénoncer. Ca, elle sait faire, la journaliste. - Eliott ! Quelle bonne surprise de te voir ici ! T'es pas venu depuis longtemps dis donc, c'est la voix d'un homme qui interrompt leur conversation. Un inconnu que Stella n'a jamais vu auparavant mais qui semble bien connaître son époux. Elle sourit poliment et se contente de les écouter. Même si elle fronce les sourcils à mesure que l'homme parle. Comme un truc pas clair qui menace.

_________________

memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows

lost in the world
avatar
messages : 255
à liberty depuis : 31/03/2017
avatar + © : Theo James. (yourdesigndiary & bat'phanie)
pseudo : Bangkok. (Laura)
dc : Jade.
polaroïd :
guilty pleasures : His cigarettes. Gambling.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Disponible.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Lun 15 Mai - 21:19

C'est voué à mal finir. Quand on rentre en enfer avec l'espoir que tout se passera pour le mieux, ça ne peut que mal finir. Et c'est ce qu'il fait Eliott. Il rentre dans l'estomac de la bête pour déchirer ses entrailles ; pour rompre à jamais avec cette dépendance qui a tout chamboulé dans sa vie. Peut-être que la présence de sa femme au sein de ce lieu de perdition allait être l'élément déclencheur... Sauf qu'Eliott n'est pas naïf au point d'imaginer résoudre tous ces problèmes en s'y perdant corps et âme. Se contrôler, ne pas paraître s'y connaître, sembler indifférent face aux jeux. Encore des mensonges à ajouter à la pile déjà bien trop grande de blessures faites à sa femme. Mais il a pas le choix, du moins c'est ce qu'il se dit pour apaiser sa conscience. Le brun hoche la tête et suit Stella. Son regard suit le sien et se pose sur une vieille dame. Ça pourrait être son sort dans une vingtaine d'années si il ne fait pas quelque chose. Et il y a les mots de sa femme qui le tuent un peu plus. Putain, si elle savait. Si seulement elle savait que son mari valait pas mieux que cette vieille femme qui lui fait tant de peine. Qu'il est peut-être même pire, lui, parce qu'il s'est foutu dans une sacré merde à cause de ça. Qu'il ment comme il respire, qu'il trempe dans des affaires illégales pour éviter que la vérité n'éclate. « C'est triste, oui. » qu'il se contente de murmurer. Et il le pense, Eliott. Il a bien conscience du pathétisme de sa situation. Et elle va qu'empirer cette situation, c'est ce qu'il réalise quand Aaron arrive le saluer. Il se raidit presque aussitôt. Il aurait du se douter que ça arriverait. « Ouais, j'ai été pas mal occupé. » Il faut le faire partir et vite. Eliott a rencontré Aaron au début, quand il commençait à venir ici. Il était souvent là, Aaron, au point que l'officier ne suspecte une dépendance du côté de l'homme aussi. Enfin là n'est pas la question. Son seul objectif est d'abréger cette conversation sans avoir l'air suspect. Mentir, encore une fois. « Aaron, je te présente ma femme, Stella. Stella, voici Aaron. Je l'ai rencontré en venant une ou deux fois avec les collègues. » qu'il tente de justifier, priant pour qu'Aaron soit suffisamment intelligent pour comprendre les raisons de son mensonge. « Une ou deux fois ? On faisait presque partie des meubles, tu veux dire ! » Débile. Il est forcément débile. Ou alors, il fait exprès. Peut-être l'envie de foutre Eliott dans la merde, qui sait. Parce que pour le coup, ça l'aide pas du tout. Sa mâchoire se serre. Ses poings aussi. « Peut-être mais ce soir, je suis ici pour passer une soirée seul avec ma femme. » L'homme hoche la tête. « T'en fais pas, j'ai compris ! J'espère te revoir bientôt, je garde toujours une place pour toi aux tables. Ça a été un honneur d'enfin faire votre connaissance. » dit-il en se tournant vers Stella avant de partir, enfin. Eliott est dans la merde. Il le sait. « Enfin seuls, c'est pas trop tôt. » qu'il lance comme si rien n'était arrivé. Il s'installe sur le siège situé à côté de celui de sa femme. Mais il sait qu'il va pas sans tirer comme ça. Aaron a clairement sous-entendu que ses visites au casino étaient plutôt régulières, chose que la journaliste ignorait forcément. Son cœur commence a vaciller. Il est sur le point de flancher. C'est un nouvel ouragan qui va les frapper et cette fois, rien ne dit qu'il pourra éviter le naufrage, celui de son couple, celui de son cœur.

_________________
shooting stars
I'll throw my voice into the stars and maybe the echo of my words will be written for you by sunrise. ▬ We're all broken that's how the light gets in. (Hemingway)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows

lost in the world
avatar
messages : 1544
à liberty depuis : 22/01/2015
avatar + © : heard, lolitaes.
pseudo : serenade in blue. (camélia)
dc : blue, miles, jasim et farrah.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: eliott (1/3) libre.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Dim 21 Mai - 17:49

Stella, elle se tient près de son mari, un large sourire étirant ses lèvres alors qu’il la présente à l’inconnu. Elle hoche amicalement la tête lorsqu’il dévoile son nom, mais sa bonne humeur naissante est bien vite balayée face aux dires de l’homme qui insinue qu’Eliott est un joueur régulier. Plus régulier qu’il ne veut bien l’admettre, en tout cas. Stella, elle regarde l’homme en fronçant les sourcils, essayant de comprendre le moindre de ses faits et gestes, par peur de passer à côté de quelque chose. Mais c’est finalement Eliott qui se vend, dénoncé par sa précipitation. Elle sent qu’il y a anguille sous roche, qu’il a quelque chose à cacher. Et ça lui fait l’effet d’une bombe à Stella. Un secret qui en cache un autre. Une soirée trop pleine en rebondissements. Elle n’a pas l’habitude, la journaliste. Elle qui ne s’en fait jamais pour son couple, en règle générale. Elle qui a vécu dans la même routine pendant des années. Elle ne comprend plus rien alors qu’elle regarde son mari prendre place à ses côtés. Mais elle n’a plus envie de jouer, Stella. Elle plante son regard dans celui d’Eliott, le laissant terminer sa mascarade alors qu’elle laisse planer le doute et le silence, incapable de réfléchir clairement, incapable de savoir par où commencer. Et Stella, elle a peur de ne pas réussir à se contenir. Elle a peur de la scène en public qui menace du coin de l’œil. Elle n’a pas envie d’être humiliée. Pas plus qu’elle ne l’est déjà. – J’ai plus du tout envie de jouer, qu’elle balance froidement en continuant à le fixer, les yeux remplis d’amertume et de colère. Elle a essayé, Stella, de faire abstraction des faux-pas de son mari pour ce soir, histoire de passer malgré tout une bonne soirée, mais la vérité l’a rattrapé. La vérité le rattrape toujours. Elle détourne subitement le regard, incapable de lui faire face plus longtemps. Elle a peur, Stella. De ces sentiments violents qui naissent en elle. De l’envie de meurtre et de hurler qu’elle ressent. Alors elle essaye de se calmer, de retrouver son tempérament. Mais ce n’est pas facile quand c’est la frustration qui prend les devants. – Tu viens ici souvent, Eliott ? Qu’elle demande en essayant de calmer le ton qui a tendance à grimper. Elle déteste s’énerver de la sorte, Stella, mais elle ne supporte pas qu’on la prenne pour une idiote. Encore moins quand elle vient déjà de pardonner une erreur qui a lui couté un sacré paquet des larmes. – Dis-moi la vérité, cette fois. Je ne veux pas de mensonges juste pour me faire regarder ailleurs, je veux que tu me répondes franchement, Eliott. Elle regarde à droite et à gauche pour s’assurer que personne n’entend leur conversation. Elle se sent mal à l’aise et abusée, Stella. Et ce n’est jamais très bon signe quand elle répète son prénom plusieurs fois d’affilée. Dans le fond, elle la connait déjà la vérité. Il ne faut pas être Sherlock Holmes pour comprendre ce qu’il se trame, ici. Mais elle a envie de l’entendre de sa bouche. Elle veut qu’il soit honnête. Comme avant. Comme quand tout allait encore bien.

_________________

memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows

lost in the world
avatar
messages : 255
à liberty depuis : 31/03/2017
avatar + © : Theo James. (yourdesigndiary & bat'phanie)
pseudo : Bangkok. (Laura)
dc : Jade.
polaroïd :
guilty pleasures : His cigarettes. Gambling.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Disponible.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Mer 24 Mai - 20:54

Une soirée. Une poignée d'heures. C'est tout ce qu'il demande, Eliott. Une soirée tranquille, sans dispute, sans drame. Une soirée au cours de laquelle il pourrait prétendre que tout va bien. C'est rien sur l'échelle d'une vie, une soirée. Mais pour lui, plongé dans des temps incertains, c'est beaucoup. Et même ça, il peut pas l'obtenir. Non, faut que l'autre abruti vienne tout gâcher. D'ailleurs, il manquera pas de lui faire payer, Eliott. D'une façon ou d'une autre, il finira bien par trouver. De toute façon, après cette soirée, c'est pas le temps qui lui manquera, parce que Stella risque de partir, de l'envoyer chier lui et tous ses plans foireux. Lui et ses problèmes trop nombreux. Lui et son âme en vrac. Il pourra pas vraiment la blâmer. Elle a déjà tenu longtemps, bien plus longtemps que ce qu'il aurait pu espérer. La tension est plus que palpable entre eux. Elle est quand même sacrément belle Stella, quand elle est énervée. Peut-être parce qu'il peut sentir de là le feu qui coule dans ses veines à ce moment précis, au point où il meurt d'envie d'écraser ses lèvres sur les siennes. Ça tourne pas rond chez Eliott ; son couple est sur le point de partir en éclats et lui, il pense qu'à embrasser sa femme. Peut-être à cause de ce même feu auquel il pensait plutôt. Le feu Stella, le feu de ses reins, celui qui a consumé son cœur et qui a pris possession de son corps, au point de tout relier à elle, toujours elle. Il déglutit, conscient qu'il ne peut pas mentir. Pas encore une fois. Il en marre de mentir, Eliott. Ça l'épuise. Et de toute façon, il sait bien qu'un mensonge ne pourra jamais rattraper cette situation, qu'il a lui même causé. « Je suis désolé. » Ça fait l'effet d'une bombe, parce que bien sûr, c'est un aveu, l'aveu de ce qu'il avait tant peiné à cacher, au point d'enfreindre des lois morales et judiciaires pour s'en sortir sans alerter sa femme. Tout ça pour ça. Pour que la vérité n'éclate un soir, après des mois de disputes, de silences destructeurs. L'amour sacrifié, pour quelques mois de plus vautré dans son secret devenu le moins honteux des deux – la corruption est bien pire que l'addiction au jeu. « Je venais parfois, quand l'envie me prenait. » C'est-à-dire souvent. Cette même envie qui le poussait à mentir et à prétendre des heures supplémentaires pour finalement perdre l'argent durement gagné avec de vulgaires jeux de hasard. « Mais j'ai arrêté, crois moi Stella. J'avais pas remis les pieds ici depuis plus d'un mois. » qu'il dit, sans grande conviction. Les dés semblent déjà jetés. Il sait bien qu'elle s'en fout de ses excuses, Stella. Qu'elle a probablement envie de hurler, de l'insulter, peut-être même de le gifler. Il jette un coup d’œil autour de lui, conscient de l'espace public dans lequel ils se trouvent. C'est tout sauf le moment de se disputer, pas devant autant de témoins qui iront aussitôt rapporter dans toute la ville que le couple modèle Burrows avait été aperçu en train de se déchirer à cause d'une faiblesse du mari. « On ferait mieux de discuter ailleurs. » qu'il murmure avant de poser sa main sur son bras, pour l'attirer vers l'extérieur.

_________________
shooting stars
I'll throw my voice into the stars and maybe the echo of my words will be written for you by sunrise. ▬ We're all broken that's how the light gets in. (Hemingway)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows

lost in the world
avatar
messages : 1544
à liberty depuis : 22/01/2015
avatar + © : heard, lolitaes.
pseudo : serenade in blue. (camélia)
dc : blue, miles, jasim et farrah.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: eliott (1/3) libre.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Lun 5 Juin - 19:12

Première de sa classe, même à l'université. La fille populaire, la capitaine de cheerleaders, la reine du bal de promo. C'est Stella, tout ça. Et pourtant, personne n'a jamais réussi à la détester parce que malgré sa beauté solaire et sa réussite, elle a toujours été d'une gentillesse incroyable et d'une humilité remarquable. Sa vie s'est construite naturellement, comme les astres qui s'alignent. Tout a toujours été si parfait et elle a toujours tout fait pour y arriver car, quand on est jolie, on doit redoubler d'efforts pour prouver sa valeur car les gens ont toujours la langue bien pendue. Alors, elle a travaillé dur, Stella, pour se faire une place dans cette ville qu'elle connait depuis toujours et qu'elle ne quittera jamais. Mais aussi dans son mariage, pour bâtir des fondations solides, un couple durable, prêt à accueillir des enfants. Et ce soir, la voilà, au casino, abasourdie par le musique trop forte des machines à sou, par le brouhaha environnant et par les révélations que lui fait son époux à contre-coeur. Elle fronce les sourcils, perdue. Elle ne comprend plus, Stella. C'est comme une mauvaise plaisanterie qui n'en finit pas. Une histoire dont la chute se répète, mais s'arrête jamais. Elle est tiraillée par tous les sentiments, la journaliste. Mais elle a surtout honte. Honte d'être si idiote quand il s'agit d'Eliott, honte de se donner en spectacle, elle qui déteste faire des scènes en public. Elle préfère l'intimité de leur maison pour cela. Enfin, de ce qu'il en reste. Elle n'y vit même plus, depuis quelques temps déjà. Elle attrape un verre sur le plateau d'un serveur qui ne fait que passer, parce qu'elle a besoin de boire sa frustration, de calmer ses nerfs, au risque de ne pouvoir se contenir. Et Stella, elle voit bien qu'il y a tout le gratin de la ville, ce soir. Et hurler sur son mari serait comme se tirer une balle dans le pied. Eux qui ont toujours été vu comme le couple modèle. Le couple parfait. C'est de l'alcool qu'elle boit, mais c'est de la colère qui pulse dans ses veines. Et quand il la prend par le bras, c'est du dégout qu'elle ressent à son égard. - Ne me touche pas, qu'elle murmure fermement en lui retirant discrètement sa main pour ne pas être vue des autres. Mais elle le suit dehors, docile, seulement en apparences. Une fois dehors, elle s'éloigne de lui, marchant plus vite alors qu'une brise fraiche lui mord le visage. Mais elle s'en fiche, complètement insensible au reste du monde quand c'est la guerre dans son cœur, dans son esprit, partout. Il est là, derrière, elle le sent, elle peut le sentir. Mais elle n'a plus envie d'être près de lui. Il y a comme un goût amer qui s'empare de sa bouche quand elle pense à tous les baisers qu'ils ont échangé pendant toutes ces années d'amour. Comme des frissons d'écoeurement qui parcourent sa peau quand elle songe à leur relation. L'espace d'un instant, elle se demande si l'amour, ça peut partir en un claquement de doigts. Si une fraction de seconde peut balayer onze ans, comme ça. Elle est perdue. Peut-être même plus qu'elle ne l'était en arrivant un peu plus tôt dans la soirée. Finalement assez éloignés du casino et des autres bâtiments, elle se retourne pour lui faire face, gardant malgré tout ses distances. - Je te reconnais plus. T'es plus l'homme dont je suis tombée amoureuse. Et très honnêtement, je me demande si je t'aime encore, elle est froide, quand elle dit ça, Stella. Epuisée, plutôt. Elle n'a plus la force de se battre, plus la force de s'énerver.

_________________

memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows

lost in the world
avatar
messages : 255
à liberty depuis : 31/03/2017
avatar + © : Theo James. (yourdesigndiary & bat'phanie)
pseudo : Bangkok. (Laura)
dc : Jade.
polaroïd :
guilty pleasures : His cigarettes. Gambling.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Disponible.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Ven 16 Juin - 21:04

Il y a son regard. Son regard qui traduit tout ce qu'elle ressent, sans que l'exprimer à voix haute ne soit nécessaire. Eliott, il a l'habitude de voir des constellations briller dans les yeux de Stella quand elle le regarde. Il a l'habitude d'y voir tout l'amour du monde qu'il garde égoïstement pour lui seul, conscient qu'il s'agit là de ce qu'il y a de plus précieux au monde.
Et maintenant, il n'y a plus rien. Plus rien à part de l'incompréhension, qui se transforme rapidement en colère voir en dégoût. Et ça le bousille, Eliott. Pas besoin de mots pour qu'il sente son cœur se tordre de douleur sous le regard froid de sa femme. Juste ça. Elle, qui le regarde, déçue, énervée. Lui, qui sait pas comment arranger les choses. C'est sans doute impossible désormais. Il devra se faire à un monde sans Stella sauf que ça, il connaît pas Eliott. Puis il y a ce mouvement, celui qui fait qu'elle se dégage de son emprise. Et ça, ça signe la fin. La fin d'eux, la fin de ce qu'ils avaient connu, la fin de tout. Alors l'américain ne dit pas un mot. Il se contente de la suivre, de sortir et de s'éloigner de ce bâtiment qui fut la cause de sa perdition, morale et sentimentale. Et finalement, quand elle lui fait face, Eliott sait qu'il ne pourra rien dire pour faire en sorte qu'elle oublie ces dernières minutes. Il lui a menti, chose qu'il avait promis de ne jamais faire – et il continue, en plus de ça. Et là, elle prononce ces quelques mots, assassins poignardant son cœur à chaque syllabe. Et alors qu'il devrait garder son calme, alors qu'il devrait faire de son mieux pour se faire pardonner, Eliott fait tout le contraire. Le voilà qui serre la mâchoire, qui sent son estomac se tordre sous la colère. Il a trop accumulé, Eliott, et ces quelques paroles suffisent pour balayer les efforts faits lors de cette soirée. « Vraiment Stella ? C'est tout, juste comme ça ? » Son ton est sarcastique. Il a pas le droit d'être énervé et pourtant, ses nerfs lâchent après tous ces mois passés à vifs. « J'pensais que c'était pour le meilleur et pour le pire. J'savais pas que c'était un mariage à la carte et qu'on pouvait renoncer à la première erreur. » La vérité, c'est qu'Eliott se sent abandonné. Elle sait pas, Stella, ce qu'il a enduré pour tenter de s'en sortir, pour faire en sorte qu'elle ne sache rien de ses faiblesses. Elle sait pas qu'il arrive plus à se regarder dans une glace. Qu'il se dégoûte. Et visiblement, elle sait pas non plus que pourtant, il est prêt à endurer tout ça des centaines de fois si ça veut dire qu'elle est à ses côtés. Alors entendre ces quelques mots, mots qui impliquent qu'elle puisse ne plus l'aimer, c'est bien trop pour lui. Il fait quelques pas vers elle mais garde une certaine distance. A croire que c'est ce mot qui les définit maintenant. Distance. « Merde, j'ai jamais voulu ça Stella ! C'était plus fort que moi mais j'ai tout fait pour arranger les choses ! » Et le voilà qui se justifie, alors même qu'il s'emportait quelques secondes plus tôt. Il sait pas Eliott, il sait plus.

_________________
shooting stars
I'll throw my voice into the stars and maybe the echo of my words will be written for you by sunrise. ▬ We're all broken that's how the light gets in. (Hemingway)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows

lost in the world
avatar
messages : 1544
à liberty depuis : 22/01/2015
avatar + © : heard, lolitaes.
pseudo : serenade in blue. (camélia)
dc : blue, miles, jasim et farrah.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: eliott (1/3) libre.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Ven 23 Juin - 22:51

La douce Stella, la tendre Stella. L’épouse aimante, la parfaite, celle qui a toujours suscité de la jalousie chez les autres femmes. Celle qui n’a toujours aimé qu’un seul, qui n’en a connu qu’un seul, d’ailleurs. Mais ce soir, Stella n’est plus vraiment elle-même, comme si on lui avait arraché un morceau de son âme. Un de ceux qui fondent qui peuvent tout changer. Elle en a fait des efforts, la journaliste, à se montrer patiente, même quand c’était l’hiver entre eux. Même quand il était à des kilomètres d’elle alors qu’ils étaient tous deux allongés dans le même lit. Et elle a fait tout cela, pour lui. En espérant qu’un jour meilleur serait à venir et ce soir, elle a voulu y croire à ce changement, à ce renouveau. Mais tout n’était qu’illusion et Stella n’en peut plus des mensonges, des actes manqués et de ce mariage qui part en fumée. C’est comme tenter de nager à contre-courant. C’est épuisant et très franchement inutile. Et dans le fond, elle ignore si elle l’aime encore ou bien si elle aime l’image qu’elle se faisait de lui. De l’adolescent adorable dont elle est tombée amoureuse. Pas de cet homme froid et distant qu’il est devenu. Elle ne veut plus de lui. Pas quand il est comme ça. Pas quand il ment comme il respire. Et elle n’a jamais voulu lui faire du mal en retour, mais le coup de bâton est inévitable tant la plaie est encore vive. C’est de la frustration et de la colère et c’est lui qui en fait les frais. Mais on récolte ce que l’on sème, pas vrai ? Et Eliott, il se défend, il réplique. Ce qui a le don de l’énerver encore plus. Elle reste face à lui, mais toujours à bonne distance, inconfortable avec l’idée qu’il puisse s’approcher ou pire, la toucher. – J’ai été patiente, Eliott. Mais ça fait des mois que notre couple n’en est plus vraiment un. Des mois que tu ne me touches plus, qu’on ne fait plus l’amour. Des mois qu’on ne se parle même plus. Et je me sens terriblement seule. Et toi, tu venais bousiller l’argent qu’on n’a pas… ici ?! Et tu me mentais ? C’est pas juste une erreur. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase et j’ai plus envie de pardonner, qu’elle conclut en le regardant droit dans les yeux, le cœur en alerte. Elle ne hurle pas, elle murmure. Pour ne pas attirer l’attention, mais aussi parce qu’elle est à bout de souffle, fatiguée de se battre et surtout épuisée par cet ascenseur émotionnel. Elle n’a qu’une envie : Dormir. Pendant des heures, peut-être même des jours. Tout ce qu’il faudra pour faire taire ses blessures qui la relancent violemment. – Le jour où tu te sentiras capable de tout m’avouer, de tout me dire, peut-être qu’on pourra en rediscuter. Mais en attendant, Eliott, considère-toi divorcé. Elle détourne le regard, incapable de le regarder dans les yeux quand elle lui annonce une nouvelle aussi dévastatrice. – Parfois, ça ne sert plus à rien de se battre, dit-elle, d’une voix affectée, la colère laissant place à de la déception et à de la profonde tristesse. C’est une page qui se tourne. Sans doute la fin d’un livre qui appelle à l’écriture d’un nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows

lost in the world
avatar
messages : 255
à liberty depuis : 31/03/2017
avatar + © : Theo James. (yourdesigndiary & bat'phanie)
pseudo : Bangkok. (Laura)
dc : Jade.
polaroïd :
guilty pleasures : His cigarettes. Gambling.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Disponible.

MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   Mer 5 Juil - 22:17

Il sait pas Eliott. Il sait pas que parfois, les mots peuvent faire plus de mal qu'une balle tirée en plein cœur. Que certains mots peuvent lui serrer le palpitant au point qu'il semble être sur le point de s'émietter. Lui, il a connu les mots qui le transportent de bonheur, les mots qui lui donnent envie d'hurler sa joie, comme cette fois là, où Stella lui a dit oui. Mais l'inverse.. Ça non, il a jamais connu. C'est que jusqu'à présent, il a été plutôt chanceux. Et il aurait continué à l'être, si il avait pas tout foiré. C'était lui, le responsable de son propre malheur, le seul à accabler. Et maintenant, il connaît les mots violents. Ce sont ceux que Stella lui murmure. Chaque mot, chaque syllabe lui fait le même effet qu'un uppercut bien placé. Et ils le sont, bien placés. Tout est vrai, trop vrai, ce qui ne fait que le blesser davantage. Alors il dit rien, il la laisse parler. De toute façon, tout ce qu'il dira ne fera qu'empirer les choses, parce qu'il est bon qu'à ça ces temps-ci. Puis elle lui balance ce mot, là, comme ça, ce mot qui emporte tout sur son passage. Ce mot qui détruit les espoirs de réconciliation que Eliott nourrissait depuis des semaines. Divorce. C'est comme le coup final, assené en plein estomac. Il se sent vide, d'un coup, il se sent impuissant, spectateur de la fin de son mariage. Elle peut bien dire ce qu'elle veut, Stella. Mais Eliott, il pourra jamais se sentir divorcé. Il y aura toujours Stella et son emprise sur son cœur. Stella, encore et toujours Stella, tout le temps, partout. Il peut même pas imaginer un avenir sans la blonde. Il devrait peut-être lui dire, Eliott. Lui dire qu'il l'aime, qu'il l'aimera toujours. Lui dire qu'il est prêt à traverser l'enfer rien que pour elle, encore et encore si c'est ce qu'elle veut. Tout lui avouer, faire table rase pour mieux recommencer. Mais il dit rien Eliott. Il reste silencieux. Comme incapable de réagir face à ces quelques mots qui ont suffit à drainer son énergie. Lui qui s'emportait quelques minutes plus tôt était désormais incapable de répliquer quoi que ce soit. De toute façon, il était comme ça, Eliott. Il s'énervait vite mais ça ne durait jamais : parfois, c'était rien que quelques secondes, parce qu'il était s'emportait au lieu de réfléchir posément et bien souvent, il finissait par se sentir bête de s'être énervé pour rien. Là, c'est pas la même chose. Son énervement est retombé aussi vite qu'il était monté parce que Stella a toujours quoi dire pour le recadrer. Et là, c'est pire que ça ; elle l'anéantit carrément. Alors il capitule. Il renonce, au moins ce soir. « Si c'est ce que tu veux. » qu'il dit du bout des lèvres. C'est pas lui qui désire ça, en tout cas. Et soudain il réalise que pour qu'elle l'évoque ainsi, c'est que sa femme a déjà songé à cette éventualité avant ; que cette soirée était celle de la dernière chance mais qu'il n'avait pas su la saisir. Même quand rien n'allait ces dernières semaines, il n'avait pas pensé au divorce – ça lui semblait même inimaginable. Alors ça le blesse, au fond, de savoir que sa moitié ait déjà envisagé sérieusement de divorcer avant ce soir, avant même qu'elle ne sache quels démons pouvaient le hanter. Il réalise pas Eliott, que si il y a pas pensé, lui, c'est parce qu'il a rien à reprocher à Stella alors qu'elle a toutes les raisons du monde de lui en vouloir. « Envoie moi les papiers quand t'en auras envie. » qu'il termine, avec un dernier regard dans sa direction. Comme si il allait être capable de les signer. Il se retourne, Eliott, et s'enfonce dans l'obscurité, celle-là même dans laquelle il baigne depuis des mois et qui l'éloigne de Stella, qu'il laisse derrière lui.

_________________
shooting stars
I'll throw my voice into the stars and maybe the echo of my words will be written for you by sunrise. ▬ We're all broken that's how the light gets in. (Hemingway)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: des bleus au coeur. [eliott]   

Revenir en haut Aller en bas
 

des bleus au coeur. [eliott]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Swatch Shu Uemura (tons verts/bleus-verts/jaunes)
» quelles couleurs de fards à paupières pour les yeux bleus
» Aprem Bleus CPS 2007 mardi 26/2
» difficulté avec Eliott à table ...
» Choupie, quelle poussette fait chavirer ton coeur?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: (générique de fin) :: dead end :: archives rp :: rps terminés-