n'hésitez pas à privilégier les personnages plus vieux, les pré-définis et à participer au topic en commun I love you

Sur l'asphalte "all inclusive" - Delilah  :: (générique de fin) :: dead end :: présentations
Invité
Invité
avatar
should i stay or should i go ?

Sam 3 Fév - 12:30
Invité
Delilah Chavkin
haunted, daunted, so unwanted
âge Quelques 23 années.
Peut-être un peu plus, peut-être un peu moins. genre C’est une femme. Une fille d’Eve, ce qu’il y a de plus délicat et interdit. Une féminité exemplaire devant laquelle certaines s’offusquent, mais qui lui sied parfaitement, et qu'elle ne souhaite changer pour rien au monde. origines Liberty dans le sang ; pleinement américaine à moins que quelque curieux ne parvienne à prouver le contraire. nationalité Américiane.  en ville depuis toujours. Elle y a été conçue, elle y a vu le jour, et jamais elle ne l’a quittée. Ces murs et ces rues sont les seules qu’il lui ait été donné de voir ; des repères auxquels, même aujourd’hui, elle a un curieux mal à se faire. ? statut Fille de personne, femme de tous. En ce moment, elle est plus seule que jamais. orientation sexuelle Elle aime les hommes. Les hommes grands, les hommes forts, les hommes dont la masculinité se traduit dans les gestes autant que dans les pensées. Un mental d’acier, une main de fer, et surtout, cette subtile faiblesse vis-à-vis des charmes féminins.  emploi Hélas, rares sont les nuits qu’elle passe seule. Inutile de faire de détours et autres longs discours ; elle est prostituée. Un étrange déni s’est forgé autour de cette occupation humiliante, un déni aussi trouble et inexplicable que la fine ligne entre le bien et le mal dans ce qu’elle fait.
Mais en plus de cela, Delilah est une joueuse de poker en début d'ascencion. Si elle ne cotoie que des tables faciles, elle ne compte pas s'en satisfaire bien longtemps. Mais puisqu'il y a un temps pour tout,
en attendan de se forger les liens nécessaires, elle travaille en tant que serveuse à temps partiel au Capétien.situation financière En un mot : médiocre. Les récents événements lui ont garanti l’accès à la totalité de ses revenus, mais ils lui ont également signé moins de clients. Pour elle, cela reste malgré tout une bonne chose, si l'on ferme les yeux sur les diverses complications. quel clan ? De près ou de loin, elle a toujours, à son insu, servi les Bonezzi. La loyauté dont elle a fait preuve envers les siens était un mirage, et ce sont les sbires des Ells qui ont toujours trouvé leur compte dans les activités des Chavkin. Une hiérarchie que certains ont tenté de renverser, résultant en un pathétique, presqu’attendrissant échec. groupe Sunny Light.

feat Stephanie Corneliussen

caractère— Peut-être s’est-elle montrée trop naïve, trop aimante pour éviter l’inévitable. Absurde tendresse, aveugle dévotion, loyauté payée au prix fort au moment le moins opportun. Ce ne sont pas exactement des regrets -plutôt la colère qu’engendre la réalisation. Elle n’a pas de remords, mais bien une haine profonde vouée à ceux qui sont déjà morts.
Sa famille, elle l’aimait plus que tout. La prunelle de ses yeux, la chair de sa chair ; des valeurs illusoires qui caressent en promettant de meilleurs lendemains avant de frapper à grands coups de réalité. Mais à qui peut-on faire confiance, si même les siens s’avèrent être les traitres les plus lâches ? La réponse, aussi simple que mordante, ne cesse de résonner dans son esprit chamboulé. Personne. Simplement personne. C’est une bien triste idée, et un encore plus misérable fait avéré.

Delilah est une jeune femme des plus soignées. Devenue sensuelle avant l’heure, séductrice insensée, elle ne comprend pas ces regards mauvais avec lesquels ont la reluque, ni ce mépris dans la voix de ces interlocuteurs. Elle a toujours fait que sa famille lui demandait, ayant dans l’âme la garantie que tout était pour le mieux, pour le bien commun. Elle n’a jamais vu ce qu’elle faisait de mal, et pourtant, son ressenti était loin d’être celui de l’épanouissement. Quelque chose a toujours cloché, mais elle a fermé les yeux. Elle s’est contentée de continuer, d’écouter la tendre voix de son frère qui, en usant des mots les plus tendres, lui donnait les instructions les plus infâmes.
Au fond, on peut dire qu’elle est une nature gâchée. Elle a bon fond, certainement, et est allée jusqu’à se délaisser au profit du bonheur familial, bien que servant en réalité un honneur des plus égoïstes, et surtout, des plus invraisemblables. Elle en est devenue quelque peu renfermée, sans doute. Très méfiante, aussi, bien que son tempérament soit de ceux nourrissant un profond besoin de confiance et d’affection. Elle observe, elle analyse. Elle réfléchit beaucoup, mais il lui manque toujours les pièces cruciales du puzzle. Alors elle déduit. Elle place ses pièces avec une façade de certitude, sachant évidemment que ce n’est que du bluff. Du bluff ; du mensonge ; du laisser-paraître dans l’espoir de prendre une longueur d’avance. À ce stade, c’est de la survie pure et simple. Elle tente, et si elle perd, advienne que pourra.

Une franchise prudente, toujours à l'affut des moindres alertes. Elle fait ses paris avec soin, étudiant une situation avant d'agir à sa guise. Un champ d'actions restreint, mais bien plus de ressources qu'on ne le croit. Il suffit d'inventivité, et de calculs rigoureux pour prendre une décision qui penche en sa faveur. Elle apprend en essayant de minimiser ses erreurs, apprenant de celles des autres au lieu d'en faire à son tour. C'est tout. C'est simple, et pourtant compliqué. Délicat est le bon mot. Il faut faire attention, toujours.
pseudo/prénom Ellina âge  héhé  genre Fille pays Celui des frites et de la bière !connexion Normalement, assez fréquente. tu vas bien ? Eh bien, nickel Marcel.
Et toi ?  MG crédits ? Moi pour l'avatar, tumblr pour le gif.  

Code:
<nb2>Stephanie Corneliussen</nb2>— Delilah Chavkin (05/02)


Dernière édition par Delilah Chavkin le Sam 3 Fév - 17:25, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité
avatar
should i stay or should i go ?

Sam 3 Fév - 12:31
Invité

No more will my green sea go turn a deeper blue
lost in the world

Certains se souviennent peut-être du triste sort de la famille Chavkin. S’il y en a que le souvenir de ces comiques ambitieux amuse le temps d’une conversation futile, il y en a d’autres qui ne voient pas l’intérêt de se remémorer ce bruit qui, il fut un temps pas si lointain, avait fait parler de lui avec une certaine ampleur -mais bien évidemment, tout est relatif.
Dieu sait d’où cette affreuse idée leur était venue ; le couple Chavkin voulait être influent. S’étant toujours pliés aux lois officieuses de Liberty comme les plus honnêtes des citoyens corrompus, ils se sont pris à rêver de gloire et de prospérité. Rêver est bien le bon mot, car n’importe qui ce serait désisté d’un tel projet pour lequel « absurde » est le seul qualificatif. Siéger à la table des adultes et jouer dans la cour des grands -voilà ce qu’ils voulaient. Et puis quoi encore ? Nombreux sont ceux qui leur ont ri au nez sans même les prendre au sérieux, et ils ont eu raison. Mais les Chavink, ces étranges insensés, ne sont pas arrêtés face aux mises en garde, ni même face aux menaces. Pour eux, tout n’était que paroles en l’air, et ils étaient plus que jamais persuadés d’avoir leur chance de réussir. Les Ells, les Rios, les Lynch, les Benozzi, et pourquoi pas les Chavkin ? Ils voulaient fonder un empire sur des terres, et mêler leur vin à une coupe déjà pleine à ras bord. Face à un mur gardé, orné de barbelés, ils ont voulu tenter leur chance en l’escaladant. Bien évidemment, ils ont échoué misérablement.

Le couple Chavkin, ayant tenté la dissidence, ne tarda pas à être écarté du chemin. Si, au départ, on s’est contentés de les ignorer, leur insistance a rapidement eu de quoi irriter, et comme toujours, on a préféré jouer la carte de la prudence en les mettant hors d’état de nuire avant même qu’ils n’aient pu accomplir le moindre de leurs projets farfelus. Mieux vaut prévenir que guérir, comme on dit.
Jane et Garrett Chavkin laissèrent derrière eux leurs deux enfants : l’aîné, un garçon prénommé Walter, et une fille, Delilah. Walter était suffisamment grand pour prendre soin de sa sœur, mais la perte d’un parent, des deux parents, ça reste quelque chose d’aussi frustrant qu’inoubliable. Une troublante sensation d’inachevé rongeait le fils de l’intérieur. L’amertume de l’opportunité ratée, l’humiliation de l’échec prémédité, et surtout, la folle envie de surpassement l’obnubilaient un petit plus chaque jour.
Walter Chavkin avait en tête un bien vaste projet. Lui aussi, à croire que cela lui trottait dans le sang, s’était mis à rêver de la gloire fictive ayant précipité la chute de ses parents. Il ne comptait pas refaire les mêmes erreurs, sans se douter que l’erreur était le projet en lui-même. Une ambition superficielle nourrie au manque de reconnaissance et à la solitude complexée. Bien évidemment, il a refait exactement les mêmes erreurs. Il a marché dans des pas menant à un sable mouvent, en regardant le ciel qu’aucun homme ne peut atteindre. Il a entraîné sa sœur avec lui ; elle était sensée lui servir de support en cas de coup dur. Une troisième épaule, un corps prêt à encaisser les coups afin de le préserver des obstacles. Un bouclier et une épée, si l’on veut être romantique. Le fait qu’elle se soit trouvée être une fille y était aussi pour beaucoup ; avec un frère, il aurait dû songer à une autre stratégie. Mais une fille, une fleur du mal, une petite douceur à la peau de lait, une tentatrice parmi tant d’autres au regard éclatant d’amour sous sa forme la plus sincère, c’était un pari gagné. Le bon numéro, il était là, sous ses yeux et dans ses bras.
Alors dès son adolescence, Delilah, qui avait toujours été élevée par son aîné et qui tenait de lui tout ce qu’elle croyait connaître du monde, s’est retrouvée dans quelque affaire de la famille Benozzi. Une affaire fort simple, en réalité : suivant les mots encourageants de son aîné resplendissant, ne remettant que trop peu en cause ses paroles mielleuses et ses mensonges embellis, elle a exhibé ses charmes au Blue Velvet. Elle se laissait caresser, et à chaque effleurement, effaçait un petit peu plus toute trace de vertu et d’honneur au profit de celles de son frère qui ne faisaient que croître avec une scandaleuse prospérité.
Il lui arrangeait certaines entrevues. Une maison close a beau être un lieu plus ou moins public, il était arrivé à faire quelque subtile publicité, amenant des hommes influents ou des hommes capables de grandes choses jusqu’au lit de sa sœur. Le but étant pour elle d’en faire des agneaux, de s’attirer quelque faveur dont pouvait bénéficier Walter. Parfois, elle lui répétait certaines choses qu’un de ses prétendants avait vaguement mentionné, et qu’elle avait eu la lucidité d’interpréter un peu trop bien. Informatrice à ses heures perdues, elle se contentait de tout rapporter à Walter, malgré les intrigues qui ne cessaient de revenir à son esprit. Elle n’avait que Walter en tête, pour la simple et bonne raison qu’il était sa seule famille, et elle l’aimait plus qu’elle ne s’aimait elle-même, comme jamais un chien n’a aimé son maître.

À présent, Walter Chavkin n’est, lui aussi, qu’un lointain souvenir. Ironiquement, il a connu un sort identique à celui de ces parents. Une simple balle fut suffisante pour le rayer de l’histoire, et la vie continua sans lui et ses folies de grandeur. La dynastie des Chavkin ne fit pas long feu, et le dernier aspirant au prestige gisait au sol, le même sol où ses aïeux avaient eu le malheur de se trouver des années auparavant.
Il ne restait donc plus que Delilah. Delilah, celle dont on ne sait jamais vraiment préoccupé, et qui n’avait fait qu’exécuter ce que Walter lui commandait. Il suffisait d’un mot, un geste de son aîné pour qu’elle se retrousse les manches ou qu’elle écarte les jambes. Un regard, et elle oubliait. Une dévotion sans failles qui, maintenant qu’elle avait perdu sa seule source d’instructions, était devenue tout bonnement inutile. Que devait-elle faire ? Elle n’avait jamais pris ses propres décisions, et à présent, elles étaient toutes étalées devant elle comme un jeu de 52 cartes. Elle avait l’embarras du choix : il lui suffisait de piocher et d’affronter les conséquences. Le monde, son adversaire, était malin, et elle, elle était perdue. Sincèrement perdue, sans rien ni personne pour lui souffler quelque indication à l’oreille, si ce n’est le spectre d’une colère montante. Elle ouvre les yeux et elle découvre la vérité exposée au grand jour. Elle redécouvre Walter et ses parents sous bien d’autres coutures -des coutures bien plus médiocres, bien moins idylliques que celles auxquelles elle avait fièrement crues. Les mots les plus beaux se sont avérés être les plus traitres, et sa famille, au fond, n’en a jamais vraiment été une.

Elle le comprend, les choses ont changé. Elle se met à voir de tout un autre oeil toutes ces histoires qui lui passent sous le nez, car pour le moment, elle poursuit ses activités comme si l'ombre de Walter était toujours derrière elle, et qu'elle tâchait de ne pas le décevoir. Mais tous ces murmures, tous ces hommes d'une autre classe qu'elle côtoie de la manière la plus honteuse qui soit, elle se met à voir en eux ce que ses parents et Walter avaient vu avant elle. Delilah aussi, envie ce qu'elle n'a pas et ce qu'elle n'aura jamais. Elle a devant elle des opportunités que l'on tait, et qui ouvrent la porte sur un jeu bien risqué qu'est celui de se frayer une place dans les rangs importants. Le même rêve, mais pas les mêmes erreurs. Elle se garde bien d'emboîter le pas des Chavkin et des les suivre dans la tombe. Mais l'influence pèse, et la tentation encore plus. Alors, elle tente. Elle se joint à la partie et ainsi, signe un avant-goût de son arrêt de mort. Seulement, le jeu qu'elle imagine est bien différent de celui de ses aïeux. Si ceux-ci se sont bien trop souvent reposés sur le hasard du quitte ou double, Delilah, elle, envisage bien plus de stratégies, et bien plus de triches pour mettre le plus de chances de son côté. Peut-être qu'elle aussi, se fait des illusions. Peut-être. Mais encore, quand on n'a plus rien à perdre, tous les gains sont bons à prendre, et c'est à ce moment-là que les paris prennent tout leur charme. Delilah, elle a commencé à jouer, littéralement. Elle aspire aux tables de poker des grands casinos. Le luxe se rapproche au fur et en mesure qu'elle pose ses cartes, et bientôt, elle l'espère, son coup de bluff lui rapportera plus, bien plus que tout ce qu'elle a passé sa vie à perdre jusque-là.


Dernière édition par Delilah Chavkin le Sam 3 Fév - 16:25, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Athénaïs Catoni
lost in the world
avatar
should i stay or should i go ?

Sam 3 Fév - 13:12
bienvenue! coeur




papaver somniferum
Athénaïs Catoni ☽ I needed you, needed you. So what the fuck do I do ? I needed you, needed you, so what the fuck do I do ? (c)ASTRA
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
should i stay or should i go ?

Sam 3 Fév - 17:24
Invité
Merci bien ! coeur


Dernière édition par Delilah Chavkin le Sam 3 Fév - 17:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Magnus Rowan
lost in the world
avatar
should i stay or should i go ?

Sam 3 Fév - 17:28
Bienvenue très chère héhé

Amuse-toi bien parmi nous
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
should i stay or should i go ?

Sam 3 Fév - 17:29
Invité
Merci cher ami !
Revenir en haut Aller en bas
Nathanaël Jaeger
lost in the world
avatar
should i stay or should i go ?

Sam 3 Fév - 19:36
bienvenue coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noliberty.forumactif.org/t1900-v-i-e-s-imaginaires-nathanael http://noliberty.forumactif.org/t1854-ocean-d-indifference-natha
Adonis Ells
choir of furies
avatar
should i stay or should i go ?

Dim 4 Fév - 13:38
ce que j'ai pensé de ta fiche: j'aime beaucoup ce que je lis et j'ai hâte de te voir à l'oeuvre in rp !
en tout cas, je te valide. bienvenue sur litw I love you


Ouais, nous on fout une nounou d'enfer, et plutôt deux fois qu'une héhé Quoi qu'il en soit, on te souhaite officiellement bienvenue sur le forum bébé ! On espère que tu t'y plairas et que tu kifferas ton aventure avec nous

Maintenant que tu fais partie de la bande, tu peux recenser ton métier, poster un scénario ou des pré-liens et bien entendu, te chercher des liens en postant ta fiche

Pour finir, n'oublie pas de faire un tour dans le flood et dans les jeux I love you

Amuse-toi bien sur litw


❝ the storms will pass ❞
Take my hand. You know I'll be there if you can. I'll cross the sky for your love, for I have promised, oh, to be with you tonight and for the time that will come. I'll cross the sky for your love and I understand these winds and tides. This change of times won't drag you away. Hold on, and hold on tightly. Hold on, and don't let go of my love.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité
avatar
should i stay or should i go ?

Dim 4 Fév - 13:58
Invité
Merci beaucoup à vous deux !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
should i stay or should i go ?

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
Sur l'asphalte "all inclusive" - Delilah
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'asphalte des routes bientôt lumineux ?

+

Sauter vers: