n'hésitez pas à privilégier les personnages plus vieux, les pré-définis et à participer au topic en commun I love you

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
On aura tout oublié, comme si on avait pas existé. (Stella)  :: (liberty, oregon) :: Orange Grove Boulevard :: glory rain
Eliott Burrows
lost in the world
avatar
should i stay or should i go ?

Ven 19 Jan - 23:12
Barbe taillée, nœud papillon serré, veste boutonnée, et le voilà presque présentable. Eliott a plus tellement l'habitude de faire de gros efforts – il a plus personne à impressionner, et faire semblant ne lui donne pas envie. Mais là, il a pas tellement le choix. Il se souvenait encore du discours un peu trop long avant son départ, discours servi par le chef – le nouveau chef, d'ailleurs, comme si ça allait changer quoi que ce soit à l'état pourri dans lequel la ville se trouve. Non pas qu'il ait quelque chose à redire là dessus, Eliott. Il y participe, à cette infamie, à cette criminalité qu'il a un jour cru pouvoir éradiquer. Il se voile plus la face – et quitte à vivre dans une ville rongée par la corruption, autant en profiter, et tant mieux si ça l'entraîne vers le fond, tant mieux si ça le pousse vers une fin prématurée. Son cœur ne bât déjà plus – le reste de son corps finira bien par lâcher, ce n'est qu'une question de temps.
Mais ce soir, il a pas tellement le choix et doit être présentable. Des menaces avaient été proférées à l'encontre des organisateurs d'un gala se déroulant dans l'hôtel de la ville – rien d'étonnant, tout le monde menace tout le monde à Liberty, mais cette fois, c'était sérieux et on craignait pour la sécurité des civils. Tous les officiers concernés avaient reçu l'ordre de se fondre dans la masse, de passer inaperçu pour éviter toute inquiétude éventuelle, et Eliott ne dérogeait pas à la règle malgré ses râles un peu trop nombreux.

Il a à peine posé un pied dans la grande salle de l'hôtel que déjà, il ne se sent pas à sa place. Il a jamais été vraiment à l'aise dans ce milieu et c'est encore plus vrai maintenant qu'il ne fréquente plus que les bas fonds de Liberty. Mais il dit rien – il est là pour faire son travail, et même si il est loin de l'officier modèle, il n'est pas non plus du genre à rien faire et à attendre la fin de son service. Alors il guette, Eliott, il se fond dans la masse comme il le peut, circule entre les invités en cherchant un quelconque comportement suspect – ou du moins, plus suspect qu'à l'accoutumée. Il est tellement concentré sur sa mission qu'il fait pas attention, Eliott, et il accroche le sac d'une invité au passage. C'est en sentant une pression sur sa veste qu'il comprend – il défait la anse du sac accrochée à sa veste. « Désolé, je.. » Il finit pas sa phrase Eliott, parce qu'il s'est retourné en même temps qu'il parlait et qu'il a le souffle coupé net. C'est comme un uppercut reçu en plein estomac. Ou plutôt, c'est encore plus violent, plus douloureux, et il préfère encore subir encaisser des milliers d'uppercuts qu'avoir à endurer ça. Il y a Stella qui se trouve là, encore plus belle que dans ses souvenirs – ce qui lui semblait pourtant impossible. Il a l'impression que son cœur se remet à battre et soudainement c'est comme si tout va mieux. Elle a ce pouvoir sur lui, Stella, celui de tout effacer, les blessures, les coups durs, et de rendre le monde plus supportable et plus beau qu'il ne l'est réellement. « Stella, t'es.. » Puis il se tait parce qu'il se souvient. Il se souvient que tout ça c'est du passé et que plus rien n'est beau ni supportable. Son visage se ferme, sa posture se veut plus distante. Il doit partir, partir avant de faire une connerie, comme la supplier de revenir et de faire revenir la vie dans la sienne. « Passe une bonne soirée. » qu'il dit, un dernier coup d’œil en sa direction, avant de tourner les talons et partir. Et c'est toute une série de pensées contradictoires qui s'entrechoquent dans l'esprit perturbé d'Eliott. Me suis pas, me suis pas, me suis pas, suis moi, suis moi et aime moi, comme avant, comme quand c'était facile, comme quand la vie valait la peine d'être vécue.


† I look inside myself and see my heart is black. It's not easy facing up when your whole world is black. If I look hard enough into the setting sun my love will laugh with me before the morning comes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows
lost in the world
avatar
should i stay or should i go ?

Dim 21 Jan - 18:42
Elle fréquente l'ennemi, Stella. Elle danse avec l'ennemi, elle boit avec l'ennemi. Toutes ces choses que sa conscience lui refuse. Rafael et tout le gratin de Liberty, des hommes et des femmes aux casiers judiciaires immaculés, mais aux mains pleines de sang. Et tous les costumes et robes de grands créateurs de ce monde ne suffiraient pas à masquer leurs crimes. Et même si la musique et les bavardages laissent à penser à une soirée des plus innocentes, Stella n'en oublie pas la vraie nature de ces gens, au risque d'en oublier la sienne. Sombrer dans leur folie commune est tentant, mais elle doit résister à ce chant des sirènes. Même lorsqu'un homme tente de l'emmener au fond de l'océan. Et cet homme, elle sent son regard posé sur elle, au loin. Il sait qu'elle ne veut pas être vue en sa compagnie et que toutes ces interdictions ne fait que renforcer sa fascination – son obstination. Rien de plus tentant qu'une femme qui se refuse. Mais elle manque de rougir au beau milieu de la salle de l’hôtel de ville. Un visage pourpre jurant avec la blancheur presque aveuglante de sa robe.

Elle se retourne, souriant poliment à la personne qui lui présente des excuses. Vent violent qui souffle, souffle, souffle. Et s'envole alors toutes les cartes de son château. Princesse au souffle coupé, aux poumons endommagés, au cœur suspendu par un fil qui se décroche et qui menace de lâcher à tous moments. Il fait chaud ? Bien trop chaud pour une soirée hivernale de janvier. Et ses joues se teintent davantage, d'une palette mirobolante d'émotions. Toutes plus assassines les unes que les autres. Prise au piège dans la gueule d'un passé qui a trainé des pieds. Deux ans. Deux ans qu'elle appréhende ces retrouvailles. Deux ans et des centaines d'images. Le jeu d'une imagination en mal de réponses. En mal de tout. Elle se sent coincée, Stella, ramenée de force deux années en arrière, condamnée à revivre les étapes douloureuses du deuil d'un mariage bousillé, en un millième de seconde. Le choc, le déni, la colère, la tristesse, la résignation, l'acception. Et elle se reconstruisait Stella, sur les cendres d'une relation destructrice dans laquelle elle avait tout donné et tout perdu. Mais un seul visage, une seule voix et la revoilà esclave de ses souvenirs. Elle en oublie le reste, Stella. Ses enquêtes, ces gens qu'elle déteste, Rafael, sa belle robe, les années, les mois, ce qui a changé... pause. Le temps s'arrête. Et les yeux plongés dans les siens, elle reconnaît un peu Eliott. Celui qu'elle a connu. Et tout son être la pousse à commettre l'impensable : Le suivre. Il lui manque quelque chose. Ce n'est pas fini. Et elle le sait. Ils leur manque une fin. Ou un nouveau départ. Mais elle ne peut pas le laisser partir comme cela. - Eliott, attends... Elle presse le pas malgré l'inconfort de ses talons hauts et elle s'engouffre dans l'ascenseur dans lequel se trouve le policier. Les portes se ferment. Il n'y a plus qu'eux. Et loin de la foule, Stella ignore ce qui l'a poussé à faire cela, à braver la promesse qu'elle s'était faite à elle-même. Celle de ne plus laisser Eliott jouer avec elle. Celle de ne plus lui donner aucune importance. Mais elle est faible, Stella, quand il s'agit de lui. Car quoi qu'il fasse, quoi qu'il dise – elle se revoit des années en arrière, adolescente et amoureuse. L'innocence de la jeunesse. Et elle se dit qu'elle lui doit bien ça, à la lycéenne un peu trop naïve qui rêvait de sauver le monde au bras de son justicier. - Qu'est-ce que tu fais ici ? Des mots qu'elle ne maitrise pas, les yeux toujours écarquillés, comme si elle était face à un fantôme.



memories hurt


Dernière édition par Stella Burrows le Jeu 25 Jan - 19:45, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows
lost in the world
avatar
should i stay or should i go ?

Jeu 25 Jan - 19:42
Il les entend, Eliott, les talons qui claquent, la voix qui l'appelle. Mais il peut tout simplement pas lui faire face. Il est pas prêt et il le sera jamais, parce que c'est Stella, et qu'elle aura toujours son cœur avec elle, peu importe les années qui passent, peu importe la distance imposée. Un an qu'il est revenu en ville, un an passé à esquiver les endroits qu'ils avaient l'habitude de fréquenter, parce qu'il y avait trop de souvenirs, des souvenirs de Stella qui rit, heureuse, avant qu'il foute tout en l'air. Puis surtout, il voulait pas la croiser, conscient de ses faiblesses. Alors il préfère fuir, faible, comme le lâche qu'il est depuis des années maintenant. Rien d'étonnant à ce qu'elle l'ait quitté, finalement. Sauf que ce soir, Stella est là, qu'elle rentre même dans l'ascenseur qui devait pourtant l'aider à la fuir. Puis il y a les portes qui se ferment, et avec elle, tout espoir qu'Eliott pouvait avoir de s'enfuir. Rapidement, trop rapidement, l'odeur de Stella vient lui chatouiller les narines, odeur bien trop présente dans un endroit aussi confiné. Son parfum lui rappelle des souvenirs, ces moments où elle se blottissait contre lui, ces où ses lèvres se perdaient dans son cou. Et ça l'affole, tout ça, il avait pas prévu d'être hanté par des souvenirs qu'il tentait vainement d'oublier depuis deux ans déjà, des souvenirs qui était pourtant toujours là, qui l'empêchait d'avancer, vestiges d'un passé plus heureux que le futur ne le sera jamais. Puis la voix de Stella qui vient briser le silence, alors même que l'officier comptait passer ce trajet court dans le silence total. « Je travaille. » Il ajoute rien de plus, veut écourter ce moment au maximum. C'est sans compter sur les coups bas de la vie, qui doit forcément avoir une dent contre lui, du moins, c'est ce qu'il se dit quand une secousse brève le surprend et, premier réflexe, sa main attrape le bras de Stella pour qu'elle ne tombe pas. L'ascenseur s'arrête alors, les lumières clignotent. Rien ne se passe. C'est alors qu'il réalise que sa main est toujours sur le bras de son ex-femme, contact qui lui semble bien trop douloureux désormais. « Désolé. » il marmonne ça du bout des lèvres alors qu'il enlève sa main, qu'il fait un pas pour essayer de relancer l'ascenseur en appuyant sur un bouton au hasard. Ses doutes se confirment alors – ils sont bloqués ici. Il déglutit, Eliott. Croiser Stella est une chose. Rester enfermé dans un espace étroit avec elle en est une autre. Et c'est bien trop insupportable pour lui. Il peut pas rester là parce qu'elle le brûle trop, Stella. Sa simple présence suffit à raviver en lui ses sentiments les plus passionnés. Il ressent tout beaucoup trop fort et il a l'impression de suffoquer, de perdre pied dans un océan de sensations qui auront raison de lui un jour ou l'autre. Il ressent toujours tout trop fort, Eliott. C'est pareil quand il aime. Il aime trop, sans limite, et c'est peut-être pour ça qu'il arrive pas à tourner réellement la page. L'américain vérifie son portable – pas de réseau, comme toujours dans les ascenseurs. Enfin, il fait face à Stella, la regarde vraiment pour la première fois depuis leur entrée dans l'ascenseur. « J'ai pas de réseau. T'as ton portable ? » Et il sait qu'il a l'air froid, Eliott, qu'elle doit le prendre pour un connard. Ce qu'elle sait pas, Stella, c'est qu'il peut pas la laisser s'approcher, parce qu'elle fera rien d'autre que l'empoisonner en faisant battre à nouveau son palpitant affaibli, en faisant renaître chez lui un espoir disparu deux ans plus tôt. Si il fait pas ça, il pourra pas la laisser partir, pas encore une fois. Il y survivrait pas.


† I look inside myself and see my heart is black. It's not easy facing up when your whole world is black. If I look hard enough into the setting sun my love will laugh with me before the morning comes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows
lost in the world
avatar
should i stay or should i go ?

Lun 29 Jan - 22:34
Vision éphémère. Brutale. Comme un fantôme du passé venu la rappeler à l'ordre et très vite, il s'échappe, comme de la fumée qui glisse entre les doigts. Elle l'avait oublié, Stella. Un peu. Petit à petit – au point d'en culpabiliser, au point de se forcer à se souvenir. Se souvenir des bons moments partagés, des années de bonheur, du pourquoi elle l'avait choisi lui et pas un autre. Mais elle n'avait pas eu le choix. Il avait élu domicile dans son cœur d'adolescente, terrassant toutes ses croyances, toutes ses attentes. Et ça lui semble loin, tout ça. L'écho d'une ancienne vie qui s'efface avec les jours. Mais il lui a suffit d'une seconde, d'un regard pour que tout revienne. Violemment. Son parfum, son rire, ses mains sur sa taille, ses caresses dans les cheveux quand elle s'endormait le soir... Elle n'avait pas réalisé à quel point cela pouvait lui manquer. Une présence. La sienne. Même si elle a toujours gardé un bout de lui avec elle – Burrows. Elle n'a jamais pu se résoudre à abandonner cette dernière attache, de peur de tourner la page une fois pour toute, de peur de retrouver son nom de jeune fille et de tout oublier pour de bon. Les portes de l’ascenseur menacent de se fermer, mais elle se faufile de sa taille longiligne pour ne pas manquer le coche. Elle a besoin de lui parler, de savoir. De savoir s'il en a bavé, comme elle. De savoir ce qu'il devient. Elle tente de lui parler, mais elle se trouve face à un mur de glace – aussi froid qu'effrayant. Le silence règne et pèse lourdement, mais il est vite interrompu par une secousse qui précipite Stella contre Eliott et de sa main, il l'empêche de chuter. Une main qu'elle aurait aimé tendue quand leur mariage s’effondrait. Une main sur son bras qui fait battre son cœur un peu plus fort en souvenir du bon vieux temps. La force de l'habitude. C'est ce qu'elle se répète en boucle alors qu'il s'éloigne d'elle. L'ascenseur est en panne, mais Stella s'en moque. Il tente de régler le problème, mais elle, elle n'a d'yeux que pour lui. Elle l'observe, alors qu'il la fuit, tant bien que mal, dans cet engin confiné qui sera la tombe de leur semblant de relation ou le berceau d'une nouvelle à venir. Il a changé, physiquement, Eliott. C'est peut-être imperceptible aux regards des autres, mais elle, elle le voit, dans les détails de ce visage qu'elle a tant de fois contemplé auparavant. Il y a ce petit quelque chose qui n'est plus là. Sans doute qu'elle aussi a souffert de ces deux ans, à en perdre l'éclat candide de sa jeunesse dans ses yeux. - Il n'a plus de batterie, dit-elle spontanément. C'est un mensonge qui s'échappe tout naturellement de ses lèvres et qu'elle espère payant. Non, elle ne souhaite pas en rester là. Et s'il faut mentir pour arriver à ses fins, elle n'y voit pas d'inconvénients, s'inspirant des anciennes méthodes d'Eliott. Ces mêmes méthodes qui ont mené leur mariage à la ruine. Le regard planté dans le sien, il la regarde vraiment pour la première fois et elle se sent mourir sous le poids des souvenirs qui reviennent au galop. Ce regard dans lequel elle aimait tant se plonger, pouvant le dévorer des yeux pendant des heures. - Mais je suis contente de voir que tu es capable de me décrocher plus de deux mots, dit-elle, ni sur le ton de l'humour, ni sur le ton du reproche, mais plutôt sur celui de l'incompréhension. Deux ans. Et un fossé immense entre ce qu'ils étaient et ce qu'ils sont devenus. Deux étrangers aux souvenirs communs, altérés par des sentiments assassins.



memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows
lost in the world
avatar
should i stay or should i go ?

Jeu 1 Fév - 21:06
Parfois, Eliott se demande où ils en seraient si il n'avait pas tout foutu en l'air. Et ils s'imaginent, encore avec Stella, dans cette maison qu'il a quitté il y a deux ans. Et peut-être même qu'ils auraient eu des enfants. Avec de la chance, ils auraient hérité de la beauté et du caractère affirmé de leur mère. Et ils les auraient aimé, autant qu'il aimait (aime) Stella. Il aurait soutenu Stella alors qu'elle aurait reçu un prix pour un article – ça arrivera forcément, ça, elle brillante. Il aurait vieilli à ses côtés, il se serait moqué de ses premiers cheveux gris, de ses premières rides, et ça aurait pas été si grave de vieillir du moment qu'il était avec elle. Ils auraient continué à prendre soin l'un de l'autre jusqu'au bout, sans jamais lâcher prise. Et tout aurait été parfait, chaque instant, mêmes les disputes qu'ils auraient essuyé en chemin. Ça aurait été parfait parce que ça aurait été eux deux, comme ça l'avait été depuis le lycée et comme ça devait l'être jusque la fin.
Mais il a merdé. Plusieurs fois. Et il a effacé cet avenir qu'il s'était toujours imaginé. C'est pour ça qu'il peut pas passer à autre chose, Eliott. Depuis le lycée, son avenir avait semblé tracé, avec Stella au cœur de tout. Il arrivait pas à imaginer autre chose, et encore moins à se projeter aussi loin. Alors l'officier voyait au jour le jour, sans chercher plus loin. Et ça lui allait très bien, tant que Stella était plus dans le tableau, ou plutôt, qu'il ne la voyait plus. Mais maintenant qu'elle est là, si près et si loin à la fois, tout est chamboulé à nouveau. Il préfère mettre de la distance, Eliott, parce que s'éloigner a été bien trop difficile. Il dit rien quand elle lui dit que son portable est coupé – il doute un instant ; pas bien longtemps, parce qu'il se dit qu'elle a aucune raison de mentir, elle veut probablement plus rien avoir à faire avec lui, à juste titre. Finalement, il est un peu surpris par ses propos, même si il devrait pas l'être, la connaissant. Il essaie alors quelque chose qu'il aurait du tenté des années plus tôt ; l'honnêteté. « Je.. sais pas vraiment quoi dire. » A une époque, il aurait essayé de la reconquérir. Il lui aurait dit que c'était pas une vie, sans elle, qu'elle avait embarqué son cœur avec elle et qu'il était qu'une coquille vide. Il lui aurait dit qu'il ferait tout pour qu'elle revienne, quitte à tout plaquer pour recommencer ailleurs. Il lui aurait dit qu'elle était belle, qu'elle lui coupait le souffle et qu'il l'aimait à en crever. Mais Eliott fait rien de tout ça. Il garde tous ces mots prisonniers de son palpitant. « Mais j'vais essayer d'être moins .. con. » Il peut bien faire ça pour elle, même si il s'était promis de mettre de la distance. C'est simple, suffit qu'il fasse en sorte que la conversation dévie pas vers des sujets trop risqués pour lui, vers eux, vers ce qu'ils étaient et surtout pas vers ce que lui ressent. Il a pas tellement le choix ; il peut quand même pas l'ignorer alors qu'ils sont coincés ici pour une durée indéterminée de temps. Ses yeux la quittent pas, mais lui, il reste à une certaine distance, une distance de sécurité. « Alors, qu'est-ce que tu deviens ? » C'est con, terriblement con comme question, mais ils ne se sont pas vus depuis deux ans, ce qui était bien trop long. C'était comme se redécouvrir, se rencontrer à nouveau et devoir tout recommencer. Mais même si il faisait des efforts, il espérait qu'on vienne vite les sortir de là. Ou plutôt, non, donnez-moi une éternité, que j'puisse m'rattraper pour ce que j'ai fait, pour qu'elle m'aime encore, ou au moins, que moi j'puisse l'aimer une dernière fois et tant pis si j'en crève.


† I look inside myself and see my heart is black. It's not easy facing up when your whole world is black. If I look hard enough into the setting sun my love will laugh with me before the morning comes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Stella Burrows
lost in the world
avatar
should i stay or should i go ?

Jeu 8 Fév - 21:46
Un instant volé, coupés du reste du monde, prisonniers d'un espace confiné. La rancoeur est un lointain souvenir, les larmes aussi. Et pourtant, le revoir fait tout remonter à la surface. Toutes ces émotions enfouies qu'elle s'était promise de ne plus ressentir. Tout est là et, un seul regard de la part d'Eliott suffit à tout raviver. Pas comme s'il n'était jamais parti et comme si rien n'était arrivé, non. Mais plutôt comme des souvenirs encore brûlants dont elle ne peut plus se cacher – qui font partie d'elle. C'est vrai, il est le seul homme qu'elle ait jamais connu jusqu'à présent. Ils ont grandi ensemble, ont traversé les épreuves de la vie ensemble, se sont aimés jusqu'à s'en déchirer. Elle ne pourra jamais refermer complètement le livre de leur histoire. Il a compté et il comptera toujours à ses yeux et c'est sans doute pour cela qu'elle a besoin de lui parler – de savoir ce qu'il devient et comment il se porte. Il y a cette drôle d'atmosphère qui plane dans cet ascenseur. Elle le connait depuis toujours (et sans doute mieux que personne) et pourtant, elle a l'impression d'être face à un étranger dont elle ignore tout. Si bien qu'elle ne sait pas sur quel pied danser. Après tout, aucun mode d'emploi ne permet de savoir comment se comporter face à son ex-mari. Ni comment appréhender des retrouvailles de ce genre. - Ce n'est pas moi qui l'ai dit, mais oui, ce serait bien, dit-elle avec un léger rire, comme pour détendre l'atmosphère. - Et bien... pas grand chose à vrai dire. J'ai toujours le même travail et rien n'a vraiment changé. Et c'est en prononçant ces mots qu'elle les regrette immédiatement. Si, tout a changé. Sauf son nom, qui est demeuré intact. Elle tousse pour éclaircir sa gorge, essayant de trouver de quoi changer de sujet. Mais Stella est une femme entière qui ne sait pas faire semblant. Et s'adonner à de vaines conversations n'était pas réellement dans ses plans. - Ecoute Eliott... Elle le regarde droit dans les yeux, le sourire envolé, mais toujours avec cette douceur dans le regard qui lui est propre. - Je n'arrive pas à faire comme si de rien n'était. Et je ne veux pas te mettre mal à l'aise, mais c'est trop bizarre pour moi. Pas parce que je n'ai pas envie de te parler, mais parce qu'on est resté sur de l'inachevé. Je ne t'en veux plus. Et j'espère que tu ne m'en veux plus, non plus, dit-elle en penchant légèrement la tête pour appuyer ses propos. Un « tu m'as manqué » lui brûle les lèvres, mais elle préfère le garder pour elle. Mais c'est vrai : Son meilleur ami lui a manqué. Terriblement. Mais les choses changent et elle doit l'accepter. - Quand est-ce que tu es revenu ? Il y a tant de choses qu'elle aimerait lui dire et lui demander, pour comprendre comment ils ont pu en arriver là. Pour comprendre ce qu'il se tramait, deux ans plus tôt, quand Eliott préférait mentir et lui tourner le dos. Pas pour savoir qui a raison ou tort, mais plutôt pour enfin connaître la vérité. Celle qui les a éloigné l'un de l'autre. Pour savoir si le jeu en valait finalement la chandelle.



memories hurt
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eliott Burrows
lost in the world
avatar
should i stay or should i go ?

Mer 14 Fév - 21:16
Elle arrive à lui arracher un sourire, Stella, léger, à peine visible, mais un sourire quand même. Ça n'a rien d'étonnant, il a toujours apprécié sa façon d'apaiser les choses, de lui changer les idées en quelques mots, quand quelque chose le tourmentait, à l'époque. Ça n'a pas suffit pour chasser assez longtemps ses démons, mais elle avait été la seule à être capable, même pendant quelques secondes, à encore le faire sourire. Encore aujourd'hui, c'est le cas. Pourtant, les sourires d'Eliott se font rares, distribués avec le plus grand soin à une poignée d'individus – ceux qui l'ont pas encore fui, qui n'en ont pas encore eu marre de ses conneries. Il sait pas si ils vont rester encore longtemps, chaque jour est une nouvelle bataille que ses démons semblent remporter, gagnant toujours plus de terrain, mais pourtant il essaye avec eux, au moins, d'être plus supportable, d'être l'ancien Eliott, celui qu'ils étaient nombreux à apprécier. Il essaye, au moins quand il est avec sa famille, parce qu'il veut les préserver, des rumeurs fondées qui court sur lui, des vérités qu'ils ont pas à entendre. Il veut les préserver comme il a voulu préserver Stella – et on voit combien ça a réussi. Puis, Stella met les pieds dans le plat, tourne pas autour du pot. Ça a jamais été son genre et finalement, peut-être qu'elle a raison. Faire semblant ne les mènera à rien. Ils n'étaient pas des inconnus, ou du moins, pas totalement. Ils avaient été mariés, et malgré tout, malgré la douleur que ça peut provoquer chez Eliott, ils ne peuvent pas faire comme si ça n'avait pas compté, comme si ils étaient de vieux amis qui se retrouvaient. « J'suis revenu il y a environ un an. » Son regard remonte vers elle, il hausse les épaules. « J'aurais peut-être dû t'appeler mais j'sais pas.. J'voulais m'habituer à vivre ici sans toi et j'savais pas si j'étais prêt à te revoir. » Ça avait le mérite d'être clair, d'être honnête. C'était pas quelque chose auquel il était habitué mais de toute façon, il avait déjà essayé le mensonge avec elle et ça les avait mené à leur perte. « Puis.. J'savais pas si toi, tu voulais me revoir. » Il y a ça, aussi, à prendre en compte. Si Eliott agit la plupart du temps en con depuis le divorce, il y a toujours Stella qu'il voudrait mettre à l'abri de ses conneries. Il a conscience du mal qu'il lui a fait, de son cœur qu'il a piétiné. Il aimerait bien les récupérer, les rassembler et les coller un à un – la rendre heureuse à nouveau, comme elle l'avait été avant lui. Lui donner de l'espace était l'idéal pour ça. Parce qu'il abîme tout, Eliott, poison qui consomme et consume son entourage, qui s'insinue dans leurs veines pour atteindre le cœur qu'il réduit en cendres. « Écoute, j'veux être clair avec toi. J't'en ai pas voulu. J'veux dire.. J'ai peut-être agit comme si c'était le cas, mais j'étais surtout en colère. » Il passe sa langue sur ses lèvres, cherche ses mots. Il a pas été aussi éloquent depuis des mois, probablement. « J'm'en voulais parce que j'ai tout foutu en l'air. Parce que j'ai fait ce que j'avais promis de ne jamais faire ; te briser le cœur. J'ai jamais voulu ça, et pourtant, j'l'ai fait, encore et encore. Et pour ça.. J'suis désolé, Stella. » Il s'était pas encore excusé – faut dire qu'il s'excuse jamais, mais elle mérite bien ça, pour tout ce qu'il lui a fait subir.


† I look inside myself and see my heart is black. It's not easy facing up when your whole world is black. If I look hard enough into the setting sun my love will laugh with me before the morning comes
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
should i stay or should i go ?

Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
 
On aura tout oublié, comme si on avait pas existé. (Stella)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un jour comme les autres apres tout...
» avec macron comme dans le cochon tout est bon !
» LES GERARD DE LA POLITIQUE – Y en a eu pour tout le monde !
» elle imite sa copine en TOUT !!
» L'espoir c'est comme un oiseau bleu, on l'aperçoit de loin, il est dans le ciel tout comme l'étoile du berger, on ne peut ni l'acheter, ni l'enfermer dans une cage, mais il est là tout de même, et grâce à lui, un jour tout s'arrange !

+

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Sauter vers: