AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 Nightcall. (Elizabeth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adriel Perkins

lost in the world
avatar
messages : 219
à liberty depuis : 12/04/2017
avatar + © : Dave Franco (balaclava)
pseudo : Bangkok.
dc : Eliott.
polaroïd :
guilty pleasures : L'adrénaline qui coule dans les veines, l'alcool qui l'incite à suivre le chemin destructeur du paternel.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Free.

MessageSujet: Nightcall. (Elizabeth)   Mar 1 Aoû - 21:41

Les clefs insérés, le pied qui appuie sur la pédale. Le moteur qui rugit, prêt à vrombir aux milieux des rues de Liberty. Mais il reste prudent, Adriel. Il respecte les limitations, ne se fait pas remarquer. Il sait que ce serait prendre des risques inutiles. La discrétion est son alliée alors sa conduite est souple, son aiguille atteint à peine la vitesse maximale autorisée. Et heureusement d'ailleurs. Heureusement, parce qu'il ralentit légèrement pour tourner, et que c'est ça qui lui permet de s'arrêter au bon moment. Avant de commettre l'irréparable, de faucher une vie, chose qu'il ne pourrait jamais se pardonner. Adriel appuie de toutes ses forces sur la pédale de frein, sa voiture s'arrêtant net, brusquement, trop brusquement. Son corps va en avant et sa tête évite de justesse le pare-brise, lui qui avait oublié sa ceinture ce matin là. Mais, plus important encore, son véhicule est arrêté à quelques millimètres seulement d'une demoiselle qui traversait là, au coin de la rue. On a pas idée de foutre un passage piéton à un tel endroit, du moins, c'est ce qu'il se dit. Si sa vitesse avait été supérieure, ne serait-ce que de quelques kilomètres, il aurait percuté à coup sûr la jeune femme. Adriel, il met quand même quelques instants à réaliser que tout va bien. Que personne n'est blessé. Qu'il peut souffler, respirer. Il n'avait même pas réalisé qu'il avait tout bonnement arrêté de respirer sous le choc, pendant quelques secondes. Et enfin, le brun réalise qu'il n'est pas seul dans cette histoire, que cette inconnue aussi doit être choquée. Il relève la tête et ce qu'il voit ne fait que confirmer ce qu'il pensait. La blonde semble totalement chamboulée par cet accident évité de justesse. Alors l'américain coupe le moteur et sort du véhicule, n'hésitant pas à lever son majeur vers les conducteurs derrière lui qui se mettent à klaxonner quand ils réalisent qu'il ne va pas bouger son véhicule de la route. Ces derniers le doublent, visiblement agacés, sans pour autant qu'Adriel en ait quelque chose à faire. « Vous allez bien ? » qu'il demande à la blonde. Elle a l'air assez jeune, la vingtaine sans doute. Il l'a jamais vu avant et elle semble seule à ce moment là. Aucune réponse ne vient et l'homme fronce les sourcils. « Écoutez, j'suis vraiment désolé, j'faisais attention pourtant et.. Bref, j'suis désolé. » Adriel comprend quand même rapidement que quelque chose cloche. Bien entendu, il se doute bien que lorsqu'on frôle un accident, on est forcément un peu sous le choc, mais en général, ça dure pas plus que quelques secondes. Là.. La réaction de l'inconnue semble plus profonde, le choc semble plus grand. Il se sent démuni, Adriel, et il sait pas vraiment quoi faire pour la rassurer, quoi dire pour l'apaiser. Alors il attend, un peu au moins. Peut-être qu'elle a juste besoin d'un peu d'espace pour reprendre ses esprits.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Oaken

lost in the world
avatar
messages : 271
à liberty depuis : 15/05/2017
avatar + © : Imogen Poots ~ tearsflight, kloonney
pseudo : Zab
dc : //
polaroïd : acmanthera
guilty pleasures : Thé, ne pas porter de sous-vêtements, croire au surnaturel (E. T., licornes, sirènes...)



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Libre

MessageSujet: Re: Nightcall. (Elizabeth)   Ven 11 Aoû - 4:30

La fin de la journée est chaude, elle ne fait que marcher et elle a chaud. Elizabeth ne se plaint pas, dans quelques semaines, il va commencer à faire plus froid. Elle arrive à peu près à maintenir une température stable en fermant ses rideaux et en ouvrant les fenêtres. Le soleil ne passe pas, mais le vent si. Que demander de plus ? C'est sombre, mais ça ne la dérange pas. C'est toujours moins cher que de payer un air climatisé et sa consommation d'électricité ensuite. Elle est allée manger chez des amis, trop mangé. Elle a l'impression qu'elle pourrait rouler et qu'elle avancerait plus vite. C'est souvent le piège avec ce qu'ils ont fait comme repas : plusieurs petits plats que quelques personnes ont amené. Ce qu'elle aime bien, comme ça, pas besoin de se compliquer la tête pour la vaisselle, et non plus d'essayer de trouver un mets que tout le monde aime. On lui a plus au moins fait comprendre qu'elle n'avait pas besoin de rien amener. Les clichés. Elle a donc, naturellement, fait à sa tête et a amené des fat rascals. Comment ne pas aimer des biscuits ? Ils ont été un succès. N'habitant pas très loin, une dizaine de minutes à pied, elle n'a pas pris sa bicyclette. Avoir su, elle l'aurait prise.
Dès que c'est possible, car elle veut s'en débarrasser, elle va au premier passage piéton qu'il y a là. Elle préfère quand il y a les lumières, mais le coin ne doit pas être assez passant pour cela. Ce qui ne l'empêche pas de bien regarder des deux côtés de la rue avant de traverser, quatre ou cinq fois. Une habitude qu'elle a, afin de vraiment bien vérifier si une voiture arrive ou pas. Mais ici, dans cette courbe, ce n'est pas une très bonne idée. Elle va le savoir trop tard. Elle fait attention, trop attention, ou pas assez et c'est ce qui cause l'accident. Pas assez, elle aurait vu la voiture et n'aurait pas continué son chemin. Trop, une ou deux fois de moins et elle aurait eu le temps de traverser. Une voiture lui fonce presque dessus. Bien qu'à part l'auto, il n'y a rien en commun avec l'accident qui a tué ses parents, elle fige. Elle revoie ce qui est arrivé. Elle ne peut plus bouger, c'est de sa faute.
Elle se met à frissonner, violemment. Son à main rejoint le sol sans qu'elle ne s'en rend compte, tout comme le sac réutilisable avec les restes. Elle s'assied par terre, entourant ses jambes avec ses bras, elle ne sait pas quoi faire d'autres. Elle ne se rend pas compte de là où elle est, encore moins qu'elle bloque la circulation. Elle panique, elle a l'impression de revoir l'accident, d'entendre le choc des voitures, les sirènes, l'incompréhension, sa culpabilité vient de monter. Les larmes ne tardent pas à se pointer à leur tour, alors qu'elle se met à se balancer d'en avant en arrière.

_________________
    « Il y a un dieu pour les fous et les ivrognes »
    [Stephen King]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noliberty.forumactif.org/t1092-fleur-anglaise-liens-d-elizabeth#24294 http://noliberty.forumactif.org/t1072-n-aime-pas-les-egoportrait
Adriel Perkins

lost in the world
avatar
messages : 219
à liberty depuis : 12/04/2017
avatar + © : Dave Franco (balaclava)
pseudo : Bangkok.
dc : Eliott.
polaroïd :
guilty pleasures : L'adrénaline qui coule dans les veines, l'alcool qui l'incite à suivre le chemin destructeur du paternel.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Free.

MessageSujet: Re: Nightcall. (Elizabeth)   Mer 30 Aoû - 0:14

Adriel, il a l'habitude de prendre soin des autres, de s'en occuper voir de les réconforter. Après tout, c'est comme ça que ça marche, chez lui. Les enfants Perkins prennent soin les uns des autres, parce que les parents en ont jamais vraiment eu quelque chose à faire d'eux. Alors ils ont tous du se débrouiller dès leur plus jeune âge. Ça l'a aidé à être plus autonome, mais aussi, un peu plus observateur avec les autres. C'est comme ça qu'il comprend que si l'inconnue face à lui réagit de la sorte, c'est pas seulement à cause de cet accident qui est presque arrivé, quelques minutes plus tôt. Quelque chose d'antérieur est forcément à l'origine d'une réaction aussi forte. Il sait pas trop de quoi il s'agit, mais il sait qu'il peut pas rester sans rien faire, qu'il peut pas simplement partir comme si rien n'était arrivé. Il a jamais été comme ça, Adriel. Malgré tous ses défauts, il est pas du genre à rester de marbre face à une telle scène, surtout quand il est fautif. Même si il comprend tout ça, Adriel ne sait pas pour autant comment réagir. L'américain a jamais vu qui que ce soit agir comme ça dans sa famille. Il s'agenouille pour se mettre à la hauteur, alors que quelques passants jettent des regards curieux dans leurs directions. Ils ont pas vraiment l'air enclin à aider la jeune femme ; ils veulent plutôt savoir ce qui est arrivé pour pouvoir colporter tous ces ragots dans la ville, chose qu'Adriel ne comprendra jamais. Il tente d'ignorer la présence parasite des passants pour se concentrer sur l'inconnue, qui ne semble pas se calmer malgré les secondes qui défilent. « J'suis désolé et.. J'sais pas du tout quoi faire. » qu'il dit, un peu bêtement. Il panique un peu et se promet intérieurement de faire bien plus attention à l'avenir, pour éviter qu'une telle chose ne se reproduise encore. Adriel pose une main qui se vaut réconfortante sur l'épaule de la blonde. « Vous savez, moi aussi il y a des trucs qui m'font peur. » Il sait pas trop pourquoi il dit ça, Adriel. Il dit ce qu'il lui passe par la tête, essaye de la faire rire ou du moins, d'attirer son attention sur autre chose. « Faut pas le répéter mais quand j'vois un serpent, j'me mets à hurler et à me tirer en courant dans la direction opposant. C'est plutôt pathétique à voir, franchement. » qu'il dit, sans la quitter du regard. Et le pire dans tout ça, c'est que c'est même pas un mensonge inventé pour lui changer les idées. Le brun sait pas vraiment si ça va fonctionner, mais il tente le tout pour le tout.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Oaken

lost in the world
avatar
messages : 271
à liberty depuis : 15/05/2017
avatar + © : Imogen Poots ~ tearsflight, kloonney
pseudo : Zab
dc : //
polaroïd : acmanthera
guilty pleasures : Thé, ne pas porter de sous-vêtements, croire au surnaturel (E. T., licornes, sirènes...)



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Libre

MessageSujet: Re: Nightcall. (Elizabeth)   Jeu 7 Sep - 1:16

Elizabeth ne se rend compte de rien, elle est par terre, sur la route, à se sentir coupable. Une voix réussie à atteindre son cerveau et elle réussit à se concentrer dessus. Elle attend « trucs », « peur », « serpent, j'me mets à... » et elle est de retour. – Y'a beaucoup de monde qui ont peur des serpents. murmure-t-elle. Elle ne sait pas trop comment elle a fait pour revenir, ou comment il a fait pour qu'elle soit de retour. Elle ne sait jamais comment ça se passe quand ça lui arrive autrement qu'en rêves (cauchemars), pas très souvent. Se réveiller dans son lit c'est autre chose que de se réveiller elle ne sait trop où (la rue), en public.
Elle se relève, lentement, pas très sûre de si ses jambes vont pouvoir la supporter. Elles tremblent, mais c'est le cas, elle parvint à rester debout. À environ la même vitesse, elle se baisse pour reprendre son sac avec ses mets à présent bien mélangés. Il faut espérer que le plastique les contenant ait bien tenu. Sinon, elle peut dire adieu à deux ou trois repas. Il y a pire. Beth aurait pu finir écrasée… peu importe à quel point elle déplore la perte de ses parents, peu importe à quel point elle se sent coupable, elle ne veut pas les rejoindre. Ce qui est une bonne chose, il lui reste juste à ne plus se sentir coupable. Ce qui est vraiment compliqué. Elle aurait sûrement dû continuer de consulter un psy après son arrivée aux États-Unis. Depuis, elle n'a pas les moyens, n'ayant aucune couverture ici. Par chance, elle n'est jamais tombée assez malade ou ne s'est jamais assez blessée pour avoir besoin d'être hospitalisée et de devoir rembourser les sommes astronomiques par la suite. Elle se dit qu'elle a de la chance d'être blanche et blonde par les temps qui courent, car son visa ne serait peut-être pas renouvelé comme c'est le cas depuis qu'elle est ici.
– J'aime pas les voitures. Ça, il ne l'a sûrement pas deviné. Elle porte, enfin, attention aux bruits des voitures et aux sons des klaxons. Elle cligne des yeux et elle secoue la tête. – J'vais y aller. dit-elle, elle se sent encore un peu secouée, mais elle devrait être capable de rentrer chez elle. Elle vient de se rendre compte qu'ils bloquent la circulation et qu'avant que quelqu'un prévienne la police, elle serait mieux de quitter pour laisser le jeune homme partir, il va pouvoir dégager la voie de cette façon et ça va être plus simple pour tout le monde. Surtout pour elle qui veut éviter les problèmes, peu importe à quel point elle est caucasienne. Puis, sans avertir, elle prend dans ses bras le jeune homme. – Merci. fit-elle, contre lui, le relâchant quelques secondes plus tard. Bien des gens n'auraient rien fait. Ils l'auraient contournée et elle serait peut-être toujours assise par terre... ou bien une autre voiture l'aurait écrasée.

_________________
    « Il y a un dieu pour les fous et les ivrognes »
    [Stephen King]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noliberty.forumactif.org/t1092-fleur-anglaise-liens-d-elizabeth#24294 http://noliberty.forumactif.org/t1072-n-aime-pas-les-egoportrait
Adriel Perkins

lost in the world
avatar
messages : 219
à liberty depuis : 12/04/2017
avatar + © : Dave Franco (balaclava)
pseudo : Bangkok.
dc : Eliott.
polaroïd :
guilty pleasures : L'adrénaline qui coule dans les veines, l'alcool qui l'incite à suivre le chemin destructeur du paternel.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Free.

MessageSujet: Re: Nightcall. (Elizabeth)   Dim 17 Sep - 21:19

Adriel, c'est pas un mauvais type. Il s'en donne l'air, parfois, mais au fond, il a le cœur plus gros que ce qu'il veut bien avouer. Il aime pas voir quelqu'un qui ne va pas bien, il se sent obligé d'aider, de faire de son mieux. Autrement, il s'en veut. Pourtant, il joue l'indifférence, prétend être celui qui ne ressent rien, jamais. Alors qu'il ressent, parfois trop même. Tellement que ça l'envahit, qu'il sait pas quoi en faire. C'est pour ça qu'il préfère se protéger, jouer les gros bras. Mais pour le voir odieux, véritablement odieux, faut avoir osé toucher à sa famille. Et quand ça arrive, il devient impitoyable, toute trace de cet Adriel à l'écoute, généreux, disparaît presque aussitôt. Quoi qu'il en soit, là, il se sent clairement responsable de l'état dans lequel l'inconnue se trouve. C'est pour ça qu'il essaye d'agir, de l'aider à sortir de cet état plus ou moins rapidement. Et, au final, ça semble marcher. Elle parle, enfin, et semble être de nouveau avec lui. Ça le soulage, Adriel, parce qu'il a pas vraiment l'habitude de gérer les situations de ce genre et qu'il commençait à être à court d'idées. Il aurait très bien pu continuer à lui confier quelques anecdotes humiliantes sur lui jusqu'à ce qu'elle se réveille, même si ce n'était pas vraiment ce qu'il préférait. L'américain aide la blonde à se relever, doucement, la laissant prendre son temps. Après un tel choc, il ne vaut mieux pas se précipiter. Enfin, il croit. Il est pas vraiment médecin, Adriel. Les questions de santé, à la maison, c'est pas vraiment lui qui gère. Enfin, elle semble lui livrer un semblant d'explications, du bout des lèvres. « Ha ? Je vous assure que ça se voyait pas ! » Qu'il dit en souriant légèrement, pour détendre un peu l'atmosphère. Il avait deviné que les voitures et elle, ça devait pas être le grand amour. Tout le contraire de lui, au final. Et voilà qu'elle veut partir, comme ça, sans doute parce qu'elle réalise qu'elle a plus ou moins créer un bouchon. Adriel continue à se foutre allègrement des conducteurs qui râlent. Sans crier garde, voilà que l'inconnue se jette dans ses bras. Il sait pas vraiment quoi faire alors le brun tapote maladroitement son épaule. Faut dire que les démonstrations d'affection, en règle générale, ça a jamais été vraiment son truc. « Faut pas me remercier. J'ai quand même failli vous écraser donc bon.. » C'était la moindre des choses. Avant qu'elle parte, Adriel la retient par le bras. « Vous voulez pas que je vous ramène, plutôt ? » Bonne idée ça, la ramener dans la même voiture avec laquelle il a failli l'écraser. Adriel et son tact légendaire. « Enfin.. Non, on va plutôt aller boire un café, à pieds. » Il lui laisse pas vraiment le choix. « J'insiste. Je serais plus rassuré si vous attendiez un peu avant de repartir. » Parce que là, le Perkins sait qu'il continuera à penser à cette inconnue, sans savoir si elle est arrivée chez elle en pleine forme. « J'vous assure que c'est pas une technique de drague pourrie. J'drague mieux que ça quand même. Enfin... Un peu. » Bon, pour le coup, ça allait pas forcément la rassurer.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Nightcall. (Elizabeth)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Nightcall. (Elizabeth)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» vol de la statue de la reine Elizabeth II
» L'Arche dans la tempête Elizabeth Goudge
» Elizabeth Taylor
» Livres de Elizabeth George
» Mary Elizabeth Whittle

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: (liberty, oregon) :: old town liberty-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet