AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 itching is a pulse inside (bruce)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cash Lowe

lost in the world
avatar
messages : 26
à liberty depuis : 24/06/2017
avatar + © : joe gilgun + opale essence
pseudo : andahar.
dc : em hardwick, adam morello
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp:

MessageSujet: itching is a pulse inside (bruce)   Lun 26 Juin - 21:49

itching is a pulse inside

bruce & cash
 

Tu n'es pas là par hasard ce soir. T'es là, parce que tu sais qu'il y est aussi. T'es revenu à Liberty depuis peu de temps, pourtant tu as retrouvé tes marques suffisamment rapidement pour avoir les bons contacts. Tu sais que Bruce est là, en ville, et tu vas lui faire payer. Un sourire carnassier sur tes traits, tu rentres dans la boite de nuit les mains dans les poches, dépassant la file qui s'annonçait déjà aux portes. T'es un emmerdeur, tout le monde le sait, pourtant tu sais rentrer où il faut. Tu t'avances dans la salle sans t'émouvoir des femmes déjà sur la piste de danse. Dans un autre moment, tu te serais laissé aller à danser avec elles, profiter un peu. Mais ce soir tu te diriges déjà vers le bar, commandant une bière dans la foulée. Tu veux pas attendre le gosier sec, alors tu en avales déjà quelques gorgées avant de commencer à scruter la salle. L'un de tes potes t'as dis qu'il serait là ce soir, que c'était pas la première fois qu'il allait, Bruce. Qu'il y avait de grandes chances que tu l'y retrouves, et c'est ton but ce soir. Après trois ans, c'est pas des retrouvailles au hasard que tu cherchais. T'es rancunier, et revanchard même. Il t'a jeté, t'as mis sur la touche, te cassant d'ailleurs le nez une nouvelle fois. Tu soupires, te remémorant cette fois-là comme si c'était hier. Tu te souviens, de son regard, de ses poings serrés, cognant encore et encore. Tu te souviens du regard fou du blond, alors que tu riais en crachant du sang. Il t'as pas manqué, s'acharnant jusqu'à ce qu'on vous sépare. Tu savais très bien que ça allait l'énerver, de te voir sur les genoux d'un autre mec, même s'il n'y avait pas d'autres places. Tu le savais d'autant plus que ta posture ne laissait pas le moindre doute, mais il t'as quand même pris par surprise. Il a même pas attendu de retourner dans la cellule, il t'a chopé directement pour te refaire le portrait. Le pire, c'est que t'as pas su la fermer, que t'as continué à le provoquer, à lui dire ce que tu lui avais fait à ce mec, ainsi qu'à d'autres. T'arrivais peut-être pas à lui porter des coups physiquement, parce qu'il était à califourchon sur toi, mais ça t'as pas empêché de parler. Tu sais qu'il t'aimais, et que c'est pour ça qu'il a été si loin. Qu'on t'as changé de prison pour ça, et que tu t'y es fait royalement chier. Un peu de bon sens et c'est lui qu'on aurait envoyé ailleurs, mais c'est sur toi que c'est tombé. C'était tellement intense entre vous, qu'il fallait au moins deux côtes pétées et l'arcade en sang pour que ça se termine. T'étais à lui, qu'il disait, t'avais pas le droit d'aller voir ailleurs. Et toi tu ricanais, parce que ça t'avais jamais empêché de le faire. T'as préféré détruire que d'avouer que tu ressentais quelque chose pour lui aussi, autrement que par de l'ironie ou des non dits. Tu termines ta bière d'un trait, tournant le tabouret sur lui-même en tapant dessus au rythme de la musique. Presque, tu te laisserais entrainer par ce qui passe en ce moment, mais t'essayes de pas te laisser distraire. T'es venu avec un but, mais peut-être que tu reviendras plus tard pour profiter de cette jolie rousse que tu as repéré à l'entrée. T'as pas encore un plan bien construit en tête, pour quand Bruce se pointeras. T'as pas besoin de plan, en soit. T'espères simplement que ton pote t'as pas rencardé sur le mauvais jour, sinon tu vas péter un plomb. Ça s'fait pas de trahir un pote. « Passe moi de la vodka man. » Qu'tu demandes au barman tant qu'il passe à côté. Tu seras sans doute passablement alcoolisé quand il daignera enfin se montrer, cet abruti, mais tant pis.


Made by Neon Demon

_________________
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noliberty.forumactif.org/t1364-cash-when-i-wake-up-well-i-know-i-m-gonna-be http://noliberty.forumactif.org/t1359-cash-sometimes-i-hate-the-
Bruce Hemingway

lost in the world
avatar
messages : 33
à liberty depuis : 23/05/2017
avatar + © : travis fimmel, strelitzia.
pseudo : mandragon.
dc : tristan & nolan.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: ethel, jude, elizabeth.

MessageSujet: Re: itching is a pulse inside (bruce)   Dim 2 Juil - 19:23

On lui a dit et répété.
La seule chose à faire c'est de se reconstruire, de rencontrer de nouvelles personnes, de sortir sans pour autant tomber dans l'excès. Sa sœur lui a aussi balancé en pleine gueule qu'Ethel lui reviendrait pas, qu'il était temps de passer à autre chose parce qu'elle ne laisserait pas tomber tout un mariage et toute une vie seulement pour un taulard comme lui. Bruce a foutu en l'air ses chances, c'est ce qu'on arrête pas de lui raconter depuis douze ans pour être persuadé qu'il l'intègre bien mais  tout reste en lui. Il sait pas passer à autre chose, encore moins depuis qu'il a vu son doux regard se poser sur son corps la dernière fois. Du haut de sa carrure impressionnante et de toutes ces années de violence, Bruce se retrouve pourtant plus petit que jamais face à son ancienne femme. Ce doit être pour ça qu'il tente enfin de passer à autre chose, de se changer les idées et de ne pas sombrer dans le cercle vicieux de la nostalgie. Pourtant, dieu sait qu'il peut l'appeler et le réclamer. Pour une fois, Bruce est plutôt bien habillé, chose devenue rare depuis qu'on l'a libéré de son zoo à délinquants. Il pénètre sans trop de soucis dans la boîte de nuit, impressionnant derrière ses grands yeux bleus et toute la réputation qu'il se porte même si cela fait un moment qu'il n'a plus fait le moindre écart. Du moins, pas aux yeux de tout le monde. Comme à chaque fois où il vient dans cet endroit, ses pupilles caressent les environs à la recherche de potentielles cibles. Le grand remarque sans trop de difficultés une jolie blonde aux formes généreuses dont il imagine ses grosses mains usées parcourir le corps.

D'un pas nonchalant, l'animal se dirige vers le bar et déjà, ses sourcils se froncent. Parce que même de dos, il peut le reconnaître aisément. Cash. C'est un peu comme s'ils étaient reliés ces deux là depuis le début. Il pourrait le voir entre mille, même les yeux fermés, Bruce se recevrait certainement des décharges électriques dans le bide pour le prévenir de sa présence. Il s'y approche, doucement mais sûr de lui. Sa carcasse traverse la foule, son cœur s'emballe déjà et son souffle se coupe. Bruce hésite une seconde et puis se lance, ses doigts se posent sans aucune tendresse sur la gorge de Cash pour la serrer brusquement, juste assez pour l'empêcher de respirer correctement. Sa bouche effleure son oreille dans un sourire. T'es pas sous terre, toi ? Il avait espéré, c'est vrai, ne pas le rater et le faire succomber de ses blessures parce qu'à l'époque, Bruce souffrait tellement de sa possessivité qu'elle le hantait même la nuit. Muscles noués, gorge serrée, sa main finit par le lâcher pour s'asseoir à côté de lui, accoudé au bar, comme si tout le poids du monde s'était écrasé sur ses épaules. Il a toujours cette lueur folle au fond des yeux, Bruce, à moins que ce ne soit la présence de Cash qui ne l'éveille.

_________________
le coeur d'un homme est plus rocailleux qu'un sol acide. Un homme cultive son jardin, et il l'entretient ... Tout comme l'on moissonne ce que l'on a semé, on ne récolte que ce que l'on mérite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cash Lowe

lost in the world
avatar
messages : 26
à liberty depuis : 24/06/2017
avatar + © : joe gilgun + opale essence
pseudo : andahar.
dc : em hardwick, adam morello
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp:

MessageSujet: Re: itching is a pulse inside (bruce)   Mar 4 Juil - 11:48

itching is a pulse inside

bruce & cash
 

Tu sais pas combien de temps s'écoule entre ton entrée et celle de Bruce. Tout ce que tu sais, c'est que ça t'as coûté déjà une bouteille et deux bières, donc tu supposes que ça fait entre une demi heure et une heure, aux alentours. Il s'est pas senti pressé de venir, en somme. Pas comme ta gorge, dont ses doigts se sont refermés autour. Tu ne lui feras pas la joie d'être surpris, même si ton mouvement de recul ne trompe en rien. Tu l'attendais, de toute façon, même si ça n'est pas de la façon dont tu aurais voulu. En fait, tu t'imaginais plutôt marcher jusqu'à lui et sans doute, lui casser le nez d'un coup de poing bien placé. Mais tu t'es laissé avoir par la jolie brune dans ton verre, dont tu t'apprêtais à boire une nouvelle gorgée quand sa main s'est refermée sur ta gorge. Tu ne l'avais même pas entendu arriver, pourtant tu imagines qu'il a traversé la foule rapidement après t'avoir aperçu. Et ses mots confirment l'idée qu'il n'est absolument pas ravi de te revoir. Ça te ferais glousser, si tu avais l'occasion d'ouvrir la bouche. Les yeux pleins d'éclairs, tu attends qu'il te laisse enfin respirer, qu'il se laisse tomber sur un des tabourets, et enlève sa sale main de là. « Moi aussi je suis ravi de te revoir. » Tu lâches, un peu rauque, te redressant sur le tabouret pour reprendre ton souffle. Tu lèves le bras pour alpaguer le barman. « Deux bières man. » Tu te retourne vers Bruce, comme si de rien n'étais. Comme si tu n'étais là que par hasard. Y'a rien de plus faux là-dedans, parce que tu savais très bien qu'il reviendrais à Liberty. Tu en étais presque sûr de toute façon, et le peu de risque qu'il n'y soit pas était négligeable. Tu l'aurais retrouvé ailleurs, dans le cas contraire. Tu n'aurais pas accepté qu'il soit lâché dans la nature sans que tu aies pu lui faire payer. T'as été salement amoché quoi, merde. Tu supportes pas d'avoir été si bas, mais en même temps vu la montagne qu'il était - et est toujours - t'avais pas beaucoup de solutions. Tu n'es peut-être pas un gringalet, mais quand un mec aussi lourd pèse sur ta carcasse, te roue de coups, et que tu t'amuses à le provoquer encore, ça peut pas finir bien. Tu soupires, levant les yeux au ciel à ce souvenir si impérissable. Et c'est là que tu remarques qu'il est plutôt bien habillé, contrairement à toi, mais qu'importe. « Tu t'es fait beau pour moi? » Tu lui lâches après quelques instants de flottement, le détaillant de la tête aux pieds, alors que le barman s'amène pour déposer les bières sur le comptoir. « Tu sais pourtant que j'aime l'orange prison. » Tu te penches vers lui, les mains sur son col d'abord, comme pour défroisser sa chemise. Tu restes ainsi, les yeux plongés dans les siens. Bruce, il a pas changé, c'est pas trois ans qui vont le bouffer. Tu sais pas si c'est une bonne chose d'ailleurs, mais t'aimes le danger. T'aimes l'idée qu'il va perdre le contrôle, qu'il va se perdre comme les autres fois. Parce que c'est toi, que tu as toujours su le pousser à bout, et que tu es persuadé que c'est encore le cas.



Made by Neon Demon

_________________
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noliberty.forumactif.org/t1364-cash-when-i-wake-up-well-i-know-i-m-gonna-be http://noliberty.forumactif.org/t1359-cash-sometimes-i-hate-the-
Bruce Hemingway

lost in the world
avatar
messages : 33
à liberty depuis : 23/05/2017
avatar + © : travis fimmel, strelitzia.
pseudo : mandragon.
dc : tristan & nolan.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: ethel, jude, elizabeth.

MessageSujet: Re: itching is a pulse inside (bruce)   Lun 24 Juil - 23:18

Le revoir ça suffit à réveiller chez lui quelque chose d'étrange et de dégueulasse. Un sentiment qu'il avait pris soin à enterrer après l'avoir envoyé à l'hôpital. Et pourtant, là, les yeux de Cash sont comme un coup de vent qui remettent tout en question. Bruce a été tellement accro à ce type qu'il se sait capable des pires choses même en dehors de la taule. En quittant sa cellule, la bête était persuadée qu'elle s'était sevrée de lui mais là, le toucher suffit à la faire replonger avec une puissance incontrôlable. La passion qui le dévore est si malsaine que Bruce ne sait même pas s'il peut appeler ça de l'amour. Non, parce que l'amour, c'est pas sensé rendre complètement débile et agressif, si ? La bière, heureusement qu'elle arrive à temps, parce que ça l'empêche de plonger trop longtemps dans le regard de Cash, de s'y perdre, de s'y noyer et de plus jamais s'en déloger. Il a envie d'étouffer, de boire la tasse, de sentir ses poumons se remplir d'eau et de crever à petit feu de Lui. Lui, le seul type qui parvient à le faire se sentir réellement vivant, à passer au dessus d'Ethel malgré douze ans à aimer un fantôme. Il le fixe avec un léger sourire, de ses yeux transparents et écoutent sa remarque en se descendant une longue gorgée de son verre. Bruce ne répond pas, reste là, simplement à le fixer, limite flippant mais surtout bestial, comme il l'a toujours été. Cash se penche sur lui, attrape son col et la grosse main de l'ancien taulard finit par se poser sur la nuque du gringalet. Il se fait violence pour pas venir dévorer ses lèvres devant tout le monde, pour pas se jeter sur lui et retrouver la chaleur de sa peau qui cause en lui un énorme manque.
Un espèce de trou noir qui dévore petit à petit ses bonnes résolutions.

Le barman leur jette un regard de temps à autre, tendu, prêt à appeler la sécurité parce qu'il ne les sent pas ces deux là. La tension qui les dévore est tellement puissante qu'elle en deviendrait presque palpable. Les doigts de Bruce descendent sur le visage de Cash pour maintenir sans tendresse son menton, le serrer sous ses phalanges pour mieux admirer les traits de son visage. Et moi, c'est plutôt ta gueule déformée par mes coups qui me fait bander. Qu'il crache, malsain, éperdument attaché à cette tête de con qui lui fait face. Bruce est tiraillé entre l'envie de lui casser la gueule et de le sauter sauvagement dans un coin de rue. Alors, pour pas déconner tout de suite, le colosse se recule, coupant brusquement le contact avec Cash pour s'énerver sur sa bière à la place. La bête se l'enfile avec une rapidité qui lui donne envie de roter. Qu'est-ce que tu fous là au juste ? Tu ferais mieux de partir. On est pas au cirque ici, s'tu veux faire le clown, c'est dehors. Parce qu'ils sont incapables de vivre dans la même pièce sans se détruire, sans être plongé dans un cercle d'hystérie qui les fait vivre à cent à l'heure. Ici, ils ne sont plus en prison où la violence est un quotidien ; il y a des codes et des règles à suivre, des limites à poser. En venant ici, Cash savait bien qu'il finirait par tomber sur un Bruce plus énervé que jamais. Et pendant un instant, la bête se demande si l'autre est suicidaire ou juste complètement taré.
Ou alors les deux à la fois.
Il en sait rien, il est trop occupé à le dévisager, à contenir ses pulsions pour ne pas abuser de son corps une énième fois.

_________________
le coeur d'un homme est plus rocailleux qu'un sol acide. Un homme cultive son jardin, et il l'entretient ... Tout comme l'on moissonne ce que l'on a semé, on ne récolte que ce que l'on mérite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cash Lowe

lost in the world
avatar
messages : 26
à liberty depuis : 24/06/2017
avatar + © : joe gilgun + opale essence
pseudo : andahar.
dc : em hardwick, adam morello
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp:

MessageSujet: Re: itching is a pulse inside (bruce)   Mar 25 Juil - 19:46

itching is a pulse inside

bruce & cash
 

Tu es un salaud, Cash, et tu en as pleinement conscience quand tu vrilles tes prunelles aux siennes. Quand le barman est là, à surveiller, à craindre sans doute un quelconque débordement. Tu peux pas t'en empêcher, avec Bruce, c'est plus fort que toi, plus fort que lui même, au vu de la lueur dans ses yeux. T'as un sourire satisfait aux lèvres, alors que ses yeux se posent sur la bière, plutôt que sur toi. Parfait détournement d'attention de la part du barman, mais t'as pas dit ton dernier mot. Loin de là, même, quand tu te penches vers lui, et que sa main se pose sur ta nuque. Brutal. Dangereux. Rien de sensuel, quoi que. Tu as un doute, que tu n'es pas prêt de résoudre. C'est pas important de toute façon, parce que tu sais déjà qu'il a pas pu t'oublier. Il réagirait pas comme il le fait, sinon. Il t'aurais vu, de dos, il serait parti. S'il est là à côté de toi, c'est qu'il reste quelque chose de cette passion destructrice. Il te l'a dit, qu'il avait été marié. Qu'il l'aimait. Mais toi aussi, il t'aimait. Ce n'est sans doute plus totalement le cas aujourd'hui, et tu ne le mériterais pas de toute manière. Pas après tes frasques, pas après être passé dans d'autres couches. Tu ne lui avais pas juré fidélité, parce qu'on ne jure pas fidélité là-bas, mais il a du le croire. Un moment, tu le prendrais presque en pitié, et tu te blâmerais sans doute. Si tu t'appelais pas Cash. Si c'était pas exactement ce que tu avais voulu. Le rendre fou, de toi, de tout. Voir ses nerfs lâcher, voir sa jalousie. Tu te surprends à penser qu'il doit être le seul à avoir eu droit à ça. Cette déchéance. Cette folie, plutôt. « Elles aiment ça, les nanas qui se plantent entre tes cuisses? » Tu lâches, sourire sardonique aux lèvres, alors qu'il tiens ton menton dans sa main. « Je croyais qu'il fallait attendre quelques années pour être un mari violent, t'es sorti un peu tôt pour ça, non ? » Tu susurres presque, alors qu'il lâche ton visage, et que tu fais pareil avec son col. Tu restes face à lui, l'une de tes mains posées sur le tabouret pendant que de l'autre tu ramasses ta bouteille pour en vider quelques gorgées, moins vite que lui. Lui, qui préfère se l'enfiler d'un trait, sans doute pour oublier tes mots. Faire comme s'ils n'avaient pas étés prononcés. Tu peux très bien les lui rappeler au besoin, et tu t'en feras un plaisir malsain, comme lui à prétendre qu'il n'est excité par les coups sur ton corps. Dire que t'es resté à l'infirmerie pendant deux semaines, à te tourner les pouces en attendant que tes côtes se ressoudent un tant soit peu. Tu les lui ferait manger, ses coups. « J't'imaginais plus civilisé, tiens. » Tu dis, portant ta bière à tes lèvres pour la terminer. Comme si c'était possible de sortir de là, rangé, nickel, sans le moindre trauma. La réinsertion, quelle connerie. T'y croyais pas avant, t'y crois toujours pas aujourd'hui. Le barman fais quelques pas vers vous, et tu profites du mouvement pour te tourner vers lui, offrant clin d'œil et sourire charmeur. Tu peux pas t'en empêcher, même quand Bruce te traites de clown. Tu fais le show, c'est pas la même chose. Un soupir exagéré s'échappe, alors que tu poses la tête sur ta main, accoudé au bar. « J'pourrais t'dire la même chose, avec ta tenue de pingouin. » T'exagères exprès, haussant les épaules en te redressant. T'as du mal à tenir en place. « Ou alors j'me suis trop habitué à te voir nu. » Tu lâches, l'air pensif, avant de terminer ta phrase. « Faut dire que t'avais l'habitude de baisser le pantalon, j'suppose que ça a pas changé. » Tu imites un baiser, alors que tu passes tes mains sur tes cuisses, provocateur. T'es taré, s'il fallait encore en douter.



Made by Neon Demon

_________________
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noliberty.forumactif.org/t1364-cash-when-i-wake-up-well-i-know-i-m-gonna-be http://noliberty.forumactif.org/t1359-cash-sometimes-i-hate-the-
Bruce Hemingway

lost in the world
avatar
messages : 33
à liberty depuis : 23/05/2017
avatar + © : travis fimmel, strelitzia.
pseudo : mandragon.
dc : tristan & nolan.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: ethel, jude, elizabeth.

MessageSujet: Re: itching is a pulse inside (bruce)   Jeu 3 Aoû - 1:11

Cash alimente le feu qui siège au creux de Bruce. Il aime ça, y a qu'à voir son regard pour le comprendre ; ça doit le faire bander de voir un grand gaillard poussé dans ses retranchements. Tout le monde a ses fantasmes plus ou moins cons et autant dire que ceux du freluquet là sont carrément tordus. Tremblant, possédé par la rage, le blond le regarde de ses grands yeux émerveillés par la folie. Certainement que personne ne l'a jamais vu dans un tel état auparavant, que seul Cash est le tendre privilégié à pouvoir découvrir cette facette de l'ancien prisonnier. Même si l'envie de plonger dans la haine est alléchante, Bruce se retient parce que cette fois, il se doit de se tenir à carreau, de ne surtout pas prendre sa bière pour la briser sur le crâne de Cash. Ici, ils ne sont plus dans la jungle de la taule mais dans une autre où les apparences et la fausseté règnent en maître. Il a plus vraiment l'habitude de ce genre de comportements à adopter, Bruce, mais il fait un effort. Le serveur le pousse à se contenir encore un peu. Plus civilisé ? Si j'l'étais t'aurais jamais accepté d'te faire sauter par moi. C'est vrai quoi, c'était ton critère non ? Les grosses butes qui te violentaient bien sauvagement. Pour l'avoir vu se faire sauter par d'autre, Bruce ne se souvient pas d'avoir assisté à une coucherie douce de la part de Cash. Faut dire que lui non plus n'y allait pas de main morte parce qu'en taule, tout est basé sur la dominance et une pseudo hiérarchie. Tu peux pas t'attarder sur de la romance. Les quelques branlettes délicates que le maçon avait fait dans sa cellule étaient des souvenirs qu'il avait pris soin à noyer pour ne surtout pas les ressortir et perdre son image de gros dur.
Cette même image qu'il avait soudainement renforcé en brisant les côtes de Cash.

Il fronce les sourcils, Bruce, face à tant de provocation de la part de l'autre. Pourquoi est-il là au juste ? Pour se venger ? Par pur hasard ? Pour le retrouver ? Non, ça, c'est impossible. Le taulard avait foutu en l'air son droit de posséder le brun en l'envoyant à l'hôpital. Alors, toujours brute, sans le moindre détour, le grand plante ses yeux dans ceux du taré. Qu'est-ce que tu fous ici au juste ? Ma queue t'manquait ou comment ça se passe ? C'est terminé, Cash, on est plus au trou. J'en ai rien à foutre de ce que tu peux me dire, t'as plus la moindre emprise sur quoi que ce soit. Qu'il finit par cracher pour se convaincre à lui-même qu'il n'a plus besoin de ce type dans sa vie, que toute attraction est complètement morte. Bruce le fixe une dernière fois avant de se redresser pour traverser la foule et se retrouver sur le trottoir plongé dans la nuit. Là, il se grille une clope et fixe les environs. C'est au moins ce dont il a besoin pour calmer ses nerfs, ne pas tout foutre en l'air alors qu'il est pourtant sur une si bonne voie. Le colosse ferait mieux de rentrer chez lui avant que les choses s'enveniment mais une part de lui espèce que le psychopathe le suivra jusqu'ici. Il veut pas que les choses s'arrêtent si brusquement, le laisser s'échapper une nouvelle fois. Il veut pas mais il peut pas non plus.
Non, il peut pas laisser Cash le ruiner encore une fois.
Il a envie de le crever et le sauter, tiraillé, partagé, il tire plus fermement sur sa clope pour s'oublier.

_________________
le coeur d'un homme est plus rocailleux qu'un sol acide. Un homme cultive son jardin, et il l'entretient ... Tout comme l'on moissonne ce que l'on a semé, on ne récolte que ce que l'on mérite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cash Lowe

lost in the world
avatar
messages : 26
à liberty depuis : 24/06/2017
avatar + © : joe gilgun + opale essence
pseudo : andahar.
dc : em hardwick, adam morello
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp:

MessageSujet: Re: itching is a pulse inside (bruce)   Jeu 3 Aoû - 23:18

itching is a pulse inside

bruce & cash
 

Tu crèverais de l'avouer. Tu crèverais, plutôt que d'avouer qu'il t'as manqué, ce connard. Parce qu'en soit il mérite pas d'autres qualificatifs, mais comme tu le partage avec lui, ça devrait enlever cette rancœur que tu as emmagasinée contre lui. Pourtant ça al retire pas, et si on était dans un contexte normal, avec des gens normaux, on dirait sans doute que tu l'aimes encore. Que sinon tu serais pas venu dans ce bar avec la conviction de l'y trouver. Tu serais resté chez toi - enfin, chez Nicki - profiter de ta soirée en regardant Netflix et en bouffant un hamburger. Mais non, t'es venu ici pour l'attendre, pour le revoir encore. Voir s'il a changé, si ses quelques semaines de liberté de plus que toi ont changé quelque chose. L'ont rendu comme avant la prison. Mais cette dernière pensée est inutile, parce que personne ne reste aussi longtemps sans changer. On reviens pas en arrière, et tu le vois bien dans ses yeux. Dans cette lueur que tu connais bien, que tu t'employais à faire éclore parfois. Tu sais pas pourquoi, là-bas, y'avait pas de place pour autre chose. C'était pas de la survie, c'était autre chose. Malsain, comme toi, parce qu'on peut pas dire que tes sept ans t'ont rendu plus sain, au contraire. Il tremble, Bruce, et toi tu jubiles. De toute façon il a raison Bruce. S'il avait été sain d'esprit, tu l'aurais pas regardé. Ils sont nuls, les gens parfaits. Ils sont pas agréable, les gens sans histoires, à se complaire dans leur magnifique vie de rêve. Toi t'en avais des rêves, t'en as toujours d'ailleurs, ils sont juste en stand by. T'es pas comme le reste du monde Cash, et Bruce non plus. « Fais pas comme si ça te déplaisait, t'adorais ça, voir tes marques sur moi, voir que t'avais encore du contrôle sur quelque chose. » Tu dis, parce que c'est la vérité. Là-bas on contrôle rien, on a de contrôle sur rien, alors le peu de capacité de le faire, on le prends. « Et crois moi tu changeras pas Bruce, t'auras beau t'habiller comme un homme au fond, t'es un putain d'prédateur. » Tu hausses les épaules à la fin de cette phrase, pure constatation. Prédateur et victime, c'est comme ça qu'on vois le monde en prison. Comme ça que Bruce doit toujours le voir, parce que toi, t'as pas encore su t'enlever cette vision du monde de la tête. C'est pour ça que tu reprends le jeu. Reprendre la main, même si ça finira mal. Même si pour une fois, Bruce reste sur son tabouret. Calme, presque. C'est pour ça que tu vas encore plus loin, parce que ça t'enrages, tu as envie de le voir perdre ses moyens, là, maintenant. Mais ce putain de barman qui vous regarde depuis tantôt l'en empêche, t'es sûr que c'est ça. Alors tu ronges ton frein, alors qu'il plonge ses yeux dans les tiens. La déception se lit presque sur tes traits, tu t'attendais à plus de virulence de sa part, mais il est presque pas Bruce, en fait. Il manque quelque chose. Tu sais pas quoi, mais tu lèves un sourcil à ses mots. Comme si on te l'avais échangé, ton Bruce, contre une fillette soucieuse de bien se conduire. Pourtant t'ajoutes rien, pas tout de suite, alors que tu susurres à voix basse alors qu'il s'éloigne. « Tu te trompes, j'ai toujours de l'emprise sur toi. » Parce que tu sais que c'est le cas. Parce que tu le vois bien, dans ses regards, qu'il reste quelque chose. Alors tu t'apprêtes à le suivre, mais le serveur t'interpelles pour payer les consommation d'abord. Tu sors un billet, qu'importe lequel, que tu jettes sur le comptoir dans l'idée de ne pas le laisser filer, Bruce. De pas le laisser gagner cette bataille non plus, et tu sors sur la rue. Il est là, pas bien loin, allumant une cigarette. « Donne m'en une. » Tu lâches, sans la moindre politesse. C'est pas comme si vous en aviez besoin. « Fais pas le chien, j'ai payé les consommations, tu m'en dois une. » Tu rajoutes, parce que même si t'en as dans ta poche arrière, t'as envie de l'emmerder même là-dessus.


Made by Neon Demon

_________________
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noliberty.forumactif.org/t1364-cash-when-i-wake-up-well-i-know-i-m-gonna-be http://noliberty.forumactif.org/t1359-cash-sometimes-i-hate-the-
Bruce Hemingway

lost in the world
avatar
messages : 33
à liberty depuis : 23/05/2017
avatar + © : travis fimmel, strelitzia.
pseudo : mandragon.
dc : tristan & nolan.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: ethel, jude, elizabeth.

MessageSujet: Re: itching is a pulse inside (bruce)   Mar 8 Aoû - 0:12

La nicotine, pour évacuer. La nicotine, pour oublier. La nicotine, c'est un truc qui marche à tous les coups et ça se contient dans presque rien. Ca fait pas d'histoire non plus, ça te pose pas des questions, ça te demande pas des comptes. T'es comme un con, tu fumes et tout s'en va, la tête se vide à mesure que la clope se consume. Bruce fume depuis la nuit des temps, il se souvient même plus de sa première cigarette. Il a essayé d'arrêter quand Ethel est tombée en cloque mais il recommençait toujours dans son dos et rentrait avec cette odeur dégueulasse sur les vêtements. Aujourd'hui, il a pas vraiment évolué parce qu'il fume, comme après l'accouchement de sa femme. Il s'isole et se retrouve face à sa cigarette pour se détendre et évacuer le stress. Aujourd'hui, y a pas de fils pour le faire se remettre en question. Y a même plus du tout d'enfant parce que la vie les lui a enlevés, même pas la mort (tu te rends compte de ce sort là).
Il est seul.
Ou presque.
Parce que Cash nage encore au dessus de sa tête comme un nuage invisible mais étouffant. Un nuage qui lui fait piquer les yeux, qui lui met le cœur au bord des lèvres. Tu vas pas te laisser entraîner dans ça, qu'elle lui dit, sa petite voix qu'on appelle la raison, cette petite conne qui n'était pourtant pas là lorsqu'il l'a rencontré en taule. Fin non, les gens en taule, on les rencontre pas, on les percute, on est entassé avec eux au point de pas pouvoir les ignorer. Ils sont partout. C'est irrespirable comme truc. Et même là, dehors, finalement, c'est pas mieux. Ses poumons sont pas dégagés, son corps tremble toujours. Il a les nerfs à vif, douloureux, au bord de la rupture mais non. Il ne bougera pas d'un cil.

Puis il arrive. Il le savait, y a pas de surprise sur son visage. Si Bruce avait vraiment voulu le fuir alors il serait rentré chez lui. Ou plutôt chez sa sœur. Il est tellement plus indépendant qu'il est encore obligé de squatter dans une chambre d'amis à son âge. La sensation d'avoir tout rater lui traverse alors que l'autre se ramène, le fixe et le provoque à nouveau.
J'ai encore de l'emprise sur toi.
Ça résonne dans sa tête, comme quelqu'un qui gueule au fond d'une grotte, l'écho s'échoue jusque dans son cœur. Son âme brisée s'en retrouve remuée dans tous les sens. Ses yeux bleus se redressent, confrontent Cash qui lui demande une clope. Va t'faire foutre. Qu'il souffle alors que de la fumée traverse ses lèvres. Sa main libre attrape la main de Cash qu'il fixe un long moment, paume vers le haut. Ses pupilles caressent chaque détail, il a l'air d'une diseuse de bonne aventure. Le temps s'arrête, il prend une longue inspiration, oublie tout autour de lui. J'peux voir que t'as manqué d'y passer, ta ligne de vie qui l'dit. Il dit ça parce qu'il l'a vu dans un film une fois, c'est resté marqué dans sa tête de dégénéré. Comment on peut lire dans une ligne ? Fin tu me diras, c'est comme un livre. A cause d'un connard complètement dingue de toi. Tu devrais pas essayer de le revoir si tu veux mon avis, il recommencera. Qu'il ajoute, d'une voix plus froide alors que son autre main prend soin à écraser la clope contre celle de Cash. Il fixe, la cendre s'échouer sur sa paume et la marque de brûlure s'y dessiner. Tiens, ta clope. Son regard revient vers lui.
Et maintenant ?

_________________
le coeur d'un homme est plus rocailleux qu'un sol acide. Un homme cultive son jardin, et il l'entretient ... Tout comme l'on moissonne ce que l'on a semé, on ne récolte que ce que l'on mérite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cash Lowe

lost in the world
avatar
messages : 26
à liberty depuis : 24/06/2017
avatar + © : joe gilgun + opale essence
pseudo : andahar.
dc : em hardwick, adam morello
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp:

MessageSujet: Re: itching is a pulse inside (bruce)   Jeu 10 Aoû - 10:27

itching is a pulse inside

bruce & cash
 

Tu l'sais qu'il va dire non, qu'il va t'envoyer bouler. Mais tu sais aussi qu'il peut pas s'empêcher de rester. De t'attendre, là, malgré les années qui ont passés. Parce qu'il était pas obligé de fumer sa clope là, sur le trottoir juste à côté du bar. Il pouvait partir, rentrer chez lui, qu'importe. C'est l'avantage de ces trucs là, c'est qu'on est pas obligé de s'asseoir quelque part pour la fumer. Qu'on est pas obligé de se pencher sur une petite ligne blanche pour sentir l'effet dès les narines. Mais il est resté, pour toi, tu l'sais. Tu l'sais parce que tu le vois dans son regard, dans ceux qu'il a posé sur toi au comptoir. Il a pas oublié, et il oublieras sans doute pas. C'est drôle comme c'est difficile d'oublier la prison, alors qu'à peine sorti on essaye de se refaire une vie. On oublie pas ce qu'on y a vécu, même si aux yeux des gens ça peut être banal. On peut se dire que c'est routinier, qu'il n'y a rien qui s'y passe, parce que justement. Justement, rien n'est censé s'y passer. Les mâtons sont là, à surveiller les moindres faits et gestes, et pourtant. Y'a rien de plus prolifique que la prison, on a rien d'autre à y faire que penser, et troquer. Un service contre une clope. Une clope contre autre chose, et ainsi de suite. Même les téléphones ils y passent, alors la prison, c'est pire qu'une passoire. Y'a tout qui entre, rien qui sort. Un seul chemin. Parfois y'a des failles, comme chez Bruce. Des sacrées failles, même. Tu lèves les yeux au ciel, alors qu'il prends ta main dans la sienne. « Te gênes pas. » Tu marmonnes, alors qu'il a l'air de se concentrer. T'sais bien qu'il a rien d'un diseur de bonne aventure, pourtant il imite très bien. Enfin, c'est facile quand on parle d'actes qu'on a commis soi-même. C'est tout de suite plus facile de faire croire qu'on a lu quelque chose, qu'on sait déjà depuis des années. « Si c'n'étais qu'une fois. » T'hausses les épaules, alors qu'il continue son laïus. Tu te souviendras jamais du nombre de fois où t'as frôlé la mort, t'aurais du prendre un abonnement fidélité. Au moins, on sait que le cadeau sera pas décevant, c'est le même pour tout le monde. Une grimace se dessine sur tes lèvres, alors que la brûlure prends forme sur ta paume. Si tu t'étais pas attendu à une connerie du genre, t'aurais certainement fait un bond en arrière. Même si oui, tu pensais pas qu'il t'utiliserais comme cendrier. T'attendais quelque chose de plus violent, de plus à son image. Alors ouais, tu fais comme si de rien n'étais, y'a juste ton regard qui te trahis. Tu lui feras pas ce plaisir. A côté de côtes brisées, une brûlure de cigarettes c'est rien. « Il recommenceras quoi, ce connard? » T'enlèves ta main, frottant la cendre pour qu'elle tombe au sol. Au moins éviter d'aggraver la brûlure. « A être dingue de moi ? » Tu ris, un peu, sans chaleur. « J'ai pas besoin de chercher à le revoir pour ça, il est toujours aussi taré. » Tu sors ton paquet de clopes de ta poche arrière, en n'en prenant qu'une que tu portes à ta bouche. Il a perdu le droit de partager. M'enfin, c'est pas comme s'il avait beaucoup de droit non plus. « Faut dire qu'il a du mal à s'passer de moi, j'imagine. » T'allumes ta clope, regard en biais. Tu te feras pas surprendre, tu t'attends à n'importe quoi de sa part, comme en témoigne ta paume meurtrie. C'pas un gars normal, Bruce, pas après autant de temps en taule. Toi t'as pas d'excuses, mais t'en as jamais cherché non plus.


Made by Neon Demon

_________________
©️alas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noliberty.forumactif.org/t1364-cash-when-i-wake-up-well-i-know-i-m-gonna-be http://noliberty.forumactif.org/t1359-cash-sometimes-i-hate-the-
Bruce Hemingway

lost in the world
avatar
messages : 33
à liberty depuis : 23/05/2017
avatar + © : travis fimmel, strelitzia.
pseudo : mandragon.
dc : tristan & nolan.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: ethel, jude, elizabeth.

MessageSujet: Re: itching is a pulse inside (bruce)   Lun 28 Aoû - 16:53

Il a la rage parce qu'avant d'entrer en taule, Bruce n'était dépendant de personne. Même Ethel, il avait su s'en passer, encaisser qu'elle puisse le quitter sans vouloir lui trancher la gorge. Son cerveau s'était fait à son absence, l'avait accepté au point de tomber sur Cash et en devenir son pantin. Parce qu'il a beau être grand et fort, le taulard, mais face à ce type, tout en lui flanche. Ses barrières se cassent la gueule, en même temps que son âme à la dérive. Il essaie même plus de ressembler à quelqu'un de normal parce qu'il a manqué de l'envoyer au cimetière. Cash sait très bien ce qui cache derrière son masque de normalité et de type qui veut se racheter. La vérité c'est qu'avant d'entrer en prison, certainement qu'il était normal et qu'il s'en voulait. Certainement qu'il aurait su ne pas plonger dans ce genre d'attachement toxique mais l'enfermement et les années l'ont rendu différent. Une graine de folie s'est plantée dans son cerveau et depuis, il peut la sentir grandir en lui, faire pousser l'arbre de ses vices au point de ne sentir plus que lui. Son souffle se coupe alors que Cash prend la parole, vire la cendre et fait mine de ne rien y comprendre.
Il est pas comme Bruce, y a pas de dépendance affective en lui ; c'est ce qui le rend le maître du jeu. Bruce n'est que le pion. Et les pions, lorsqu'ils nous emmerdent, on les jette.

Il voudrait l'attraper par le col et le détruire sur place mais la peur de retourner en cage lui traverse l'esprit et c'est là que ses muscles se crispent, que son corps se calme face à la tension qu'il se doit se supporter. Tu peux pas rester ici. Qu'il finit par souffler, comme vaincu, capable d'une discussion alors que son cerveau le pousse à la folie. Ses doigts se perdent sur sa nuque pour essayer de se détendre, d'y voir un peu plus clair, de ne pas se perdre dans le champs de bataille qu'est son âme. J't'ai pas envoyé à l'hôpital pour rien la dernière fois. J'te laisserais pas te venger en me laissant retourner en taule par ta faute. Parce qu'il se doute bien que si Cash est là, c'est pour prendre sa vengeance, pour le pousser à bout et porter plainte contre lui. Il perdrait automatiquement. Un pitbull est toujours le coupable. Délit de sale gueule comme on dit. Suffit de s'attarder un peu dans le regard de Bruce pour comprendre qu'il est taillé pour la rage et la violence exagérée. T'auras pas ce que tu veux de moi cette fois alors ça sert à rien … va te chercher un autre clébard. Qu'il crache en s'appuyant sur le mur derrière-lui, plongeant son regard transparent dans celui de Cash, lui montrant que cette fois il ne fuit pas, que cette fois, il lui balance ce qu'il a réellement sur le cœur.
Il lui avoue, entre les lignes, qu'il ne deviendra jamais un autre homme.
Sa libération n'est qu'une grande farce.
Courir après Ethel un réconfort de courte durée. Tout les sépare, surtout lui-même.

_________________
le coeur d'un homme est plus rocailleux qu'un sol acide. Un homme cultive son jardin, et il l'entretient ... Tout comme l'on moissonne ce que l'on a semé, on ne récolte que ce que l'on mérite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: itching is a pulse inside (bruce)   

Revenir en haut Aller en bas
 

itching is a pulse inside (bruce)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Documentaire sur Robert Bruce. ARTE.
» La famille Bruce.
» MARCHE DES VOLONTAIRES DE ROBERT BRUCE
» Bruce Willis
» 50 min Inside avec Erwan

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: (liberty, oregon) :: hollow area :: insomnia-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet