AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 don't forget whose legs you're on.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jun Hyeon

lost in the world
avatar
messages : 41
à liberty depuis : 14/06/2017
avatar + © : kim jongin, ©faust
pseudo : wolf haley.
dc : josie, adonis, askel.
polaroïd :
guilty pleasures : la délicate violence qu'on se jette à la peau, les carresses écorchées, le goût sucré qui reste dans la bouche, les lèvres qu'on dévore.



MessageSujet: don't forget whose legs you're on.   Mer 14 Juin - 1:54


[ JUN HYEON ]
"un mélange de douleur et de délectation,
un triomphe dérisoire, un mal sourd et omniprésent."
kim jongin // tumblr + le clézio

[âge] vingt-trois années qui tournent en rond. chacune d'elle laissant une marque indélébile, ravivant constamment des souvenirs qui le secoue un peu plus.  [origines] les paysages désertés, les cieux maladroitement effacés et un soleil oublié. la corée du nord et les peurs qui s'y construisent. [en ville] la poussière qui s'accumule contre son corps, après avoir les lumières de las vegas. un an qu'il essaie de reconstruire le semblant d'une vraie vie. [statut] le coeur coupé en deux morceau. un pour haneul, un pour hansol, et le vide pour lui-même. [emploi] constamment confronté à la saleté et à l'envers du décor d'un strip-club. son seul rôle est de nettoyer et de se taire, puis d'accepter le peu d'argent qu'il gagne. [$$$] la tête plongée dans la misère, parfois l'illusion de pouvoir en sortir. mais toujours la volonté de s'en tirer et de s'élever. [groupe] black hole.

keywords: t(h)rust / SELF-ESTEEM / artificial lover / hansol / ain’t no other love like the one i know / haneul / overdose / nostalgic hiphop / anger / don't get that sinking feeling / envy / peer pressure / soft violence / skin / initiation / imaginary folklore / north korea / high?


[a lot on my mind]


s'il fallait décrire jun, il s'agirait de commencer par le début. une profonde et puissante haine de soi, cultivée depuis son plus jeune âge par sa propre mère. de ce fait, il est dans l'incapacité totale de se regarder droit dans les yeux lorsqu'il subit le reflet d'un miroir. cependant, l'absence de son estime envers lui-même est une chose qu'il a toujours cachée. même si, la couleur de la colère teinte constamment ses yeux, et que la plupart de ses gestes trahissent ses émotions. il suffit de l'observer. ○  en opposition, son rêve le plus cher est de devenir modèle. l'idée d'être une inspiration, et d'être exposé aux quatre coins du monde en tant qu'idéal, le satisfait réellement. alors, quelques fois, il demande à être prit en photo par haneul ou hansol, juste un bref instant, juste le temps d'y croire. ○  une odeur fraîche et souvent florale court sur sa peau. l'effluve qui émane de lui est semblable à cette atmosphère apaisante d'un jour délicat. constraste avec ses émotions fulgurantes, ce qu'il dégage transmet l'idée de quelqu'un d'apaisé. ○  puisqu'il se retrouve piégé dans un torrent de colère, jun a trouvé la boxe comme échappatoire. chaque coup qu'il porte l'empêche de se noyer, et l'aide à contrôler les brutales secousses qui le perturbent continuellement. la violence est en réalité, un véritable remède pour lui. ○ jun est passionné de musique. en arrivant à liberty, il a fait l'acquisition d'un petit mp3 qui n'a que très peu coûté, de sorte à pouvoir faire cracher le son dans ses oreilles, du plus fort qu'il peut, n'importe quand. ○  jun déteste le mensonge. il a un rapport enflammé avec, il sent que l'on se moque de lui et son sang ne fait qu'un tour. de ce fait, il n'accorde sa confiance qu'à peu de gens, craignant le manque d'honnêteté de ceux-ci. et pourtant, il est aujourd'hui constamment confronté au mensonge. ○ une bombe à retardement. toujours sur le point d'exploser, toujours en train de se contenir. on sait que le choc va être imminent, on sait qu'il va détruire tout ce qu'il y a autour. mais on ne peut pas vraiment deviner quand. c'est la colère qui gronde, contenue dans un corps qui demande un temps de répis.  


[ WOLF HALEY ]
[âge] hihi [pays] hihi [personnage] inventé. [commentaires] vous êtes le sang  :dva:


_________________


// we don’t love each other, right? i mean, now, we’re using our heads. let’s smile without thinking, let’s just smile without thinking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Hyeon

lost in the world
avatar
messages : 41
à liberty depuis : 14/06/2017
avatar + © : kim jongin, ©faust
pseudo : wolf haley.
dc : josie, adonis, askel.
polaroïd :
guilty pleasures : la délicate violence qu'on se jette à la peau, les carresses écorchées, le goût sucré qui reste dans la bouche, les lèvres qu'on dévore.



MessageSujet: Re: don't forget whose legs you're on.   Mer 14 Juin - 1:55




[story of my life]









pauvre petit garçon. pauvre enfant, qui n'aperçois le visage de son père que sur de vieilles photos abîmées par le cruauté du temps. pauvre enfant, qui a le cœur qui bat bien trop vite. qui veut vivre pleinement les choses, qui rêve de couleurs et d'yeux brillants.
mais qui n'a, seulement, que la brutalité du monde réelle et, éventuellement, les coups de sa mère.
petite merde. oui. c'est de ta faute s'il n'est plus là. c'est de ta faute. je vais te virer de la maison, tu comprends ? tu vas aller crever loin de moi. oui, maman.
mais, c'était pas toujours comme ça. papa était coincé dans les rangs de l'armée, et puis, jun, tout petit et déjà brisé, il pouvait pas y faire grand chose. maman le comprenait, des fois. il y avait des semaines où elle ne criait pas. mais c'était probablement les pires. elle regardait jun, elle analysait son âme avec ses yeux-vipères, et quand elle y était complètement égarée, elle y voyait son mari. elle le regardait avec un amour qui n'avait pas lieu d'être. ça n'était pas pour lui, cet amour. mais pour l'homme qui avait soigneusement crée un trou noir dans le désastre qu'était la famille hyeon.
jun préférait avoir à cacher les marques sur son corps plutôt que d'affronter la folie de sa mère, ses doigts répugnants, la proximité de son existence ratée.
et puis, jun, il a grandit.
alors les yeux de sa mère aussi, ils se sont agrandit, quand elle a vu les traits de son mari être parfaitement redessinés, reproduits sur un corps un peu plus grand. ses yeux ont brillé (pas comme jun le veux. jamais comme jun l'a voulu. les yeux de mamans était très bien lorsqu'ils étaient fermés).
plutôt qu'apprendre à détester sa figure maternelle, jun a apprit à se haïr. ses yeux vides, son nez trop grand, sa taille, ses mains fines, ses lèvres. tu es laid. je n'ai pas envie de te voir. va t-en. va t-en, tu me dégoûte ! et puis, à force d'entendre la même musique, elle finit par rentrer facilement dans la tête, pour en prendre totalement possession. et ça devenait une obsession. à chaque pensée, chaque mots qui chatouillait le bord de ses lèvres, étaient suivis de la voix cinglante de sa mère.
jun a comprit qu'il n'était rien du tout.
il n'a jamais eu une once d'amour pour lui-même.
s'il pouvait arracher son visage, brûler sa peau, détruire son corps et le réduire en poussière, il le ferait dans la minute.
mais, un tel déchet
ne mérite
rien.









[ c'est de sa faute.
de sa faute de sa faute de sa faute de sa faute de sa faute.
si hansol pleure, si hansol crie, si hansol se tord,
c'est de sa faute. juste lui, là, planté au sol, le visage ravagé par le flot de larmes salées qui lui brûlent les yeux. il peut juste regarder, écouter, subir. il a l'impression que c'est éternel, que ça va durer pour toute la vie, et s'il le faut il va s'arracher le cœur, jun. il va s'arracher le cœur et il va sauver hansol, pitié, il faut sauver hansol, il faut l'aider, rendez-le moi, rendez-moi hansol, je, pitié, hansol, hansol, hansol, il a mal, pitié, c'est pas juste. il devrait être à sa place. il devrait prendre les coups à sa place. c'était lui. pas hansol. écrasez-le, lui. détruisez-le, brisez ses os un à un,
mais pitié,
pas hansol.
paralysé de terreur et engourdi par la voix brûlée d'hansol, jun se promet de toutes ses forces de se haïr jusqu'à la fin de sa misérable vie.
il serre ses poings autant qu'il peut, à s'abîmer les paumes. pendant un cours instant, il s'imagine une quelconque histoire alternative, où il pourrait vivre heureux avec haneul et hansol. juste une meilleure fin, quelque chose de moins laid que le noir et blanc opaque qui transperce ses yeux.
mais y'a rien de tout ça.
y'a la douleur d'hansol.
et ça explose un rouge aveuglant. ]

il faut partir d'ici.
il faut s'en aller vivre, il faut aller faire battre son cœur quelque part.
jun l'a pensé chaque seconde de sa vie, mais quand il a revu hansol et son cœur lacéré, hansol et son corps décomposé, et que son âme a rebondit contre les parois de sa vide existence, il a senti un frisson de haine et de dégoût le parcourir.
le cœur serré dans les mains, et les vagues creusant peu à peu son épuisement, jun ne regarde pas en arrière, il est persuadé de s'être oublié de l'autre côté de la rive, en même temps que la violence de sa mère. il n'a jamais su comment lui dire, il ne lui a rien dit, il l'a juste regardée à travers les orbites glacées qui lui servent d'yeux, il a juste voulu lui dire qu'il ne l'aimait pas le moins du monde, mais au final, pas un seul mot n'a rapé ses lèvres scellées.
mais maintenant qu'il sent l'eau lui ronger les os, sa seule peur, c'est d'y rester. il a peur parce qu'il sent le froid, et il a surtout peur parce qu'il ne voit pas si hansol le suit correctement, il a peur que haneul s'évanouisse et que tout le monde meure. d'un coup. parce que les seules lumières que jun a en sa possession sont là, et qu'elles peuvent s'éteindre à n'importe quel moment.
et même lorsqu'il n'est plus en contact avec l'eau, il sent le souvenir humide des angoisses qui enveloppent son corps.

et voilà qu'elles arrivent.
les utopies dressées le long des immeubles, cachées sous formes de néons aveuglants.








il n'y avait rien d'autre que l'éclat de l'or, implanté dans son regard, se reflétant dans l'obscurité de ses yeux.
lâché en plein cœur de vegas, l'être entier de jun frétillait d'excitation à l'idée de frôler pour la première fois, l'image d'une vraie vie. il se souvenait brièvement de sa mère, de la cendre qu'il y avait là-bas, des couleurs qu'il avait effacé de l'autre côté de la rive. mais rien n'était comparable aux effluves, rien n'égalait les odeurs et les corps, rien n'égalait les sensations. et les souvenirs épineux d'avant frappait son esprit avec ardeur, même quand il voulait fondre sous la musique assourdissante, même quand il s'effondrait dans les nuits éclatantes. et fur et à mesure, les bruits de la ville s'attachait à son corps qui prenait la fâcheuse habitude d'aller s'écraser, de se briser un peu partout. les bruits le possédait et l'entraînait un peu plus bas, un peu plus dans le sol, lui chantant ces mélodies envoûtantes, qui le charmait – en lui ordonnant implicitement de passer l'éternité ici, enseveli sous l'or, noyé sous les pilules de bonheur qu'il engloutissait les yeux fermés.
jun voulait vivre ici, autant qu'il aurait voulu y mourir. il aurait voulu connaître encore une fois l'excitation finale qui prend l'être quand on gagne un jeu de chance, vivre d'un coup de poing qui éclate dans des danses violentes. si ça ne dépendait que des images stupéfiantes qui se diffusaient directement dans son cerveau, ou des tremblements qu'il éprouvait à chaque gorgée d'illusion de joie.
le bruit de l'or qui coule sur le sol, les rêves qui se fissurent au même rythme que ses phalanges qui s’effritent dans des éclats carmins.

( j'aurais voulu vivre dans les tons de ces nuits. )

ça n'avait pas de goût. la peur, la colère, le froid et les tornades qu'on cache au fond de soi quand le malheur s'empare de nos membres engourdis.
ça n'a pas de goût, jun, a toujours trouvé ça très fade, d'être triste. il n'a même pas pu attraper une lumière, il n'a même pas volé les couleurs. il s'est laissé choir, là, en même temps que son esprit l'abandonnait lorsqu'il laissait tomber sa tête en arrière, et que son cœur se frayait un chemin en dehors de son étouffante poitrine.
il aurait voulu tout oublier, alors que ses regrets se tatouaient brutalement tout sa peau, un à un, marquant son existence, d'un sentiment répugnant.








les néons courent sur sa peau, en même temps que le regard de jun. aucun recoin de celle-ci ne peut lui échapper, il veut la connaître mieux que quiconque. silencieusement, il apprend la silhouette d'haneul par cœur. ses mouvements, la danse de ses formes qui se mouvent et glissent dans la musique. la musique du club ou celle de l'organe de jun, peut-être les deux, qui sait. tout les yeux sont tournés vers elle, et ça serait presque insupportable si elle n'était pas d'une telle beauté assaillante. jun sait. jun a toujours su que la froideur qui se dégage d'haneul envoûtait son existence avec une violence terrible. il sait que rester ainsi, en subissant ces gelures ardentes, pouvait très bien lui être fatal.
pourtant,
pourtant, il reste là.
il subit l'exquise agression de ce sublime spectacle.
il ne devrait même pas. parce qu'il appartient à la saleté du bar, qu'il n'est même pas censé s'offrir le luxe de perdre du temps – mais est-ce que le temps est vraiment ''perdu'', lorsqu'il s'agit d'admirer le corps de lumière de la princesse aux néons rouges ? jun sait que non, il veut bien croire que ça ne lui apportera rien, de désirer dans l'ombre, mais il n'y peut rien. ses yeux veulent se détourner mais c'est son cœur qui s'agrippe à l'image d'haneul dansante, haneul couronnée, haneul acclamée.
promis, qu'il apprendrait les plus belles phrases anglaises pour les lui chanter dans le creux de l'oreille. promis, qu'il allait devenir quelqu'un pour frôler délicatement son cœur, pour lui transmettre la tendresse qui lui est, même à lui, fraîchement inconnue.

et la seconde d'après, il n'y a plus une once de douceur qui l'habite. il s'en retrouve déserté. seulement un désir de possession intense, quelque chose de brutal et de violent, aussi fulgurant qu'un éclair.
tout ses muscles se tendaient subitement, à la seconde où les yeux d'haneul vinrent se planter dans les siens.

( un insupportable désir qui le secoua férocement. )

_________________


// we don’t love each other, right? i mean, now, we’re using our heads. let’s smile without thinking, let’s just smile without thinking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Haneul Kim

hiroshima mon amour
avatar
messages : 140
à liberty depuis : 01/06/2017
avatar + © : jung soojung (krystal) © kush coma
pseudo : me
dc : d.g. & s.j.
polaroïd :



MessageSujet: Re: don't forget whose legs you're on.   Mer 14 Juin - 1:56

IL SE PASSE LITTÉRALEMENT TROP DE CHOSES POUR MOI CE SOIR JE SUFFOQUE DE OUF.

JE M’ÉTOUFFE.















_________________


nottivago
≪ Très vite dans ma vie il a été trop tard. [...] Il me semble qu’on m’a parlé de cette poussée du temps qui vous frappe quelquefois alors qu’on traverse les âges les plus jeunes, les plus célébrés de la vie. ≫
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Hyeon

lost in the world
avatar
messages : 41
à liberty depuis : 14/06/2017
avatar + © : kim jongin, ©faust
pseudo : wolf haley.
dc : josie, adonis, askel.
polaroïd :
guilty pleasures : la délicate violence qu'on se jette à la peau, les carresses écorchées, le goût sucré qui reste dans la bouche, les lèvres qu'on dévore.



MessageSujet: Re: don't forget whose legs you're on.   Mer 14 Juin - 2:04

PJSOIAJOSIJOISJA CE GIF
toi-même tu sais la vie nous est insufflée subitement on n'a pas l'habitude
merci d'avoir ressorti le son sur lequel je suis née

_________________


// we don’t love each other, right? i mean, now, we’re using our heads. let’s smile without thinking, let’s just smile without thinking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jasim Luna

lost in the world
avatar
messages : 139
à liberty depuis : 26/05/2017
avatar + © : deen burbigo, champagne mami.
pseudo : serenade in blue, camélia.
dc : stella, blue, miles et galatea.
polaroïd :



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: libre (nala, nur, toi ?)

MessageSujet: Re: don't forget whose legs you're on.   Mer 14 Juin - 2:17

T'ES TROP BONNE PTN JE MEURS

_________________
la mort avant le déshonneur
Donne-moi de la lumière pour mes pensées
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Elizabeth Oaken

lost in the world
avatar
messages : 218
à liberty depuis : 15/05/2017
avatar + © : Imogen Poots ~ RaniPyaar, etetcetera
pseudo : Zab
dc : //
polaroïd : acmanthera
guilty pleasures : Thé, ne pas porter de sous-vêtements, croire au surnaturel (E. T., licornes, sirènes...)



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: Libre

MessageSujet: Re: don't forget whose legs you're on.   Mer 14 Juin - 2:20

Rebienvenue par ici wai

_________________
    « Il y a un dieu pour les fous et les ivrognes »
    [Stephen King]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noliberty.forumactif.org/t1092-fleur-anglaise-liens-d-elizabeth#24294 http://noliberty.forumactif.org/t1072-n-aime-pas-les-egoportrait
Nur Luna

viva la revolución
avatar
messages : 254
à liberty depuis : 24/05/2017
avatar + © : bador © moony., saturnienne & astra.
pseudo : anathema, océane.
dc : n.c.d



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: askel, jasim.

MessageSujet: Re: don't forget whose legs you're on.   Mer 14 Juin - 9:44

je crois que....
que je suis amoureuse

_________________

i want to fly,
can you take me far away ?
give me a star to reach for,
tell me what it takes
and I'll go so high
my feet won't touch the ground.
just stitch my wings
and pull the strings,
I bought these dreams
that all fall down.

#chooseyourside:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://noliberty.forumactif.org/t1148-conqueror#25403 http://noliberty.forumactif.org/t1146-murder-song
Jun Hyeon

lost in the world
avatar
messages : 41
à liberty depuis : 14/06/2017
avatar + © : kim jongin, ©faust
pseudo : wolf haley.
dc : josie, adonis, askel.
polaroïd :
guilty pleasures : la délicate violence qu'on se jette à la peau, les carresses écorchées, le goût sucré qui reste dans la bouche, les lèvres qu'on dévore.



MessageSujet: Re: don't forget whose legs you're on.   Mer 14 Juin - 10:05

CAM JTM SUPER FORT

merci beaucoup elizabeth

nur :dva: toi et moi sous un soleil couchant :yello:

_________________


// we don’t love each other, right? i mean, now, we’re using our heads. let’s smile without thinking, let’s just smile without thinking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Hansol Moon

lost in the world
avatar
messages : 83
à liberty depuis : 14/06/2017
avatar + © : taemin + heresy. ♡
pseudo : kinjiki ☾
dc : shiro bbchat.
polaroïd :
guilty pleasures : les corps beaux, les bouteilles, les nuits blanches et noires, l'insouciance, l'indécence, la décadence.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: le crew, xabi, event.

MessageSujet: Re: don't forget whose legs you're on.   Mer 14 Juin - 10:08

DES
BI
SOUS
:yello:

_________________

[황홀함 그 안에 취해]

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Hyeon

lost in the world
avatar
messages : 41
à liberty depuis : 14/06/2017
avatar + © : kim jongin, ©faust
pseudo : wolf haley.
dc : josie, adonis, askel.
polaroïd :
guilty pleasures : la délicate violence qu'on se jette à la peau, les carresses écorchées, le goût sucré qui reste dans la bouche, les lèvres qu'on dévore.



MessageSujet: Re: don't forget whose legs you're on.   Mer 14 Juin - 10:13

MON MEC

_________________


// we don’t love each other, right? i mean, now, we’re using our heads. let’s smile without thinking, let’s just smile without thinking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Naevia Raalon

choir of furies
avatar
messages : 385
à liberty depuis : 30/04/2017
avatar + © : kat(erina) graham © blue comet, valkyries & astra.
pseudo : anathema, océane.
dc : c.n.d
guilty pleasures : l'alcool fort pour oublier, les drogues douces pour s'évader.



[sunshine in my pocket]
relationships:
disponibilités rp: blue, sadie.

MessageSujet: Re: don't forget whose legs you're on.   Mer 14 Juin - 11:02

je suis encore plus amoureuse en ayant lu ta fiche
si ça ne tenait qu'à moi, je la quoterai entièrement dead dead
je te valide avec plaisir et j'ai trop hâte de voir votre trouple en actoon ptn coeur

_________________

(WE) FEEL GLORIOUS

another sprint, another step. another day, another breath.

#chooseyourside:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jun Hyeon

lost in the world
avatar
messages : 41
à liberty depuis : 14/06/2017
avatar + © : kim jongin, ©faust
pseudo : wolf haley.
dc : josie, adonis, askel.
polaroïd :
guilty pleasures : la délicate violence qu'on se jette à la peau, les carresses écorchées, le goût sucré qui reste dans la bouche, les lèvres qu'on dévore.



MessageSujet: Re: don't forget whose legs you're on.   Mer 14 Juin - 12:27

!!!!!!!!!!! MERCI BEAUCOUP
t'es la plus douce

_________________


// we don’t love each other, right? i mean, now, we’re using our heads. let’s smile without thinking, let’s just smile without thinking.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: don't forget whose legs you're on.   

Revenir en haut Aller en bas
 

don't forget whose legs you're on.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» It's me honey open your legs oops I ment the DOOR |Mike & Mariann |
» Louis (Lewis) Morissey et Élise (Dion) + F-X Forget
» Forget, Abbé Albert
» Clip controversé " Can't remember to Forget you "
» Quartier Forget

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: (interlude) :: into the wild :: a place like home-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet